LE PONT DU SEMESTRE ET LES AUTRES PONTS.

Le premier semestre 2015 est tout près de sa fim (.). C'est pourquoi, ce matin, j'ai choisi un poème qui honore les ponts (thème du premier mois de septembre 2005 de l'Atelier Rencontre - Poésie). J'ai fait de ce thème pont un poème, savamment nommé "Le pont du semestre 2005" sous-entendu de l'atelier Rencontre - Poésie, saison 2004/2005, la 3è et dernière. Six thèmes donc (et 6 exposés pour ceux qui suivent depuis Brel : bloqué, j'y reviendrai en écrivant sur ce que Grand Jacques pensait de...Jacques Brel...autres commentaires, à la place commentaires...

 


             LE PONT DU SEMESTRE.

" Le Semestre est un pont, que l'esprit a mis haut,

" Plus haut que tous les autres, même celui de Millau*

" Un pont imaginaire, pour une facétie,

" Vouée à un programme, dont voici le récit.

 

" À la tête du pont, le tout premier pilier,

" Que Gabin eût aimé, interpeller "Candier"*

" Le buste de Jules Verne, est fier en cet endroit,

" Entre la Terre et Lune, il en a bien le droit.

 

" Le pilier 2 sans maître, deux cents mètres plus loin,

" Affiche "Pourquoi pas", un homme de grand bien,

" Vous ne connaissez pas, le Sieur Luc Bérimont,

" Sachez qu'il est un pape, dans l'univers Chansons°.

 

" Pilier numéro 3, c'est le bel Adonis,

" L'étranger de ce pont, qui s'est mis au service,

" De la francophonie : la défendre est son but,

" Celui qui le présente, ne voudrait pas qu'il chut.

 

" La communication, arrive au pilier 4°,

" Et présente un taxi, qui va vouloir se battre,

" Vous derrière lui devant, et à grands coups d'histoires,

" Pour montrer que le plus, nourrit mieux la mémoire°,

 

" Poésies et amours, pilier 5 se confondent,

" Elles sont de tous les rêves, et partout elles abondent,

" Elles vont du B.A,-BA, aux plus sophistiqués,

" Et les plus belles souvent, sont les moins compliquées.

 

" Le pilier 6 enfin, synthèse de tout ce pont,

" Fête la Poésie, et ceux qui s'y rendront,

" Apportant avec eux, tous leurs poèmes choisis,

" Autant de coups de coeurs, à leur Reine Poésie.

 

" Rêve et Réalité, après la traversée,

" Iront s'asseoir ensemble, dans un estaminet,

" Il faut manger pour vivre, repues seront nos âmes,

" Quand l'hôtelier dira, "Bon appétit, M'sieurs Dames".

Bernard(o) 

nb : "Il suffit de passer le pont" (GB après Brel)°

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.