Léon Kouptsov
Inspecteur du Travail
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 janv. 2017

Le masochisme létal du Parti Communiste Français

Le meeting du Mans de La France Insoumise fut une indéniable réussite, comme celui de Tourcoing et sans doute comme ceux à venir. Le plus important n'est pas tant d'en tirer un hasardeux pronostic électoral, que d'en analyser les implications en termes politiques, et notamment en ce qui concerne l'évolution celui qui pensait encore, il y a peu, mener la danse : le PCF.

Léon Kouptsov
Inspecteur du Travail
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le meeting de Jean-Luc Mélenchon au Mans a fait, comme celui de Tourcoing, l’objet d’un relais médiatique relativement important. Relais pour le moins justifié compte tenu de la participation : plus de deux mille participants, du jamais vu pour une réunion politique dans cette contrée. Elle témoigne, du reste, d’une indéniable dynamique autour de cette campagne.

Pour l’auteur – pour l’heure sans parti – de ces lignes, qui assistait à cette réunion publique, celle-ci fut riche d’enseignements.

Il ne s’agit guère de commenter la forme, à laquelle l’on souscrit ou non (je serai honnête : plutôt non me concernant) : mise en scène justement qualifiée de « One-man show » par les journalistes de France 2 ; ton tantôt inspiré, tantôt badin ; figurants plantés derrière le tribun, entrée à l’américaine sur la scène…

Il s’agit d’analyser le fond. Plus particulièrement, ici, ce que révèle ce meeting des évolutions concrètes que connaît « la gauche de la gauche ».

Les partisans d’une transformation radicale (peut-elle ne pas l’être ?) des rapports sociaux en sortiront agréablement surpris par quelques points programmatiques intéressants (mise sous tutelle publique de l'ensemble de l'industrie pharmaceutique et même de l'exercice de la médecine ), malheureusement blasés par les impasses patrio-réformistes classiques (« nous pouvons changer le monde par les urnes parce que nous sommes la France ») ou franchement déçus par d’autres (retraite à 60 ans à taux plein… à condition d’avoir 40 annuités : c’est donc la retraite à 65 ans – au moins – pour bon nombre d’entre nous).

Plus, ceux qui sont quelque peu accoutumés aux pratiques des organisations politiques auront relevé que les hommages rendus à celles-ci – qui le soutiennent pourtant – ont un curieux arrière-goût : M. Mélenchon évoque la proposition de loi abrogeant la Loi El Khomri faite le jour-même par les sénateurs communistes, en concédant un mérite à ces sénateurs comme il l’aurait fait à propos de toute bonne chose réalisée par des adversaires, fussent-ils de droite, par honnêteté intellectuelle. Les nombreux communistes présents dans la salle le prennent comme un hommage. D’autres le prendront pour ce que c’est : le signal d’une irréversible distanciation. Même le rôle de figuration est refusé aux militants communistes : ils ne comptent pas parmi les acteurs invités aux tables servant de fond à l’intervention du tribun. Il ne sera d’ailleurs plus fait allusion au parti communiste et à ses militants pendant les deux heures que dureront le discours.

Aucun parti n’est représenté en tant que tel dans l’organisation du meeting : c’est une réunion sans parti. C’est ouvertement celle d’un homme s’adressant à une foule désorganisée. Les partis politiques ne sont pas les bienvenus. A des organisations de plusieurs milliers de citoyens partageant un objectif politique, on substitue la foule scandant le nom d’un seul, autour de quelques axes sommairement énoncés.

En ralliant un candidat qui ne les appelait pas, et en se soumettant à l’exercice – ô combien périlleux – de faire la campagne d’un homme providentiel qui n’a pour eux que dédain, les militants du PCF ont offert la plus parfaite illustration de ce que signifie l’expression « fuir en avant ». Au lieu d’essayer de trancher les vraies questions qui leur sont posées (Quel programme ? Réformisme et institutionnalisation ou rupture et Révolution ? Quelles positions tenir face à l’aggravement annoncé de la crise économique ?), les membres du PCF se retrouvent donc unis face à leur fossoyeur. Au mieux le Parti Communiste Français semble-t-il voué à jouer les Sancho Panza dans cette aventure. On n’en plaindra pas le PCF lui-même, qui travaille plus ou moins consciemment à sa propre perte depuis longtemps. On en plaindra nombre de ses militants sincères, et le monde ouvrier dont il aura été l’outil politique, en dépit son dévoiement quasi-originel.

Il est probable que les militants et sympathisants du PCF ne s’attendaient pas à un tel manque de considération. Il est tout aussi probable néanmoins, faute de repères politiques, qu’ils continueront à se laisser embarquer jusqu’au bout de cet acte pathétique, signé de leur propre plume.

C’est sans beaucoup forcer le trait qu’il peut être écrit que l’on avait le sentiment d’assister au Mans aux obsèques du Parti Communiste Français.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Entre le Covid et la présidentielle, quelle place pour le travail, les travailleuses et les travailleurs ? La rédaction répond à vos questions
Venez échanger avec des journalistes de la rédaction autour de la couverture des questions sociales à Mediapart. L’occasion de revenir sur les enquêtes, reportages et articles qui ont fait l'actualité. Pour poser vos questions, cliquez ici.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey

La sélection du Club

Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes