Zemmour, la trahison de l'Olivier

Voilà 10 jours que mes poings me démangent, que mes tripes sont nouées, que mon cerveau ne cesse de fulminer… Et puis la honte, terrible, insidieuse, visqueuse, collante.

Voilà 10 jours que mes poings me démangent, que mes tripes sont nouées, que mon cerveau ne cesse de fulminer… Et puis la honte, terrible, insidieuse, visqueuse, collante.

Il porte le nom de jeune fille de ma mère.

Zemmour veut dire olivier en berbère. L’olivier… Symbole de paix et dont l’huile qu’on y extrait fleure bon le bien-être et la santé. Ce Zemmour-là se veut le garant de la pure France. Celle qui se voit souillée par les arabes et les homos, celle qui se voit défigurée par les femmes et les bien-pensants de gauche.

Pauvre paumé, bouffon utile d’une droite facho qui l’aurait fracassé il y a quelques décennies, même selon sa propre thèse d’un Pétain qui aurait protégé les Juifs français. Ses aïeux avaient été déchus de leur nationalité française sous Vichy. Thèse d’une diabolique ignominie, d’une dégoulinante puanteur…

Il porte le nom de ma mère !!

Il est berbère d’origine… Certainement arabo-berbère même. Mais lui a pu bénéficier de cette « France bien-pensante » qu’il exècre, et qui l’a recueilli comme des centaines de milliers d’autres malheureux venus des contrées déshéritées, de partout dans ce monde.

Aujourd’hui il se divertit en crachant sur ces naufragés venus se reconstruire dans cette France qui se révèle parfois des plus généreuses, et qui a su s’enrichir de l’apport de toutes ces cultures, riches, denses et profondes.

La France en tisse année après année, une culture en permanent devenir, grâce à eux. N’en déplaise à ces Zemmours de malheur, la Culture Française ce sont eux aussi qui la façonnent, génération après génération. Un trésor d’une valeur inestimable.

Zemmour, pur produit de cette « France bien pensante », sur laquelle il crache avec une jouissance à peine feinte, s’est auto-proclamé le pourfendeur des ennemis de « sa » culture ancestrale.

En tant que juif, arabo-berbère comme lui, je lui oppose ma fierté de porter cette culture multiple dans cette France qui a su aussi m’accueillir avec le soleil de mes origines.

Je lui oppose le privilège de vivre dans un pays qui a su nous faire voyager aux quatre coins du monde sans sortir de l’hexagone.

Je lui oppose l’espoir que nous offre ce pays, d’une rencontre entre des humains, qui, quoi qu’en disent tous ces Zemmours perclus de haine et de hargne, savent, dans leur immense majorité, aller rencontrer au quotidien le visage de l’autre, d’où qu’il soit venu, avec bienveillance, curiosité et enthousiasme.

Ainsi, je pourrais me contenter de le plaindre, de sourire face à son délire destructeur. Mais il est devenu le héros médiatique d’une autre France qui se précipite par centaines de milliers pour s’arracher son immonde torchon et qui s’apprêtent à mener au sommet du pouvoir une extrême droite bavant d’excitation en voyant ces pauvres bougres se jeter dans leurs bras. Ils s’en délectent bruyamment.

Voilà la véritable menace de ce pays… Son discours séduit, comme celui de l’extrême droite qui dévore peu à peu l’âme humaniste et généreuse d’un peuple français aveuglé par une désespérance grandissante.

Sera-t-il un jour lucide de cette terrible dérive ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.