Léon-Marc Levy
Abonné·e de Mediapart

33 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 mars 2012

Léon-Marc Levy
Abonné·e de Mediapart

Journal de guerre, Ingeborg Bachmann

Léon-Marc Levy
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Journal de guerre, 2011, Trad. De l'allemand Françoise Rétif, 119 p. 16 €

Ecrivain(s): Ingeborg Bachmann Edition: Actes Sud

Le « Journal » de guerre d’Ingeborg Bachmann, à proprement parler, occupe dans ce petit livre 15 pages. 15 pages écrites par une jeune fille de 18 ans, autrichienne, fille d’un père nazi convaincu et d’une famille et d’un voisinage qui ne le sont pas moins. On est en 1945 et les alliés (essentiellement les Britanniques) occupent le pays après la libération.

La première surprise du lecteur est là. Ces pages de journal d’adolescente n’ont rien d’éblouissant, ni dans la forme, ni dans le contenu et à la page 34 (fin du « journal » déjà !) on se demande un peu s’il était besoin de publier ces lignes somme toute banales, ne présentant apparemment d’autre intérêt que d’être les premières traces d’écriture de celle qui va devenir la plus grande poétesse et auteure de langue allemande de l’après-guerre.

Oui mais. Un événement nous a retenus un peu dans le « journal » : la rencontre d’Ingeborg avec un jeune soldat « libérateur » britannique. Jack Hamesh. Il a une double particularité identitaire : il est autrichien et juif. Pendant la montée des persécutions antisémites, en 1938, il a réussi à s’enfuir vers l’Angleterre. Et son engagement dans l’armée britannique, sa connaissance parfaite de l’allemand, l’ont ramené en 45 vers sa terre natale.

Dans le « Journal » l’événement est – presque – anodin. Une rencontre, deux adolescents, un peu d’amour peut-être, de la part d’Ingeborg. Beaucoup, sûrement, de la part de Jack.

Mais voilà ce qui fait basculer ce petit livre dans une expérience majeure de lecture et de conscience : Le « Journal » de 15 pages de la jeune fille est suivi de 42 pages de « lettres de Jack Hamesh à Ingeborg Bachmann ». Le jeune soldat a quitté Vienne début 46 pour rejoindre ce qui sera le destin de milliers d’enfants et de jeunes gens juifs rescapés du désastre européen : il va rejoindre le sud de l’Italie avant de rallier la Palestine où se construit, plus que jamais, le foyer juif qui donnera naissance 2 ans plus tard à l’état d’Israël. Et ces lettres sont un témoignage brûlant de ce qu’ont vécu ces jeunes gens : endosser une identité radicalement nouvelle, une langue inconnue (l’hébreu), un pays aussi différent que possible de leurs pays d’origine d’Europe centrale et surtout une conscience d’eux-mêmes qui va, peu à peu, transformer ces êtres qui n’ont rien connu d’autre que la honte-de-soi et la terreur, en hommes, en femmes, en soldats, en citoyens d’un pays qui se construit et – à tort ou à raison – dans l’orgueil de soi !

On ne peut s’empêcher de penser à Aharon Appelfeld et à son « Garçon qui voulait dormir » (L’Olivier 2011). C’est le même petit héros. La seule différence est qu’il est plus âgé que le petit Erwin (double d’Aharon Appelfeld). Le bouleversement vécu, l’incroyable métamorphose est la même. Quant au chemin parcouru, il est de l’ordre de l’hallucination : de la découverte de la mort programmée par les hordes nazies à celle, hagarde, de paysages inconnus, de sonorités jamais entendues, à la naissance enfin d’un être nouveau qui apprend – pour toujours – la fierté de soi et l’appartenance à une nation.

« La jeunesse qui grandit ici est bien bâtie, fière sans préjugés, simple et ne présente ni la peur des persécutions ni les complexes d’infériorité dont souffrait le jeunesse juive en Europe. » écrit Jack à Ingeborg.

Du coup, rétroactivement, c’est le « Journal » d’Ingebor Bachmann, qui semblait à première lecture anodin, qui s’en trouve soudain éclairé d’une autre lumière. Elle avait fait, alors que les feux de la guerre étaient encore brûlants, avant tout le monde encore « nazifié » qui l’entoure, tout le chemin du rejet radical des idéaux immondes de ses parents, de son peuple, de sa nation ! On relit autrement cette phrase :

« Tous parlent de moi, naturellement aussi toute la parenté : « Elle va avec le Juif ». Et maman est naturellement très nerveuse à cause des commérages, et elle ne peut absolument pas comprendre ce que tout cela signifie pour moi ! »

Et, un peu plus loin :

« Alors je lui ai dit que je ferai dix allers et retours dans Vellach et Hermagor avec lui, et si tout le monde est choqué, eh bien tant mieux ! »

Tout petit livre et pourtant un condensé d’un bouleversement qui concentre l’hallucination collective de l’immédiate après-Shoah. Livre à lire d’un trait (il est très court) parce que le sens est dans le flux continu, et qu’il nous laisse deux figures inoubliables : Ingeborg Bachmann et son petit amoureux juif de 1945 (*) !

Léon-Marc Levy

Directeur de "La Cause Littéraire"

(*) : Dans la postface de Hans Höller (éditeur original de ce livre) on lit cette anecdote saisissante (c’est Höller qui parle) : « Lorsqu’un jour, me trouvant auprès de la communauté israélite de Vienne, je fis part à Wolf-Erich Eckstein de mes scrupules d’avoir livré au public les lettres d’un disparu, il me rétorqua en riant : « Pensez donc, qui se serait jamais intéressé à l’histoire de cet homme sans ce livre ! »

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant