VACCIN ANTI COVID : LE DELAI INTER-DOSES SOURCE DES PROBLEMES

La cacophonie provoquée par les nouvelles mesures gouvernementales pour le pass sanitaire sont essentiellement dues aux problèmes du délai entre les deux doses qu'ont très mal géré les plus hautes autorités et également les Français un peu trop optimistes.

Primo-vacciné fin Avril 2021 avec l'Astrazeneca en pharmacie, je devais attendre 12 semaines pour la seconde dose. A l'époque on n'avait pas le choix, il fallait la seconde dose au même endroit et ce délai de 12 semaines incompressible. Puis le variant Delta arrivant à toute allure, le délai de 12 semaines est ramené à 9 semaines possibles par les autorités sanitaires. Chouette j'allais pouvoir avoir ma seconde dose avant la fin juin. Ma pharmacie n'a pas pu avancer ce rendez-vous bien que question Astrazeneca on ne se bosuculait pas pour les dévaliser. En effet les stocks de la seconde dose était programmés à des dates précises et ne pouvaient être avancés. J'ai donc pris rendez-vous à 30 km de chez moi dans un centre qui avait l'Astrazeneca et j'ai pu immédiatement avoir la seconde dose au bout de 9 semaines et non 12. J'ai prévenu ma pharmacie pour annuler la seconde dose et j'espère que cette dose fait partie des doses envoyées en Tunisie, vu que les Français ont plus peur du vaccin Astrazeneca que du Covid !

J'ai donc eu mon pass sanitaire valide dès le début juillet mais il est vrai que ce problème de délai était ma hantise... Les délais des Pfizer et Moderna sont plus courts mais franchement une grosse partie de la population se retrouve aujourd'hui coincée car 4 à 5 semaines sans compter maintenant les délais d'attente des rendez-vous va empêcher ceux qui voulait se faire vacciner d'avoir un pass vaccinal avant la fin Août.

Il est clair que la Grande Bretagne permettait de savoir avec 1 mois et demi d'avance ce qui allait arriver en France et donc il était primordial d'encourager les Français les plus jeunes à se précipiter en juin sur les vaccins qui venaient d'être autorisés pour eux. Les centres étaient désertés à la mi-juin,... dommage !

Comme quoi, quand on s'y prend au dernier moment, les galères arrivent toujours !

Si je n'avais pas été obligé de prendre l'Astrazeneca avec ces longs délais inter-doses, peut-être aurait-je fait la même erreur que beaucoup ont faite en voyant des chiffres de contaminations en constante baisse avant fin juin.

Au début de la pandémie début 2020, il fallait suivre l'Italie pour comprendre ce qui allait nous tomber dessus, depuis mai 2021, c'était la Grande Bretagne qu'il fallait regarder... le gouvernement et les autorités sanitaires ont elles vraiment réfléchi à ce problème de délai entre doses ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.