Il n'y a plus d'Histoire mais que des histoires

Et c'est tant mieux ! L'histoire c'est l'écriture, avant c'est la préhistoire. Aujourd'hui on n'a plus besoin d'écrire pour "performer", et en tant qu'artiste je dis tant mieux. Donc le terme histoire ne convient plus. D'où la dissonance cognitive de ceux qui veulent nous faire croire qu'écrire est toujours la panacée.

Tout est dis. Le fascisme ne peut survivre à cela, le capitalisme pourquoi pas, mais pas avec l'aide du fascisme.
Les vrais richards savent bien ce que je dis, c'est pourquoi ça dissone beaucoup chez eux aussi.
Mais "la balle à toujours été dans votre camp messieurs les censeurs", sauf que jusqu'à présent vous avez misé sur le mauvais numéro.
Ce qui m’inquiète vraiment c'est que vous le faite "presque" à chaque fois depuis le néolithique. 
"Vous voyez vous transcendez l'Histoire au sens strict, si vous en êtes heureux, moi non plus !"
"Dois-je donc devoir ramener Griveaux une fois de plus ?" Le pauvre, moi je veux l'aider pas l'accabler et surtout pas "l'infamer". Je lui répète ici, si tu as besoin d'aide Griveaux ma porte t'es ouverte, mais seulement à toi, tu comprends ? 
Une consolation tu veux ? ok, dis toi seulement que dans le panier où tu vis, c'est la même chose au dessus de la ceinture, ce sont les mêmes artifices...
"Si vous voulez que je le ramène il doit comprendre que c'est vous les demandeurs."

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.