C'EST UN BEAU ROMAN, C'EST UNE BELLE HISTOIRE...

C'est bien sûr le titre d'une chanson de Michel Fugain, "baptisé" hier le Citoyen collectif des années 1973/77 qui furent celles d'une révolte contre l'injustice. Traduite entre 24 septembre 1973 et le 25 avril 1977 par deux bouquins à compte d'auteur. Le premier ayant eu un bon accueil et le second, quasiment non distribué (soucis personnels et bon travail retrouvé)...Et puis, finalement, j'ai renoncé, hier, car engagements chez MDP mal reçus et besoin absolu  de m'occuper du bonhomme comme l'a écrit James in Paris. 

Ceci dit, le titre du jour renaissait, par rapport au voyage qui m'a conduit vendredi soir chez l'Irlandais James. J'ai déjà écrit qu'il fut de Saint-Maur des Fossés à Paris 5ème, un voyage comme ceux que j'ai connus en découvrant le taxi banlieue (1 an), puis le taxi parisien (8 ans moins 1 année CDD dans le social. Oui, "J'ai transporté le peuple, et il m'a transporté". Édition Je me souviens, avant les 4 fois 20...?

La belle histoire est  ou plutôt sont ,2 dialogues avec deux femmes ! Un dans un hall de banque avec une femme de x années et le second avec une jeune femme de 21 ans enceinte !...A la banque, guichets fermés - il est plus de 19 heures -. Auparavant, marre d'écrire chez moi, tellement d'occasions privées et puis j'suis pas bon car même des bons, je les enmuis....Trop long, yesss. N'ai pas répondu au Connollys pour ce coup que je décris amusant dans sa forme en mp.  J'irai et ce billet fini, j'irai en début d'aprèm sur site James arrêter avant ce soir pour la fin mai. (Sauf mpa).

Dans le hall - ce sera une première étourderie : tirage 40 euros, et ne reprends que la carte ! P. Une femme venue faire un retrait va rester avec moi pour diverses opé sur une des 2 machines qui veut bien répondre. Sympa...Au RER A, en retard, je demande à la jeune femme ce quelle a lu sur le panneau du Hall : bidouille mais train bientôt là. En effet et je ne la dérange pas. Nous ferons le voyage ensemble jusque Châtelet (20/25').

D'abord HH, elle connaît bien "ma" ville Colombes, car elle a fait partie d'un groupe de jeunes espoirs du patinage sous la houlette de Candeloro, populaire, que je ne présente pas. Oui mais ? oui mais elle passe tellement les mains sur son ventre que je ne peux m'empêcher de  "m"inquiéter"...<<Je suis enceinte, grand sourire radieux...Je ne voudrais faire pleurer personne : ce serait ma petite-fille (n'ai que des garçons), ce ne pourrait être mieux. Le bonheur chez elle et c'est merci sur toute la ligne, quand on compare les événements semblables quant à bien des dates. Brin de bonheur aussi itou. Au changement, sa ligne 4 est à Gauche et moi la 7 à droite, et elle veut m'accompagner pour la voix, alors que bousculé bien avant la banque...Elle dit que le bébé entend ! En d'autres circonstances, pour moins que tout ceci, mail en échange...Je lui ai juste demandé son nom. Et là, vous allez penser que je suis vraiment un fou (sérieux, nous courons les rues), car son prénom a 3 lettres et j'ai un doute!!!!? C'est d'abord Weg qui m'est venu, puis de me demander si ce n'est pas Meg. Un des 2 ! Weg (seoo) c'est chemin en allemand ( Mme Christelle aidez-moi, please (.). Je sais sa commune et juin. Pas besoin d'être un Sherlock sur juin pour trouver...Bien sûr, éphémère...

Arrivée comme on sait chez James. Kif kif pour l'humain l'Accueil collectif et de James, que j'aurai de la peine à interwiever tout le temps de nos dialogues avec ses amis...La belle histoire est le samedi matine CA est ouvert le samedi et ferme le lundi. Mais là ! J'y vais à 9 h 30 avec papiers pour récupérer mes 40 euros. Hall guichets fermés ? Et  la dame d'hier est à nouveau là !? Elle vient d'arriver. Je regarde sur la porte de la rue : fermé jusque mardi !!! Nous rions cette fois et cette fois je donne mes téléphones. Pas avant mercredi, puisque pas libres avant. Ne pas croire que je suis... Et d'ailleurs, vie privée.  Pour finir ce mois (sauf mp), je reviendrai chez James dans l'après-midi. 

Et ici ! Aux amis. 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.