2 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 mars 2022

Kyiv/Kiev : la cohabitation est-elle encore possible ?

Lorsqu’une guerre éclate, les journalistes, les écrivains, et même tous ceux qui manipulent la langue doivent se plonger dans une discipline ardue : la toponymie politique. Car nommer est toujours un exercice du pouvoir profondément idéologique. Et une question s’est posée récemment qui a interrogé les rédactions françaises : faut-il écrire Kiev ou Kyiv ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Libération, précédé par les médias anglo-saxons, a le mérite d’avoir ouvert le débat et y a répondu sans équivoque, privilégiant la transcription ukrainienne. D’autres journaux l’ont suivi à l’instar de Politis. Et il faut dire que l’histoire et l’actualité leur donnent plutôt raison.

Hormis les cas de Sébastopol et d’Odessa, dont l’incorporation est ancienne en français et pour partie liée à l’histoire de France (aménagement du port franc dOdessa par le duc de Richelieu au début du XIXsiècle et guerre de Crimée de 1853 à 1856, premier conflit photographié), et dont l’ukrainisation nécessitera un temps d’adaptation et d’adoption, le pôle correction a validé le principe de reconnaître la toponymie officielle et la transcription des noms de personnes ukrainiennes.

L’ukrainien est en effet langue officielle depuis le 28 octobre 1989[1], dès avant, donc, l’indépendance de l’ancienne république soviétique socialiste d’Ukraine, même si, par la suite, les tentatives de satellisation du pays par la Russie ont pu enrayer ce processus de réassurance linguistique jusqu’à la révolution de Maïdan. Cette officialisation de l’ukrainien s’est doublée d’une pleine reconnaissance des droits des minorités linguistiques qui a surtout favorisé le russe.

Comme le rappelle Iaroslav Lebedynsky, historien et chargé de cours à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco) : « Le 8 août 2012, [le président ukrainien] Viktor Ianoukovitch a promulgué une loi qui, sous couvert d’élargir ces droits, visait en fait à assurer au russe une place de langue officielle. Cette loi, maillon d’une longue chaîne de mesures culturelles d’inspiration anti-ukrainienne, est devenue emblématique d’un pouvoir de plus en plus détesté. C’est à ce titre que le Parlement ukrainien l’a abolie le 23 février 2014, au lendemain de la révolution. Non seulement cette abolition ne faisait que restaurer la situation antérieure à 2012 et n’impliquait aucune “interdiction” de l’usage du russe, mais encore elle n’a jamais été promulguée par le président par intérim Tourtchynov, soucieux justement d’éviter tout conflit sur ce thème. Cela n’a pas empêché la propagande russe de s’en saisir avec, semble-t-il, un certain succès. »

Si Vladimir Poutine, intoxiqué par son maître à penser, le philosophe russe blanc antisémite et xénophobe Ivan Iline, reste bloqué sur un temps révolu de persécution et de négation de la culture ukrainienne, rien ne nous empêche, nous, d’actualiser la carte, à l’image de la signalétique en Ukraine même.

Manifestation à Hambourg, 5 mars 2022. © Jonas Walzberg / DPA / dpa Picture-Alliance via AFP

Il ne s’agit pas là d’ajouter sa bûche à une flambée nationaliste mais de contribuer, modestement, à « réparer » par le travail des mots les injures de l’impérialisme russe. Comme l’explique Iaroslav Lebedynsky à Mediapart, l’ukrainien ou langue ruthène (« rous’ka mova ») est une langue à part entière, et non un dialecte du russe, dont les traits caractéristiques apparaissent dans les documents issus de la région kiévienne et galicienne aux XIe-XIIsiècles et s’enrichissent de nombreux apports aux siècles suivants, à la confluence des sphères d’influence russe et lituano-polonaise : « Dans les territoires ukrainiens sous juridiction lituanienne et polonaise, aux XIVe-XVIIsiècles, cette “langue ruthène” a été influencée par les parlers vivants contemporains, et a aussi incorporé un important vocabulaire polonais. Elle a été utilisée officiellement dans la grande-principauté de Lituanie aux XIVe-XVIsiècles, puis dans l’État autonome cosaque, “l’Hetmanat” des XVIIe-XVIIIsiècles. À partir de la fin du XVIIIe et au cours du XIXsiècle, une langue littéraire proche de l’ukrainien parlé a été refondée par des auteurs dont le principal est Taras Chevtchenko (1814-1861), le poète national. »

C’est au XIXsiècle que tout se corse. Alors qu’en Galicie autrichienne, l’ukrainien se voit reconnaître le statut de langue, en Russie, les autorités le lui dénient et en restreignent même l’usage, notamment par une interdiction, en 1863, d’éditer en ukrainien, interdiction réitérée et durcie en 1876, ainsi que le souligne Iaroslav Lebedynsky. Si le père de Nicolas Gogol pouvait encore écrire des pièces de théâtre en ukrainien, son fils fut contraint dans ses œuvres de réduire sa pratique à quelques touches lexicales pittoresques. À l’époque soviétique, après une politique d’ukrainisation dans les années 1920-30, la russification s’est poursuivie et fortifiée.

Si la tradition nous incite donc à écrire Kiev, les mouvements de résistance nous poussent à écrire Kyiv. Nous écrirons donc « Kyiv (Kiev en russe) »[2] à la première occurrence de l’article. Mais nous tenons néanmoins à conserver Kiev entre parenthèses, un peu par tradition française, et aussi parce que beaucoup de russophones sont victimes des bombes de Moscou. Il ne s’agit pas forcément « d’effacer » des toponymes mais de les faire cohabiter.

Ainsi nos avis et nos usages, au pôle correction, évoluent-ils avec l’actualité, car l’on sait que, dans la langue française, rien n’est jamais figé. La souplesse est une réponse quand, dans les temps troublés, on oblige à dire plutôt qu’on empêche de dire.
________________________

[1] Le passage de Kiev à Kyiv, plus tardif, a été ordonné par décret présidentiel le 23 août 1995 et validé par la Commission ukrainienne de la terminologie légale le 14 octobre 1995.

[2] [Kiev] est une translittération conventionnelle française du cyrillique russe qui, comme toute translittération, est discutable.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch
Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT