Quel masque derrière la Burqa ?

Depuis la nuit des temps, le masque a fait problème : "Je est un autre" dit-il. Commence alors l'étrange familiarité dont on sait, au moins depuis Freud, qu'elle est à la source de flux anxiogènes, voire de dérèglements pathologiques. "Je" est trop un autre pour que je le prenne pour moi. L'autre est trop « je » pour que je le prenne pour l’autre. Bonjour le malaise. Pire, bonjour la haine.

Du temps de la République de Venise, en particulier dans la grande époque baroque des XVIIème et XVIIIème siècles, les législateurs interdisaient régulièrement les mascarades (les fameuses fêtes masquées). Ils y voyaient une source de dérèglements, de tricheries, de délits. Diable, qui est qui, c'est l'Enfer !

Surtout quand le masque cache une femme. Car, c'est frappant, tous nos bons samaritains laïcs s'agitent toujours, qu'ils le veuillent ou pas, à propos de femmes. Certes, ce dont ils nous rebattent les oreilles, c'est la République et ses grandes valeurs. Mais, j'insiste, l'objet du délit c'est toujours, dans nos débats publics, un vêtement...de femme. Et le délit c'est qu'il la masque ! Voile obsessionnel depuis les années 80, et, la Loi ayant arraché le voile, la Burqa aujourd'hui. Je n'ose imaginer quel sera l'objet de la prochaine croisade, mais il y aura un autre objet, j'en prends le pari !

Aussi, je me demande, si derrière la Burqa, ce n'est pas la femme qui agace. Je sais que nos chevaliers républicains n'ont en tête que son bien : sa liberté, son intégrité, sa dignité. D'ailleurs, souvent, ce sont des femmes qui prennent la tête des croisades et même des femmes connues pour leur engagement admirable.

Mais, ça n'empêche, je suis troublé par la permanence, la redondance de la croisade contre l'objet-qui-cache-la-femme.

Enfin, je croise souvent le vendredi, à la sortie d’une mosquée proche de chez moi, des hommes musulmans, curieusement attifés : grand voile tout autour de la tête, calottes colorées, pantalons style « spahi ». Personne ne trouve rien à redire ? Moi non plus ! Et puis j'ai souvent regardé, un peu médusé/amusé, des gamins juifs portant costume traditionnel, même au mois d'Août : lourde tunique noire jusqu'au mollet, chapeau à large bord, souliers de cuir bien fermés. Ils ne me gênent pas, au contraire, je trouve même qu'ils participent évidemment de la vivacité de la Ville, d'une forme de sa poésie. Que deviendrait l'univers de Woody Allen sans eux ? Mais si je veux entrer dans le territoire inquisiteur de nos défenseurs des libertés alors je me demande : ont-ils vraiment choisi de suer ainsi ? Ne faut-il pas une bonne Loi de notre bonne République pour interdire de déguiser comme ça des gamins ?

Eh bien non ! Les militants de la laïcité n'ont rien demandé à ce propos des hommes. Pas encore ? Peut-être mais alors dans tous les cas "ça craint" :

- Ou bien c'est la femme, et elle seule, qui est l'objet réel des pulsions répressives des chantres laïcs de la loi et il faut alors se demander d'urgence si la meilleure façon de défendre la liberté des femmes est les faire objets d'une série d'interdits.

- Ou bien nous ne sommes qu'au début d'une série de croisades qui mettront en joue, l'un après l'autre, tous les "masques" ou objets désignés comme tels (voile hier, burqa aujourd'hui, "uniforme" hassidique ou habit musulman traditionnel des hommes demain, vêtement des chrétiens orthodoxes après-demain) et alors nous transformerons la laïcité républicaine en une nouvelle Inquisition qui n'impose plus son autorité par la grandeur et la force de ses valeurs (grâce à l'Ecole, aux associations, aux citoyens de progrès chrétiens, juifs, musulmans ou mécréants qu'importe) mais par la « force » de lois qui masquent faiblesse et haine (La haine, rien moins : je me rappelle la "une" ahurissante d’un France-Soir il y a peu : NON A LA BURQA et, en images, une femme couverte (la musulmane) et de l'autre côté, dans une confrontation inexpiable, L'héroïne française : La République ! Sinistre continuité du discours sur "le choc du Bien contre le Mal")

Une Loi contre la Burqa : combat républicain ou vraie mascarade ?

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.