lepeltier.ludovic
Directeur de publication du Courrier d'Europe centrale et doctorant en géographie
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

1 Éditions

Billet de blog 15 août 2018

Appel contre la suppression des «Études de genre» à l'Université hongroise

Texte de l'appel à protestation du Réseau hongrois des enseignants universitaires (OHA) contre le plan du gouvernement de Viktor Orbán visant à supprimer le master «Études sur le genre».

lepeltier.ludovic
Directeur de publication du Courrier d'Europe centrale et doctorant en géographie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est en plein milieu des vacances universitaires d’été que la Conférence des recteurs hongrois a reçu une proposition de modification de décret, issue des ministères des Ressources Humaines (EMMI, équivalent du ministère de l'éducation nationale) et de la Justice, demandant la suppression du Master « Etudes sur le genre ». A l’heure actuelle cette formation est proposée aux étudiants dans deux universités hongroises : la Faculté des Sciences Sociales de ELTE et l’Université d’Europe Centrale (CEU). Selon la proposition des deux ministères les étudiants admis cette année pourront encore achever leurs études, mais dans le futur personne ne pourra commencer en Hongrie des études dans cette discipline.

Bibliothèque principale de l'Université Loránd Eötvös à Budapest. © Thaler

Ce Master a été intégré dans la liste des programmes universitaires il y a douze ans. Depuis 2008 il existe un Master d’Etudes sur le genre de langue anglaise à l’Université d’Europe Centrale, tandis que l’Université ELTE a obtenu le droit de lancer une formation semblable en hongrois tout récemment, en 2016. En réalité à ELTE le Master en question a été lancé seulement en 2017. Déjà bien avant son début il était la cible de multiples attaques de la part de plusieurs membres du gouvernement et de la presse sous contrôle du gouvernement. Maintenant, à moins d’une année après les débuts de la formation à ELTE, le gouvernement souhaite interdire ce Master dans toutes les deux universités, citant comme uniques arguments le faible nombre des étudiants inscrits et l’inutilité de cette formation du point de vue de l’économie et du marché du travail.

La suppression planifiée d’une formation universitaire avec des prétextes pareils sans fondement, et sans arguments professionnels porte une très grave atteinte à la liberté académique, même si on interprète cette liberté d’une manière aussi restrictive comme le fait la Constitution hongroise.

Les « Études sur le genre » est une discipline scientifique mondialement reconnue ; plusieurs centaines d’universités proposent une formation dans ce domaine, avec le but d’étudier les inégalités entre hommes et femmes sur le plan social et sur le marché du travail, l’évolution des rôles de genres sociaux, les stéréotypes culturels rattachés aux genres.

Le gouvernement hongrois qui veut exploiter le sujet de l’enseignement et de l’étude des genres pour ses propres buts politiques (nous pensons ici également aux attaques récentes contre le Centre d’Etudes Sociales de l’Académie des Sciences Hongroises), se ridiculise par son comportement borné et à courte vue  devant l’opinion publique internationale. A tel point que même certains portails d’extrême droite ont qualifié la proposition de suppression comme abusive.

Le Réseau des Enseignants Universitaires (OHA) proteste fermement contre le projet gouvernemental de suppression du Master « Etudes sur le genre » et  appelle tous les représentants du monde académique et scientifique international à se joindre à sa protestation.

Le Réseau des Enseignants Universitaires (OHA)
http://oktatoihalozat.hu/
https://www.facebook.com/oktatoihalozat/?fref=nf


Pour signer l'appel : la pétition en ligne.

Pour en savoir plus :

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky