"Payes pour que je te protège sinon je te tape dessus"

Emmanuel et Marine se tiennent par la barbichette, le premier de nous deux qui se réjouira aura une tapette. Les deux sont considérés comme fachos, l'un de droite et l'autre du centre, mais le raciste où est-il ? Relations archétypales croisées entre fasciste et raciste. La fusion c'est Marinuel

Billet dédié aux jours sombres d'aujourd'hui qui entendent monter une colère profonde dans la population.
Une colère multiforme, avec différents objectifs idéologiques, mais une colère réunie à cause des mêmes faits sociaux :
- Violence policière
- Famine
- Maladie
- Guerres
- Suicides
- Dépression
- Burn-out

Partie A : notions à propos de la dystopie ambiante.

Comment est-ce possible d'en être arrivé là, on parle d'inculture des savants, d'abus d'autorité des élites, de pantouflage d'oligarques, de paradis fiscaux pour les riches, d'impunis privilégiés pour les politiques. Pas de problème, Macron était en batterie, jeune et intelligent, sans enfant mais marié avec "sa maman", comédien d'origine et financier à l'arrivée, manipulant l'enfilade comme un poisson dans l'eau. Bref, le type qu'on va adorer détester, ou bien adorer adorer ! Le type parfait pour l'oligarchie. 

C'est sur qu'avec Macron on gagne un degré de liberté. Du coup la dystopie devient une banalité puisque tout problème a désormais deux solutions. Mais comme on n'a qu'un seul choix à faire, on va couper la pomme en deux*.
Ce n'est plus le 0 seul, ni le 1 seul, ce serait plutôt le demi. Non pas le "peut-être bien que oui, peut-être bien que non' mais bien le "oui et le non". L'ambivalence suprême, la voile et la vapeur en même temps.

La dystopie a été rendue possible par l'arrivée en masse du monde virtuel, de l'ordinateur, et pour l'heure encore on est comme des enfants qui voulons le plus beau jouet. On est dans la phase ludique et maniaque du découvreur excité, mais plus pour longtemps**

Or la dystopie est l'arme des escrocs.
Prenez le petit Adolphe prit la main dans le sac. Il a pour sa défense de dire que "ce n'est pas ma main". Et le Socio-Logos*** expliquera que c'est la main d'un Surmoi Surdimensionné qui inconsciemment utilise le mécanisme de défense du morcellement pour expliquer ce qui est somme toute de la schizophrénie en graine.
Mais le sens commun peut être dystopique, regardez : "Qui vole un œuf à déjà volé un bœuf..." Fais gaffe aux Keufs Adolphe, surveille ton coffre.

Rien à voir avec le fasciste ou le raciste. Sauf que c'est quand même une arme terrible pour faire croire qu'on n'est pas là. 
La dystopie c'est le casque d'invisibilité ° pour les escrocs en tous genres, les vendeurs de miracles, d'hommes providentiel et d'Etat souverain et protecteur du Socio-Logos émanant de cortex empaillés.

Partie 2 : Ne pas confondre fasciste et raciste.

Avançons dans la thèse. Dans un forum social constitué d'avis et d'échanges épistolaires, et dont le sujet est le racisme, un intervenant intervient en disant que "LREM c'est l'EDroite". 
Le sujet était le racisme et voilà que s'invite le fascisme.
Il y a un lien entre le fasciste et le raciste c'est sur.
Une réponse fuse : "... votre vision est très pointue : LREM = fachos ? Oui mais alors fachos d'ECentre et non d'EDroite. La différence pour moi c'est qu'il y en a un qui nous prend pour des cons... suivez mon regard..."

Les notions fondamentales à toujours avoir en tête en ce qui concerne :
- le racisme, c'est la notion de supériorité
- le fascisme, c'est la notion fourbe du "Vas-y que je te pousse - A quoi ? - A ce que je te pousse, "m'enfin" °° !"

De son côté le raciste a forcément une notion de supériorité, et cela ça se "voit" tout de suite. Notre inconscience est formatée pour déceler en l'autre les signes de l'orgueil, et toute personne qui se respecte (respect n'est pas orgueil) n'aime être considérée en situation d'infériorité arbitraire. Chacun veut montrer sa valeur sans que ce soit de l'orgueil, on a créé les JO il y a 3000 ans déjà pour défaire l'orgueil dans la cité. "Tu te crois supérieur ? inscris toi aux Jeux et tu défendras tes valeurs là-bas". Bon c'est sur, tout ça peut dériver en Arena et Colisée... en traversant l'Adriatique ou en passant par l'Illyrie cela a pu se voir ;)

Le diagnostic différentiel entre fasciste et raciste est à première vu facile, en fait en creusant on se rend compte que les intrications sont archétypales. Le fasciste est dominé par la notion d'impérialisme. Il souhaite au fond de lui entre à cheval dans une église pleine de fidèles qui lui lancent des pétales de roses. Il nous dit c'est pour l'Etat, ha ha ha.

NB : Ma théorie techno-scientifique du temps qui passe, brièvement esquissée ci-dessous pour les besoins de compréhension du lecteur, m'est personnelle et soumise aux droits d'auteur (en particuliers les moraux)

Archétypal veut dire reptilien, di-encéphalique, limbique, papézien °°°, pavlovien, etc
Veut dire aussi inscriptions génétiques innées et souvent héréditaires, et histoniques acquises.
On ne peut appréhender ce domaine de l'archétype que par la symbolique. 
Les caractères procèdent des archétypes puisqu'ils sont innés.

Frontal veut dire volonté, personnalité, engagement, réflexion au sens miroir, mimétisme.
Le lobe frontal synthétise en dernier la volonté pour l'instant futur, en fonction du ressenti (de la phénoménologie kantienne ambiante) de l'instant passé. Tout cela se fait toutes les 300 millisecondes, c'est ce que j'appelle un "reset" sous-entendu psychique.
Entre les deux instants ainsi défini il y a le présent, virtuel, intemporel, ou plutôt d'une durée de temps égale à zéro.
Donc toutes 300 millisecondes le cortex frontal répond aux 300 millisecondes précédentes.

Ma théorie est que le fasciste est un escroc, "à l'insu de son plein gré", lâche et profiteur, idéalisant à deux sous des théories de structuration par puissance de l'Etat (il y a usurpation ici) alors qu'il faut entendre par puissance de la milice administrative. En gros c'est du genre : "Payes pour que je te protège sinon je te tape dessus".
Il y a toujours une réjouissance chez un escroc d'avoir réussit son escroquerie
Là où cela devient maladif c'est quand cet état d'esprit est permanent, orienté, et considéré comme normal parce que le volé "n'avait qu'à pas !.."

Pour moi gros sujet d'étude, non pas tant sur l'histoire de ces idéologies (quoique que les histoires sont nécessaires pour l'imaginaire) mais sur l'esprit capable de générer de telles constructions dans son cortex frontal où se trouve les secrets de la sociabilité : altérité, capacité de mimétisme, neurones miroirs, qui pour info n'ont rien à voir - directement j'entends - avec les circuits du plaisir, de la douleur, de la mémoire. Superbe sujet pour moi.

Au début des années 2020 un sculpteur encore inconnu aujourd'hui mettra en oeuvre la Marinuel, sorte de frère et sœur siamois (est-ce possible ?) ... La dystopie aura bien fait son travail, et on n'y verra que du feu...

aFIN de s'en souvenir...

.
* Nous le peuple on nous donne la moitié en rouge pour aller faire un long dodo...
** C'est cette excitation cultivée annuellement par le nouveau portable plus maousse costaud que celui de l'an dernier, mais plus cher, c'est cette excitation qui est train de disparaître chez les consommateurs... et ça fait peur à Apple mais pas à Billou héhé..
*** Terme déposé pour désigner ceux que d'autres appellent "la pensée unique"

° Don d'Athéna à Persée pour éviter le regard de la Méduse.
°° Salut à Franquin :)
°°° Du circuit de la mémoire archaïque dit de Papez, très en rapport avec la première paire des nerfs crâniens, celle de l'olfaction.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

...
... pour ceux qui arrivent jusque là... Encore un retour sur la dystopie.

L'escroc honorera sa victime du titre de "faisant". De celui qui "fait" et non pas de l'oiseau.
Actuellement il est au pas de la porte de sa victime pour la convaincre ? Je la fais courte :

"C'est sympa d'être un faisant non ? c'est un bel oiseau !
- Hum, pas vraiment non
- Comment ? Rébellion ?
- C'est bon je paye la taxe !"
Le mari ferme la porte, nous somme mardi.
"Chéri c'était qui, lui demande sa femme ?
- C'était le tax-man
- Le taxi ? dis-lui d'attendre j'arrive..."

On s'en sortira pas !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.