Le torchon brûle entre le Maroc et l'Allemagne

Le Maroc suspend ses échanges avec l’Ambassade allemande, peut-on mieux l’annoncer ?


L'Allemagne / le Maroc L'Allemagne / le Maroc
Le Maroc suspend ses échanges avec l’Ambassade allemande, peut-on mieux l’annoncer ?

     

 

 Après la décision du Maroc de suspendre sa collaboration avec la représentation allemande sur le territoire marocain, la correspondance du Ministre de l’intérieur est restée orpheline. Les termes de la lettre adressée au premier ministre étaient flous et superficiels, n’osant pas dire que le Maroc suspend ses relations avec la République Fédérale d’Allemagne.

       Ce communiqué a transgressé toutes les procédures administratives, et a bafoué le protocole gouvernemental, nous incitant à nous demander qui gouverne qui … Contrairement à cette mascarade, c’était au Premier Ministre d’avertir son Ministre de l’Intérieur de la décision prise dans un communiqué officiel rédigé en langue arabe et amazigh et non en français.

         En tout état de cause, certains détails pourraient paraitre anodins à certains d’entre nous, mais une lecture entre les lignes de « cette missive », l’on pourrait constater l’aspect évasif et ambigu, ne mentionnant aucune cause de cette crise entre les deux pays.

          Avant d’analyser le fond, un arrêt sur la forme de ce communiqué s’impose. Tout rédacteur averti relèvera cinq manquements au protocole de la correspondance ministérielle :

  • La langue française utilisée dans cette correspondance n’est nullement la langue officielle citée par la constitution marocaine, et cela reste une légèreté et frivolité impardonnable de la part d’un organisme officiel, encore pire gouvernemental sensé respecter la Constitution.
  • Le style de cet « écrit » est d’une médiocrité flagrante, ne se haussant pas au rang des correspondances officielles, aucun choix des termes, aucune précision dans le vocabulaire.
  •  La correspondance de Mr Bourita s’adresse à ses collègues Ministres et au Premier Ministre qui semblerait être son supérieur hiérarchique. Mais le style rédactionnel n’a à aucun moment respecté le protocole que devrait tenir un subalterne à son supérieur.
  • Ce document est une note ministérielle qui devait circuler entre les différents membres du gouvernement, nul ne comprend la raison de sa circulation, ni comment elle a atterri sur les réseaux sociaux. Le commun des mortels aurait dû en prendre connaissance par un autre moyen, notamment un communiqué officiel adressé aux marocains par le Premier Ministre ou par le porte-parole du Gouvernement.
  • Le corps de cette Lettre est relativement long en comparaison avec son objet. Ce genre de correspondance ne devrait pas dépasser cinq lignes tout au plus, laissant les détails pour une conférence de presse ou pour le porte-parole du gouvernement.

Nul n’ignore les lacunes et le manque de compétences de ce gouvernement, auxquels s’ajoutent et de façon flagrante la médiocrité de la communication écrite.

       Si les responsables marocains s’étaient investis à améliorer leur savoir en matière de communication écrite comme ils le font si bien à soigner leurs cravates, leurs coupes de cheveux et à faire briller leurs chaussures, ces lignes que vous êtes en train de lire n’auraient pas lieu d’être !!!

 

                                                                                  Leila Youssi, 

                                                                        respectueusement vôtre. 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.