2 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 mars 2022

Kyiv/Kiev : la cohabitation est-elle encore possible ?

Lorsqu’une guerre éclate, les journalistes, les écrivains, et même tous ceux qui manipulent la langue doivent se plonger dans une discipline ardue : la toponymie politique. Car nommer est toujours un exercice du pouvoir profondément idéologique. Et une question s’est posée récemment qui a interrogé les rédactions françaises : faut-il écrire Kiev ou Kyiv ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Libération, précédé par les médias anglo-saxons, a le mérite d’avoir ouvert le débat et y a répondu sans équivoque, privilégiant la transcription ukrainienne. D’autres journaux l’ont suivi à l’instar de Politis. Et il faut dire que l’histoire et l’actualité leur donnent plutôt raison.

Hormis les cas de Sébastopol et d’Odessa, dont l’incorporation est ancienne en français et pour partie liée à l’histoire de France (aménagement du port franc dOdessa par le duc de Richelieu au début du XIXsiècle et guerre de Crimée de 1853 à 1856, premier conflit photographié), et dont l’ukrainisation nécessitera un temps d’adaptation et d’adoption, le pôle correction a validé le principe de reconnaître la toponymie officielle et la transcription des noms de personnes ukrainiennes.

L’ukrainien est en effet langue officielle depuis le 28 octobre 1989[1], dès avant, donc, l’indépendance de l’ancienne république soviétique socialiste d’Ukraine, même si, par la suite, les tentatives de satellisation du pays par la Russie ont pu enrayer ce processus de réassurance linguistique jusqu’à la révolution de Maïdan. Cette officialisation de l’ukrainien s’est doublée d’une pleine reconnaissance des droits des minorités linguistiques qui a surtout favorisé le russe.

Comme le rappelle Iaroslav Lebedynsky, historien et chargé de cours à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco) : « Le 8 août 2012, [le président ukrainien] Viktor Ianoukovitch a promulgué une loi qui, sous couvert d’élargir ces droits, visait en fait à assurer au russe une place de langue officielle. Cette loi, maillon d’une longue chaîne de mesures culturelles d’inspiration anti-ukrainienne, est devenue emblématique d’un pouvoir de plus en plus détesté. C’est à ce titre que le Parlement ukrainien l’a abolie le 23 février 2014, au lendemain de la révolution. Non seulement cette abolition ne faisait que restaurer la situation antérieure à 2012 et n’impliquait aucune “interdiction” de l’usage du russe, mais encore elle n’a jamais été promulguée par le président par intérim Tourtchynov, soucieux justement d’éviter tout conflit sur ce thème. Cela n’a pas empêché la propagande russe de s’en saisir avec, semble-t-il, un certain succès. »

Si Vladimir Poutine, intoxiqué par son maître à penser, le philosophe russe blanc antisémite et xénophobe Ivan Iline, reste bloqué sur un temps révolu de persécution et de négation de la culture ukrainienne, rien ne nous empêche, nous, d’actualiser la carte, à l’image de la signalétique en Ukraine même.

Manifestation à Hambourg, 5 mars 2022. © Jonas Walzberg / DPA / dpa Picture-Alliance via AFP

Il ne s’agit pas là d’ajouter sa bûche à une flambée nationaliste mais de contribuer, modestement, à « réparer » par le travail des mots les injures de l’impérialisme russe. Comme l’explique Iaroslav Lebedynsky à Mediapart, l’ukrainien ou langue ruthène (« rous’ka mova ») est une langue à part entière, et non un dialecte du russe, dont les traits caractéristiques apparaissent dans les documents issus de la région kiévienne et galicienne aux XIe-XIIsiècles et s’enrichissent de nombreux apports aux siècles suivants, à la confluence des sphères d’influence russe et lituano-polonaise : « Dans les territoires ukrainiens sous juridiction lituanienne et polonaise, aux XIVe-XVIIsiècles, cette “langue ruthène” a été influencée par les parlers vivants contemporains, et a aussi incorporé un important vocabulaire polonais. Elle a été utilisée officiellement dans la grande-principauté de Lituanie aux XIVe-XVIsiècles, puis dans l’État autonome cosaque, “l’Hetmanat” des XVIIe-XVIIIsiècles. À partir de la fin du XVIIIe et au cours du XIXsiècle, une langue littéraire proche de l’ukrainien parlé a été refondée par des auteurs dont le principal est Taras Chevtchenko (1814-1861), le poète national. »

C’est au XIXsiècle que tout se corse. Alors qu’en Galicie autrichienne, l’ukrainien se voit reconnaître le statut de langue, en Russie, les autorités le lui dénient et en restreignent même l’usage, notamment par une interdiction, en 1863, d’éditer en ukrainien, interdiction réitérée et durcie en 1876, ainsi que le souligne Iaroslav Lebedynsky. Si le père de Nicolas Gogol pouvait encore écrire des pièces de théâtre en ukrainien, son fils fut contraint dans ses œuvres de réduire sa pratique à quelques touches lexicales pittoresques. À l’époque soviétique, après une politique d’ukrainisation dans les années 1920-30, la russification s’est poursuivie et fortifiée.

Si la tradition nous incite donc à écrire Kiev, les mouvements de résistance nous poussent à écrire Kyiv. Nous écrirons donc « Kyiv (Kiev en russe) »[2] à la première occurrence de l’article. Mais nous tenons néanmoins à conserver Kiev entre parenthèses, un peu par tradition française, et aussi parce que beaucoup de russophones sont victimes des bombes de Moscou. Il ne s’agit pas forcément « d’effacer » des toponymes mais de les faire cohabiter.

Ainsi nos avis et nos usages, au pôle correction, évoluent-ils avec l’actualité, car l’on sait que, dans la langue française, rien n’est jamais figé. La souplesse est une réponse quand, dans les temps troublés, on oblige à dire plutôt qu’on empêche de dire.
________________________

[1] Le passage de Kiev à Kyiv, plus tardif, a été ordonné par décret présidentiel le 23 août 1995 et validé par la Commission ukrainienne de la terminologie légale le 14 octobre 1995.

[2] [Kiev] est une translittération conventionnelle française du cyrillique russe qui, comme toute translittération, est discutable.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Budget
Le gouvernement veut trop vite tourner la page du « quoi qu’il en coûte »
Le prochain budget marquera la fin des mesures d’urgence pour l’économie et le système de santé qui dataient de la crise du Covid-19. Le clap de fin du « quoi qu’il en coûte » en somme, dont le gouvernement ne veut plus entendre parler pour résoudre la crise énergétique actuelle. Il pense qu’il pourra maîtriser les dépenses publiques sans pour autant risquer une récession. À tort. 
par Mathias Thépot
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier
Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot