Ils font flamber Notre-Dame

Bernard Arnault, François-Henri Pinault Jean-Paul Agon et quelques autres vont flamber 1 milliard d'€uros pour "reconstruire" Notre-Dame; beaucoup plus qu'il leur en coûterait de payer l'ISF. Ce n'est donc pas une question d'argent qui les empêche de mettre au pot de la collectivité d'embaucher et d'augmenter les salaires, mais un choix politique.

LVMH, Pinault, L'OREAL et quelques autres vont donc débourser, avec ou sans exonération fiscale, un milliard d'€uros pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris. La pompe ainsi amorcée, il nous resterait à compléter la cagnotte. L'union nationale que nous rejoue Emmanuel Macron vaut bien une messe. Les travailleurs licenciés par milliers pour cause de profits insuffisants apprécieront.
Celles et ceux, sur les ronds points et dans les rues, à qui l'on explique à coup de matraques et de LBD depuis des mois que les caisses du patronat et de l'Etat sont vides peuvent s'interroger.
S'interrogent aussi les travailleurs des entreprises qui interviennent sur l'entretien et la rénovation du patrimoine, tant les crédits publics se font rares et les conditions de travail difficiles. L'enquête dira peut-être si l'on aurait pu éviter l'incendie avec une autre politique publique du patrimoine. S'interrogent aussi les familles des victimes des effondrements de logements à Marseille et ailleurs, des incendies dans les quartiers populaires, pour lesquelles nos puissants ont moins de compassion et d'argent. S'interrogent enfin les milliers d'exilés refoulés ou maltraités, puisque "la France n'a pas les moyens d'accueillir toute la misère du Monde".
L'incendie de Notre-Dame de Paris, pour dramatique qu'il soit, aura au moins le mérite de montrer que la richesse coule à flots dans notre pays quand il s'agit des causes rentables. Il suffirait donc pour nous d'aller chercher l'argent là où elle se trouve, dans les poches du patronat.
Le second enseignement de l'évènement, c'est que le pouvoir, la droite, fréquentable et extrême, n'ont rien perdu de leur cléricalisme. Que n'entend t-on pas dire sur ce symbole de notre civilisation chrétienne, occidentale, blanche (?), centre du monde.

Ne plus pouvoir admirer une telle réalisation des extraordinaires capacité intellectuelles et techniques des bâtisseurs de cathédrales symbole parmi d'autres de la puissance de toute l'humanité, est bien entendu une grande perte. Mais cet évènement met tellement en lumière le cynisme de la classe dirigeante qu'il nous motive d'avantage à dégager le système et prendre nos affaires en main.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.