De la "nouvelle philosophie 2.0" qui n'est en fait qu'une "nouvelle philosophie 1.1"

Le chemin de la soumission volontaire à la paranoïa n’a pas besoin d’être guidé par une quelconque conscience ne fusse-t-elle qu’indicative (ce qui est déjà un oxymore) : Réponse aux (nouveaux philosophes)² qui continuent sur la base d’octonions (qu’ils pensent être matriciels) à résoudre les équations complexes du Réel.

Avertissement de l'auteur : L’article qui suit est un peu technique mais il a pour vocation de vulgariser la philosophie, la sociologie, la psychologie, et de les confronter au développement de cette grosse tarte aux pommes (clin d’œil aussi aux théologiens) qu’on veut nous faire avaler. On connait l’histoire, on ne voudrait pas qu’elle nous reste en travers de la gorge comme un illustre ancêtre l’a payé pour notre malheur par une inscription dans sa chair et qui depuis nous la transmet (clins d’œil aux amis artistes iconophiles).

 

1° Soit un ensemble de 5 milliards d’éléments. Appelons le E. Mettons-le dans notre panier virtuel.
Dupliquons le par lui-même pour en avoir deux, distincts, mais strictement égaux. Mettons-le aussi dans le panier. On a donc deux œufs indiscernables dans notre panier.
Allons au bois maintenant pour nourrir Mère-Grand.
C’est-à-dire, soumettons nos deux ensembles (appelons-les E1 et E2) à une application qui dans ce cas sera forcément une loi de composition interne. Cette appli est un algorithme qui doit permettre à Mère-Grand d’empêcher certains éléments de E1 d’être en contact avec certains éléments de E2

Nous avons donc :
{ a1 ; b1 ; c1 ; d1 ; e1 } =  E1                            qui peut correspondre à un ensemble des abscisses
{ a2 ; b2 ; c2 ; d2 ; e2 } =  E2                            qui alors correspond à un ensemble des ordonnées
[NDA 1 : Si on joue des Cartes on peut orthonormer tout cela pour en faire un bon plan (car la guêpe n’est pas folle)]. Disons dans une autre idéologie que chaque élément de E représente 1 milliard d’individus. Cela n’a aucune importance sur la réflexion mais c’est de la bonne propagande : « un milliard, Woo quelle affaire, où est donc ce génie génial ? »

La loi de composition entre E1 et E2 est : « … communique avec … »
- Elle serait une injection : si et seulement si chaque élément de E1 a une image au moins dans E2
- Elle serait une surjection : si et seulement si chaque élément de E2 est l’image d’au moins un élément de E1
- Elle serait une bijection ( ≠ Injection + Surjection ) : Si et seulement si chaque élément d’un des deux ensembles soit l’image d’un élément et d’un seul de l’autre.   
C’est ici que l’homme devient sapiens et se reconnait dans le miroir
- Elle serait réflexive : si et seulement si il existe un élément neutre pour la loi de composition

Un sociologue (bien averti de sa méthode) constatera par exemple à l’instant T et à l’endroit L la distribution suivante :
a1 ; b1 ; c1            communiquent avec      a2 
b1                          communique avec          a2 ; b2 ; c2 
d1                          communique avec          d2 
e1                          ne communique avec personne, et e2 ne reçoit aucune communication

Cette application n’est ni injective, ni surjective, ni bijective, ni réflexive, donc ne peut satisfaire à une sorte de commutativité, même asymétrique. Et pourtant, ce type d’application est monstrueusement le cas général, tellement général qu’ensemble ils en deviennent tous transcendants. Je m’explique :
Une telle application constitue un circuit neuronal, un topos, pour la future conscience à émerger.
Afin de pouvoir l’oublier pour passer à autre chose l’application est inscrite dans la mémoire*, physico-chimique et architectonique (spatiale, c’est à dire dans son univers ou système cérébral lequel est histologiquement à faible grossissement, « filamentaire »).
Il y a une monstruosité de mémoires perdues, l’ensemble des mémoires perdues finit par créer non pas des mythes et des légendes, non pas des religions, mais une ou plusieurs transcendances.
L’ensemble des Réels contient plus de nombre transcendants que de rationnels et encore moins d’entier, naturel ou non. Les nombres premiers constituent une petite fraction des nombres entiers, et pourtant le nombre de nombres premiers est infini. Hilbert était l’ami d’Einstein et Peano leur a permis d’éclaircir les formulations et de coucher sur papier les différents infinis et leurs ordres de grandeur. Einstein était malin, il suffisaitt de relativiser, de faire des projections, afin d’éliminer des dimensions. Et de là, dès lors que Kant n’est plus sensibilisé, on pourra dire, à l’horizon d’une seule génération, que le Réel n’a pas existé (puisque non senti).

2° Passer à autre chose c’est développer une nouvelle application.
Une fois qu’on a des tonnes d’applications, des tonnes de circuits, il faut choisir les plus pertinents
« Lesquels sont-ils ?
- Forcément les plus performant
- Performant pour quoi, pour une idéologie ?
- Certes non mon ami, performant pour créer le Réel qui me soit le mieux adapté. »
Woo, voilà déjà le tyran qui arrive avec ses gros sabots, mais donnons-lui une chance, après tout l’erreur du tyran est humaine. « Le mieux adapté pour vous certes [mon cher tyran], mais le mieux adapté à quoi ? »
A ce point je laisse le lecteur répondre, car c’est de cette réponse que vous serez jugés et le risque, de part la chronologie existentialiste qui fait le roman de cet article, est d’être considéré comme récidiviste et de voir la commutation de l'erreur en faute, ainsi définie et consommée. Dans l’armée on serait encore indulgent contrairement à ce qui se passe dans les idéologies libérales (celles qui admettent l'erreur), dans l’armée on a le droit après la faute d’être réengagé, sauf que si deuxième récidive il y a alors on jugera cela comme une trahison. Vaut mieux ne pas être en état de guerre à ce moment.

Tout cela pour dire que les philosophes devraient faire plus d’étude en sciences humaines, et de manière quotidienne, avant de commencer à donner des leçons dont le but est de nous rendre paranoïaque, sauf bien sur si les publications ou le travail est fait dans un but lucratif bien évidemment, et selon la loi du marché pour éviter les mafieuseries ! Mais bon, voir un écureuil faire commerce de ses glands est possible dans le virtuel, ou bien si nous avons affaire à un écureuil « génétiquement » modifié, ou bien sur si c’est un robot-écureuil, on trouvera toujours un Stanley ou un Kubrick, un David ou un Bowie, un Tom ou un Major, pour nous refaire « 2051 Le Space Oddity ».

Pour un humain la fréquence maximale de développement d’application est de 3,33 Hz. Au-delà il y a surchauffe. Dans une même période les applications obéissent au principe d’exclusion de Pauli, ce qui veut dire qu’on ne peut pas faire deux choses en même temps. Au-delà il y a surchauffe.

En thermodynamique lorsque vous avez surchauffe vous avez risque d’explosion.
Ne pas confondre colère et défoulement, la surchauffe n’étant pas un refoulement.
Le plus souvent la surchauffe est dirigée par une volonté extérieure à celui-qui la vit.
L’apprentissage du pervers est de faire croire que cette volonté n’existe pas. [ NDA 2 : "Méfie toi de mes fils tôt le matin car comme le rock fait l'air ils font l'esse, et avec le temps [qui] fait [le] pas nous avons PA-R-I-S" ]

Le burn-out s’inscrit dans cette topologie ainsi définie.
Conclusion : Le burn-out n’est qu’une surchauffe de la machinerie neuronale couplée à une dissonance cognitive.

* "La mémoire sert à oublier" c'est la grande théorie de l'auteur.

Réf : « Le XXIème siècle : le fait neuronal » - Edition confidentielle 2002 - auteur anonyme.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.