Les Communistes
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 août 2022

Des communistes répondent à Michel Onfray

Dans un contexte particulièrement pesant où l'accusation d'antisémitisme est portée contre les députés et les partis de la NUPES, des communistes ont décidé de répondre à une tribune de Michel Onfray ciblant le PCF parue le 31 juillet dans le JDD.

Les Communistes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans une tribune infâme publiée par le Journal du Dimanche, Michel Onfray porte une violente charge contre le Parti Communiste. Ce texte est une réponse au projet de résolution déposé par les député·e·s communistes et de la NUPES condamnant le régime d’apartheid mis en place en Israël. Onfray y caractérise un nouveau temps de l’antisémitisme « islamo-gauchiste » qui serait la continuation d’un antisémitisme historique dont le PCF serait le fer de lance.

Fidèle à ses procédés de falsifications habituels, sans peur du ridicule, Onfray fait de Marx et d’Engels des penseurs antisémites et du PCF le parti de la collaboration avec Pétain. C’est ce même Marx, qu’il essentialise comme juif, en le renvoyant à « un lignage de rabbins ashkénazes ».

Il cite par ailleurs un extrait de l’Humanité du 4 juillet 1940 en oubliant de dire qu’elle est clandestine. On sait la faute que fut le soutien du PCF au pacte germano-soviétique, faute commise dans les conditions de la clandestinité et de l’interdiction, par obéissance à l’Internationale communiste et appuyée sur une mauvaise analyse des rapports entre démocratie et capitalisme. Mais cela n’avait rien à voir avec de l’antisémitisme. Malgré cette erreur, l’histoire du PCF est honorable. Il fut même le premier à prendre conscience du danger fasciste. Il n’est qu’à citer son engagement du côté des républicains pendant la guerre d’Espagne en 1936 et son refus quasi solitaire en 1938 des accords de Munich qui offrait la Tchécoslovaquie à l’Allemagne nazie. Onfray réédite l’antienne d’un PCF qui ne serait entré en résistance qu’en juin 1941, après l’invasion de l’URSS. Lui qui prétend faire de l’histoire, n’a-t-il jamais entendu parler par exemple de l’appel de Charles Tillon du 17 juin 1940, des étudiants communistes manifestant avec d’autres sous l’Arc de Triomphe le 11 novembre 1940, ou de la grève des mineurs du Pas-de-Calais du printemps 1941 ni de la création par les communistes du Front national pour la liberté et l’indépendance de la France en mai 1941…?

Ensuite, Onfray ose écrire que la résistance des communistes fut un mythe construit notamment par de Gaulle (sic). N’a-t-il jamais entendu parler des milliers de communistes réprimés et assassinés par Vichy et l’occupant nazi, des dizaines de milliers de communistes déportés dans les camps de concentration ? Ne sait-il pas que le philosophe communiste Politzer a écrit dès février 1941 un des premiers textes d’analyse et de dénonciation d’ensemble de l’idéologie nazie et de son antisémitisme ? Politzer fut fusillé en 1942. Sait-il que le communiste Charles Lederman fut un des organisateurs de la résistance juive ?

En fait, l’Histoire n’est pas le problème d’Onfray. Dans sa description des âges de l’antisémitisme, il omet d’ailleurs volontairement l’antisémitisme raciste d’extrême-droite. Onfray ne sait même pas lire Poliakov comme il n’a jamais su lire Marx, Freud et tous les grands penseurs de l’émancipation.

Et pour cause, le philosophe de CNews est en mission, faire disparaître les vrais responsables de la Shoah, le Nazisme et le Fascisme pour construire un récit où l’extrême-droite n’existe pas et est inoffensive. Les théories sur les inégalités entre les races du début du 20e siècle, les millions de morts de la Shoah, les crimes contre l’humanité commis au nom des nationalismes, tout cela est absent de son texte.

L’anticommunisme d’Onfray n’est au fond qu’une des facettes de son ralliement aux théories d’extrême-droite. Son discours est même caractéristique d’un populisme d’extrême-droite fait d’outrance et de théories du complot. Les progressistes doivent se rassembler et dénoncer ces falsifications, tant depuis un siècle, l’Histoire progressiste de la France et celle du PCF sont étroitement liées. Mais le PCF n’est pas seul dans le viseur ; ce sont toutes les composantes de gauche que l’on veut délégitimer en les accusant d’antisémitisme. Alors faisons front ensemble.

Josselin Aubry, Hadrien Bortot, Marie-Pierre Boursier, Vincent Bouget, Grégory Géminel, Frédérick Genevée, Vanessa Ghiati, Fabienne Haloui, Robert Injey, Isabelle Lorand, Sonia Masson, Frank Mouly, François Salamone.

La Mort de Danielle Casanova © Boris Taslitzky (Musée de l'Histoire Vivante, photo Alain Leprince)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Chine et États-Unis entrent dans un nouveau cycle de tensions économiques
La crise taïwanaise a prouvé la centralité de la compétition entre Pékin et Washington. Sur le plan économique et historique, c’est aussi le produit des errements de la gestion par les États-Unis de leur propre hégémonie.
par Romaric Godin
Journal
Discriminations sexistes à l’entrée de prisons : des retraits de soutiens-gorge imposés à des avocates
Cela fait une décennie que des avocates signalent des retraits de soutiens-gorge imposés par des surveillants quand elles se rendent en prison. Depuis la diffusion d’une note par l’administration pénitentiaire en juillet 2021 interdisant cette pratique, au moins quatre avocates ont rapporté avoir été ainsi « humiliées ».
par Sophie Boutboul
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint
Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ». Premier volet de notre série sur la guerre des espionnes.
par Patricia Neves

La sélection du Club

Billet d’édition
Entretien avec Manuel Bauer, réalisateur du film documentaire « Vida férrea »
Entretien réalisé par Alice Langlois qui a mené un terrain anthropologique dans la région minière traversée par le film et le critique de cinéma Cédric Lépine, à l'occasion de la présentation du film « Vida férrea » à Visions du Réel, festival international du film documentaire de Nyon (Suisse) en 2022.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Relancer les trains de nuit et améliorer l'infrastructure créera des emplois
[Rediffusion] Lorsque le voyageur se déplace en train de nuit plutôt qu’en avion, il génère davantage d’emploi. La relance des trains de nuit peut ainsi créer 130 000 emplois nets pendant une décennie pour la circulation des trains, la construction du matériel et l’amélioration des infrastructures. Bénéfice additionnel : les nouvelles dessertes renforceront l’attractivité des territoires et l’accès à l’emploi.
par ouiautraindenuit
Billet de blog
Les perdus de Massiac
Par quel bout le prendre ? Dénoncer l'incompétence catastrophique et l'inconséquence honteuse de la SNCF ou saluer les cheminots qui font tout leur possible pour contrebalancer l'absurdité du système dont ils sont aussi victimes ? L'État dézingue d'abord chaque secteur qu'elle veut vendre au privé de manière à ce que la population ne râle pas ensuite...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
« Le chemin de fer est un trésor public et une solution pour demain »
[Rediffusion] Dans « Un train d'enfer », Erwan et Gwenaël Manac'h offrent une enquête graphique dense, caustique et très réussie sur la SNCF qui lève le voile sur une entreprise d’État attaquée de toute part, un emblème, à réformer sans doute, mais surtout à défendre. Conversation déliée avec Erwan.
par Delaunay Matthieu