LejarecHans
Ouvrier intellectuel à la tâche
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 avr. 2020

Regard hospitalier : l'épidémie COVID-19 au quotidien

Je tenais à vous faire partager un « micro-trottoir » que vous n’entendrez pas sur BFM. C’est un médecin, de grande qualité, qui l'écrit :

LejarecHans
Ouvrier intellectuel à la tâche
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

" J'ai la chance de circuler librement pour me rendre chaque jour à l’hôpital, pour le vivre de l'intérieur ce combat auquel nous n'étions pas préparés. Et cela m'a donné, les premiers jours, un sentiment étrange de liberté. Pouvoir rouler sur les routes de campagne, dans ce renouveau printanier, en ne croisant que des animaux, étonnés de ce calme, quelques tracteurs et les képis de la maréchaussée, qui veillaient à ce que nous ayons bien le droit d'être là (heureusement, mon caducée les dissuadait de s'approcher trop près et ils me faisaient circuler), oui, c'était une forme de liberté.

C'était drôle, les premiers jours, dans cette sidération collective, d'avoir le droit de se déplacer, ce l'est moins aujourd'hui, où la fatigue se fait sentir, chaque jour apportant sa dose de stress.

Stress des patients, qui plus que jamais portent bien leur nom, puisqu'ils sont condamnés à la patience, enfermés dans notre hôpital, sans avoir le droit de recevoir de visites, à peine de sortir de leur chambre, dans ces moments de vulnérabilité où ils auraient besoin de soutien. Stress des familles ou des proches des patients, confinés aussi et ne pouvant s'approcher des leurs

Stress des équipes soignantes qui doivent se réorganiser à toute allure, dans leur vie de famille et dans leur vie professionnelle, faire garder les enfants, faire les courses, adopter de nouvelles pratiques, ne pas mettre de masques, mettre un masque, respecter les gestes barrière, protéger les malades, se protéger, sans trop savoir de quoi, prendre les températures et isoler les patients suspects...craindre d'être contaminées, craindre de ramener le virus à la maison, et que sais-je encore...

Stress des médecins qui découvrent chaque jour les signes de cette nouvelle maladie, inconnue de leur répertoire, la CoViD-19, qui peut prendre tellement de formes, de la toux, à la fièvre, en passant par les troubles cognitifs des plus âgés, les troubles digestifs, le mal de gorge, le mal de tête, la dyspnée, les éruptions... avec le risque des erreurs diagnostiques. Chaque jour apporte son lot d'informations, arrivant par mail, directement du Ministère de la Santé, avec des pages et des pages de recommandations à appliquer, et réactualisées tous les deux ou trois jours: dépister, ne pas dépister, apprendre à faire le test, attendre les résultats, transférer les patients,ne pas les transférer, se méfier des nouveaux qui arrivent, éviter qu'ils ne risquent de contaminer les autres, fragiles, forcément fragiles...Et je ne parle pas du débat sur les traitements...

Stress et incertitude de ce qui nous attend le lendemain...et rien n'arrive, pas de pic, pas d'afflux de patients, pas beaucoup plus de décès qu'en temps normal. Mais le temps n'est pas normal.

Comment vous dire? J'aurais tellement aimé être confinée, avoir le temps de souffler, de ranger ma maison, de réfléchir, de lire, de jouer du piano, de promener mon chien, mais ce n'est pas mon temps. Après, peut-être... Aujourd'hui, contrastant avec le côté stress de cette crise, je ressens plutôt une forme de colère dépressive. Je trouve les injonctions qui nous sont faites inhumaines, en particulier vis à vis des plus âgés d'entre nous, des plus vulnérables, des plus fragiles. Et quand j'entends sur une antenne publique mon ministre de la Santé dire: " c'est contre-intuitif, mais aujourd'hui, la solidarité, ce n'est pas  de tendre la main, mais de retirer sa main", j'en frémis ! Et si je partage avec vous ces états d'âme, c'est pour partager mes interrogations." Et si le but ultime n'était pas de rester vivant, mais de rester humain?". C'est aussi ce que dit le président allemand, Frank-Walter Steinmeier: "Non, cette pandémie n'est pas une guerre. Les nations ne s'opposent pas à d'autres nations, les soldats à d'autres soldats. C'est un test de notre humanité".

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal
IVG : le grand bond en arrière des États-Unis
La Cour suprême états-unienne, à majorité conservatrice, a abrogé vendredi l’arrêt « Roe v. Wade » par six voix pour et trois contre. Il y a près de 50 ans, il avait fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Cette décision n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire en faisant nommer des juges conservateurs à des postes clefs, notamment à la Cour Suprême.
par Patricia Neves
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Le consentement (ré)expliqué à la Justice
Il y a quelques jours, un non-lieu a été prononcé sur les accusations de viol en réunion portées par une étudiante suédoise sur 6 pompiers. Cette décision résulte d’une méconnaissance (ou de l’ignorance volontaire) de ce que dit la loi et de ce qu’est un viol.
par PEPS Marseille
Billet de blog
« Lutter contre la culture du viol » Lettre à la Première ministre
Je suis bouleversée suite aux actualités concernant votre ministre accusé de viols et de l'inaction le concernant. Je suis moi-même une des 97 000 victimes de viol de l’année 2021. Je suis aussi et surtout une des 99 % de victimes dont l’agresseur restera impuni. Seule la justice a les clés pour décider ou non de sa culpabilité… Pourtant, vous ne pouvez pas faire comme si de rien n’était.
par jesuisunedes99pourcent
Billet de blog
Le Gouvernement se fait pourtant déjà juge, madame la Première ministre
La première ministre, Mme Elisabeth Borne, n'est pas « juge », dit-elle, lors d’un échange avec une riveraine, ce mercredi 15 juin 2022, l'interrogeant sur les nouvelles accusations visant M. Damien Abad, ministre des solidarités.
par La Plume de Simone
Billet de blog
« Promising Young Woman », une autre façon de montrer les violences sexuelles
Sorti en France en 2020, le film « Promising Young Woman » de la réalisatrice Emerald Fennell nous offre une autre façon de montrer les violences sexuelles au cinéma, leurs conséquences et les réponses de notre société. Avec une approche par le female gaze, la réalisatrice démonte un par un les mythes de la culture du viol. Un travail nécessaire.
par La Fille Renne