lepido
Enseignant
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

2 Éditions

Billet de blog 16 mai 2008

Le cumul des mandats, un frein au renouvellement, à la parité et à la diversité

Limiter le cumul des mandats, c'est déconcentrer le pouvoir, c'est ouvrir le monde politique à la pluralité des idées et assurer le renouvellement des personnes et donc des idées.

lepido
Enseignant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Limiter le cumul des mandats, c'est déconcentrer le pouvoir, c'est ouvrir le monde politique à la pluralité des idées et assurer le renouvellement des personnes et donc des idées.

Le cumul des mandats doit être limité dans le temps et dans l'espace.

Dans le temps, ce n'est qu'en limitant le nombre de mandats successifs que l'on assurera le renouvellement des générations. Ce renouvellement sera la seule garantie à la féminisation du parti et de ses représentants, et à l'ouverture du parti à la diversité. Se contenter d'imposer des candidates femme et des candidats issus de la diversité ne fonctionne pas et est souvent mal perçu : quand les militants choisissent ici un candidat nouveau et qu'on leur impose une candidate venu d'ailleurs, alors que dans le même temps le maire de telle ville, en place depuis 30 ans reconduit son mandat, il n'en découle qu'humiliation, défaite électorale et défaite politique. Nous l'avons vu lors des élections municipales.

Dans l'espace, limiter les mandats est la seule garantie à l'ouverture du parti à la pluralité des idées et des représentants. Elle sera aussi la seule garantie à ce que nos élus sièges dans les instances dans lesquelles ils nous représentent. Comment peut-on être dans 2 voir 3 endroits à la fois ?

Sans tomber dans un extrémisme anti-cumul, il serait bon que des décisions pour limiter le cumul des mandats soient prises au niveau national et inscrite dans les statuts du parti socialiste.

Ces dispositions pourraient être, par exemple :

  • un non cumul des mandats exécutifs et un non cumul d'un mandat exécutif avec un mandat national.

  • une limitation du nombre de mandats de conseillers.

  • Une limitation à 3 mandats successifs dans l'exécutif ou à 3 mandats nationaux.

Ces exemples laissent la possibilité de cumuler un siége de conseiller municipal avec la vice présidence de la région, ou avec un mandat de député. Il est en effet utile que les politiques se croisent, à mon avis...


Nous ne pouvons en tous cas continuer de proposer aux élections présidentielles la limitation du cumul des mandats si nous ne sommes pas capable de l'appliquer au sein même du Parti Socialiste. Il faut être en cohérence avec nos choix politiques.

Mais surtout, nous devons assurer le renouvellement du Parti, sa féminisation et sa diversité : la limitation du cumul des mandats est la solution majeure pour faire vivre la pluralité des idées, la Démocratie.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Le conflit russo-ukrainien divise la gauche anti-guerre
La cohérence du camp anti-impérialiste, a priori uni par son rejet des blocs militaires, a été mise à l’épreuve par l’invasion de l’Ukraine. Certains refusent les livraisons d’armes, craignant l’engrenage d’un conflit interimpérialiste, tandis que d’autres estiment incontournable cette solidarité. 
par Fabien Escalona
Journal — École
L’univers sexiste, homophobe et autoritaire de Stanislas, le « meilleur » lycée de France
De nombreux témoignages et des documents obtenus par Mediapart montrent ce qui est proposé par ce prestigieux établissement catholique. Une quinzaine d'anciens élèves racontent les « humiliations » et les « souffrances » vécues. 
par David Perrotin et Lorraine Poupon
Journal — Éducation
Dorlotée sous Blanquer, l’école privée prospère
L’enseignement privé n’a guère eu à souffrir du quinquennat écoulé, protégé par la figure tutélaire d’un enfant du système, le ministre Jean-Michel Blanquer lui-même. La gauche, tout à la défense d’un service public malmené, tâtonne sur sa remise en cause.
par Mathilde Goanec
Journal — France
Maltraitances en crèche : un tabou français
La mort d’un bébé survenue la semaine dernière à Lyon a provoqué la stupéfaction. Mais depuis de longs mois, les conditions d’accueil en crèche se dégradent. Et des professionnels, des experts ou représentants du secteur tirent la sonnette d’alarme. Témoignages.
par Laëtitia Delhon

La sélection du Club

Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra
Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra
Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger
Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves