Erreurs 500, le ras-le-bol des abonnés

Tous les utilisateurs de Mediapart, abonnés comme salariés, rencontrent de façon parsemée depuis le nouveau club, et de façon plus soutenue ces derniers jours des «erreurs 500» ou «erreurs 503». Explications.

Ah, la maudite «erreur 500»! Vous êtes nombreux, depuis plusieurs jours, à nous faire part de votre exaspération croissante face à la multiplication de ces pages d'erreur qui s'affichent lorsque vous voulez enregistrer un commentaire, un billet de blog ou d'édition (vos billets sur le sujet, ou vos commentaires). Plusieurs d'entre-vous nous demandent, et c'est bien la moindre des choses, des remèdes ou à tout le moins des explications. Voici quelques éléments de réponse.

capture-d-e-cran-2016-06-13-a-13-18-53

Maigre consolation: vous n'êtes pas les seules victimes de ces blocages inopinés du site. Tous les utilisateurs de Mediapart, abonnés comme salariés, rencontrent de façon parsemée depuis la création du nouveau club, et de façon plus soutenue ces derniers jours des «erreurs 500» ou «erreurs 503». Nous avons bien conscience de la frustration que cela provoque, lorsque vous publiez un commentaire, recommandez un article ou postez un billet de blog. 

A noter: si une erreur 500 ou 503 s'affiche, l'action de publication a tout de même été prise en compte. Cela signifie que votre commentaire ou votre billet a bien été publié. Il est donc inutile de le resaisir, comme de revenir en arrière pour le ré-enregistrer et provoquer ainsi plusieurs publications successives. Le savoir ne résoud évidemment pas le problème rencontré mais vous évite de nouvelles manipulations...

Ces erreurs sont dues principalement à la difficulté que rencontre parfois notre plateforme pour traiter l’ensemble des sollicitations générées par les lecteurs, les contributeurs et les journalistes. Ces dernières semaines, la forte augmentation du nombre de visites sur le site, liée à plusieurs de nos enquêtes et à l'augmentation du nombre d'abonnés à Mediapart (plus de 120.000 abonnés individuels), a contribué à mettre notre plateforme «sous tension». Chaque requête (une recommandation, un commentaire à publier, un billet de blog à enregistrer, un ajout aux favoris etc.) n'arrivant pas à être traitée par nos serveurs génère une erreur 500 ou 503.

L'équipe technique de Mediapart travaille bien évidemment chaque jour pour éviter autant que faire se peut la multiplication de ces erreurs. Nous avons bien conscience que Mediapart, journal pleinement participatif, ne peut pas durablement vous proposer une plateforme et des outils rédactionnels pouvant être défaillants. Sans promettre la lune, soyez-en convaincus: nous travaillons d'arrache-pied pour progressivement réduire ces erreurs, et ce dans deux directions. La première est la consolidation et le renforcement de nos moyens d'hébergement pour assurer rapidement une capacité de service.

La seconde est un travail de fond sur notre plateforme. Cette plateforme, comprenez l’association du code technique et de l’infrastructure chez notre hébergeur, a déjà été revue en partie avec le nouveau Club qui a été mis en place à la fin 2015. Mais une autre partie de cette plateforme, elle invisible, reste similaire à la période antérieure. Et c'est cette cohabitation entre le nouveau et l'ancien qui engendre des difficultés techniques dans sa stabilisation.

La solution pérenne est de modifier la partie ancienne de la plateforme pour la rendre mieux compatible avec cette nouvelle version, dont le nouveau club fait partie. Ce chantier est ouvert depuis plusieurs semaines, il nécessite des développements longs et complexes qui sont en cours.

Enfin, nous avons lu à maintes reprises vos remarques sur le fonctionnement du fil des commentaires. Nous publierons très bientôt un billet explicatif sur ce fonctionnement et sur les corrections que nous allons y apporter. Sachez que nous sommes tout à fait concernés par la frustration des utilisateurs. Continuez de nous alerter ou d'envoyer vos problèmes techniques au Service abonnés (contact@mediapart.fr) qui nous fait suivre vos signalements.  

----------------------

Pour accélérer ses développements, qui portent également sur la création de nouveaux formats éditoriaux programmés pour la fin de l'année, l'équipe technique de Mediapart recrute, n’hésitez pas à en parler autour de vous :
- Développeur-euse senior PHP/Symfony 2, CDI basé à Paris
- Lead développeur-euse PHP/Symfony 2, CDI basé à Paris

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.