LUNDI 17 NOVEMBRE : CONTACTS ET LIENS.

Les contacts ne sont pas bêtes et doivent aider à trouver, sans violence, les meilleurs chemins pour accéder à une nouvelle république. La chose n'est pas simple et produit de nombreuses propositions pour construire le meilleur résultat humain possible. Qui tiendra compte de la Nature, comme dit ici le "ticket" d'hier. Car la Nature est plus forte que nous et nos chamailleries tournent au jeu de vilains. Le Gard avait déjà prévenu et il vient à nouveau d'avertir. 50 ans après : ce qu'évoquent ses "reproches" :

.....

" Je ne vous ferai pas, le coup des deux oiseaux,

" Qui sont tombés dans l'eau, par la voix de Ferrat,

" Ici rien n'est profond, c'était seulement beau,

" Oui eau de toi rivière', j'entends encor' la voix.


" Mais cinquante ans plus tard, que vois-je à la télé ?

" Une rivière gardoise, soudain devenue folle,

" Qui casse tous les ponts, et inonde les quais,

" Charrie comme fétus, des arbres et des bagnoles,


" Que t'ont-il faits les hommes, pour les faire pleurer ?

" Ô toi eau démente, devenue assassine !

" Seul le vieux pont romain, a pu te résister,

" Disons que c'est un pont, qui a su rester In...


" In avec le ciel, les arbres et les oiseaux,

" Avec ton ancien lit, que l'on a chamboulé,

" Alors tu t'es fâchée, une fois s'il te plaît,

" Eau gardoise sous les ponts, on veut te voir couler.

BL

Dans ce 14/18 novembre, l'actualité fouette d'autres "chats". Oui la violence ne doit plus passer et chacun d'entre nous voudrait oeuvrer dans ce sens. L'actualité des pages MDP est immense et les communications entre nous complexes. Alors que le grand but est le même. Comme hier, j'enregistre et vais participer à des communications en cours de contacts et de liens. Ce soir essai de récitations de poèmes.

 




Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.