23 è bis

...Un assemblement clair dont les citoyens viseraient à construire virtuellement,  pour 2014,  un programme complet d'une république couvrant toutes les fonctions susceptibles de faire vivre (toit et nourriture) tous les ressortissants l'habitant. Pays préparé à correspondre avec  les autres pays de la planète...Il ne s'agit surtout pas d'avoir pour but premier, dans cet espace de temps, d'abattre le président et le PS en place...Mais de constituer le fameux aiguillon et d'obtenir audience (ayant-droit bien logique), pour une amélioration éventuelle à proposer. 

Deux lignes   :

- oublier le mot politique et parler de la nécessité d'organiser la société de telle manière que toutes les fonctions nécessaires au mode de vie minimal  - voir ci-dessus - soit  définies...

- réorganiser profondément la distribution du carburant-argent...Il n'est pas besoin d'être ministre pour constater des aberrances 

 

«A propos de l’éducation» Conférence d’Alain Badiou

20 septembre 2012 Par jpornon

Université populaire du Théâtre de Saint Quentin en Yvelines-Scène Nationale «A propos de l’éducation» Conférence d’Alain Badiou, écrivain et philosophe samedi 6 octobre > 18h

 

« Il y a depuis toujours deux conceptions très différentes de l’éducation. La première définit l’éducation comme une transmission, transmission garante d’un ordre social déterminé. Au fond, il s’agit de "former", au sens de "conformer", les esprits et les corps, de façon à ce qu’ils s’intègrent harmonieusement au consensus collectif. C’est bien ce qu’on veut dire aujourd’hui, quand on affirme que l’éducation doit d’abord transmettre des "valeurs communes", ou quand on demande aux étrangers de "s’intégrer" à la communauté telle qu’elle est. L’éducation est alors garante d’une répétition, d’une conservation. Elle vise à ce que les opinions soient convergentes.

La deuxième définit l’éducation comme un éveil des sujets à ce qui est universel, à ce qui est justement irréductible à la particularité d’une société ou d’une civilisation. L’éducation doit faire que chaque individu découvre en lui-même une capacité à participer au processus de construction, en rupture avec la répétition des opinions, de quelques vérités neuves, dans les ordres fondamentaux où existent de telles vérités : la science, l’art, la politique d’émancipation et l’amour. L’éducation vient au secours des innovations, des salutaires secousses qui transforment situations et individus. Elle vise à ce que les vérités nouvelles ébranlent le socle conservateur des opinions. La philosophie s’adresse à tous, pour que chacun puisse choisir entre ces deux visions antagonistes. » Alain Badiou Théâtre de Saint Quentin en Yvelines 2 place Georges Pompidou, Montigny-le-Bretonneux, 

 De 15 à 18 ans, soit les 3 années qui précèdent le droit de  voter, de brefs cours citoyens, concernant les institutions, les lois, les règles de fonctionnement, les nombres d'élus etc ...pourraient être instaurés par l'Education Nationale. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.