Le complexe du robot, c'est qu'au bout il devient abscons

L'IA est la conséquence de l'ignorance complexifiée par défaut d'imaginaire. Elle nous vante la possibilité d'être des golems sans âme, des robots sans intelligence, des zombies sans coeur. Si le complexe se crée par défaut de l'imaginaire, trouver de l'intelligence dans l'artifice c'est être Diogène s'éclairant le jour à la recherche d'un homme dans la cité.

J'ai pris plaisir à écouter Eric Sabin sur le média Thinkerview à l'URL : https://www.youtube.com/watch?v=VzeOnBRzDik
Il est très intéressant, très sagace sur le sujet de l'Intelligence Artificielle, il offre un bel éclairage sur l'illusion cybernétique du transhumanisme.
A un moment il donne l'exemple du bracelet connecté, et on arrive vite à se demander "à quoi ce bracelet est-il connecté ?"
         Ce bracelet détourne le mouvement de votre bras pour choisir inconsciemment dans le rayon un produit dont le code barre correspond à celui inscrit dans le registre que l'on va nommé au hasard "SLAVE/GOLEM". Au numérateur c'est le répertoire racine. Ce bracelet n'est plus de la science fiction. Un économiste transhumaniste peut par cette technologie ouvrir une Bourse basée sur la quantité de mémoire à disposition sur le serveur central. C'est une anti-sorte de Neutralité du Net. Dans des conditions où le principe de vie doit être placé dans des algorithmes, alors oui : exit la monnaie. C'est une idéologie transhumaniste qui génère pas mal de refoulements de la part de ceux qui y croient.

Lordon a raison de dire que les sociétés [je rajoute, sur un territoire] se construisent sur les affects et non sur l'économie. Cela veut dire que les sociétés sont irrationnelles et leur niveau de complexité, évoluant depuis toujours, finit par être transcendant à nos yeux trop lointains.
Par ailleurs on sait que la limite de Pi c'est la quadrature du cercle. Que le carré est des deux, le seul à hauteur de conscience neuronale, celle du cercle nous dépasse depuis tellement longtemps que cela nous semble agir de toujours.
Il faut se rendre à l'évidence, aucun transcendant ne peut satisfaire une algèbre. "Sauf si le Monde tourne carré !" me dit Géo Trouvetou.

Pour que l'algèbre puisse se développer et trouver des racines au minimum constructibles si non rationnelles il faut que le monde soit discontinu. Cela tombe bien depuis la résolution de la thermodynamique avec la constante de Planck. Donc au 20ème siècle on a pu dérouler et imaginer un 21ème à la Métropolis. Avec une telle idée "progressiste", "universaliste", on peut combattre toutes les dictatures, c'est pas cool ?

L'IA est fait pour combler un manque, lequel n'existe que comme conséquence d'une course effrénée vers une impossible transcendance, ce qui veut dire qu'elle ne peut avoir aucune limite rationnelle. Là est l'idéologie dominante : le no-limite. Là est la violence. Le no-limite est l'unité de mesure des personnalités particulières aux tensions hystéroïdes et/ou paranoïdes.
L'IA est plutôt développée par les personnalités hystériques et utilisée par les personnalités paranoïdes. Beaucoup voient bien que l'IA c'est pour aider la connerie à être intelligente. Pourquoi ne pas en profiter ? Je me marre, je me marre, je me marre.

Ce qu'il faut savoir c'est que le robot, quand il essaye de calculer Pi, se perd dans des bogues et des boucles infinies qui font griller ses circuits.
Autrement dit, le futur c'est à dire le Monde à venir c'est l'IA. Avec elle on va tout mettre au niveau de la compréhension humaine. Mais ceci n'est qu'une promesse de bouffon quand ce n'est pas de la fourberie. Car en effet, pour que le Monde soit compréhensible il doit être au pire algébrique [opérateurs algébriques : lagrangien, hamiltonien, fonction d'onde] lorsqu'il n'est ni constructible [racine carré de 2 ; le nombre d'or], ni rationnel [entiers et fractions]. Sinon comment faire du commerce ? Reste donc à savoir si le Monde c'est le Réel. Le 21ème siècle permettra de comprendre que non, d'où l'écroulement du Monde, des personnes et l'éveil des Etres et du Réel à notre responsabilité.

Bon, très rapido : l'IA ça fabrique des robots, les psychotropes ça fabrique des zombies, l'alimentation industrielle ça fabrique des golems. Bonjour le futur ! La solution première est d'arrêter l'alcool, le sucre [le blanc, le roux, en cube, glacé ou en poudre], et la viande, car "l'algorithme biologique" qui avec ces trois éléments amène à la fabrication d'armes est simplissime, entier et factorisable. 

Dans l'interview Eric Sadin parle de Cédric Villani et de Laurent Alexandre. C'est là qu'on sort de l'IA pour arriver sur les concepts lordoniens, et que quoiqu'il en soit l'irrationalité de Sadin domine largement sur les constructions à partir de lieux communs, naturels positifs de préférence car ceux-ci sont les plus jolis dans la ligne de compte du tableur, lol.

Si jamais Cédric Villani et Laurent Alexandre sont invités face à Eric Sadin, je veux en être. Je me sens du parti de Sadin et je me marre, je me marre, je me marre.
- Le médecin que je suis donne raison à Sadin : L'IA asservit l'homme et élimine l'art. [ref : https://www.youtube.com/watch?v=VzeOnBRzDik ]
- Le matheux que je suis donne tort à Villani : les math se font sur un tableau pas sur un tableur, sur un tableur on ne fait que des calculs et des tables, par contre sur un tableau on fait du dessin. [ref : https://www.youtube.com/watch?v=LMRdn_MQWXM ]
- Le codeur que j'ai été exhorte Alexandre à se taire ! Ce dernier a peut être manqué de jouets à Noël, ou au contraire augmentait chaque année la taille de son Mécano. [ref : https://www.youtube.com/watch?v=QS951xiGGvI ]

L'hystérie peut être vue comme une sorte de socialisation de la paranoïa. C'est une maladie de l'imaginaire, ce n'est pas une maladie imaginaire. Au fond de l'hystérie il y a la gestion d'une profonde dépression mais que l'on va traiter avec des mécanismes jadis maitrisés lorsque le Monde était toute puissance qu'il suffisait de le cliver. Waouh.

à suivre...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.