Les Délivrés
Film documentaire
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 nov. 2020

Loi "Sécurité globale" : qui raconte l'histoire ?

Le documentaire Les Délivrés se penche sur la lutte sociale des livreurs des plateformes. Leurs mobilisations existent aux yeux de tous dès lors qu'elles se rendent visibles, devant des caméras, dans la rue. Ce projet de loi entrave la liberté des réalisateurs.trices et journalistes à exercer leurs métiers librement, nous ne pouvons pas rester silencieux face à une telle proposition de loi.

Les Délivrés
Film documentaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

QUI RACONTE L'HISTOIRE ? Depuis hier, le projet de loi « Sécurité globale » est en discussion à l’Assemblée nationale. Ce texte porte une grave atteinte aux piliers sur lesquels repose notre démocratie : la liberté de manifester et la liberté d’expression.

Cette proposition de loi vise à donner des moyens considérables aux forces de l’ordre en généralisant la surveillance de l’espace public avec des drones mais aussi en exploitant les sources des caméras-mobiles de façon à identifier immédiatement les manifestants, ce qui encourage les interpellations préventives.

L’article 24 de la loi propose d’interdire, sous peine de 45 000€ d’amende et un an de prison, de diffuser « l’image du visage ou tout autre élément d’identification d’un fonctionnaire de la police nationale ou d’un militaire de la gendarmerie nationale ».

Deux solutions : flouter les agents des forces de l’ordre sur les vidéos, ou laisser sa caméra chez soi.

La présence des journalistes et réalisateurs.trices, professionnels ou amateurs, dérange. Mais ces images sont des documents précieux pour assurer le maintien de la démocratie, elles participent à une prise de conscience collective et garantissent la liberté d’expression.

Le documentaire Les Délivrés est né dans la rue, pendant que les livreurs des plateformes commençaient à structurer leur mouvement social. Pour raconter l’éveil politique de Clément, il a fallu filmer ses premières prises de parole au mégaphone. Pour raconter la colère de Wyssem, nous avons filmé le blocage des cuisines Deliveroo. Pour suivre l’évolution d’une lutte collective, il faut rester jusqu’à la fin des manifestations, première sommation ou pas. Filmer la rue, c'est raconter la société, nous en avons besoin.

Cette loi liberticide est un réel danger pour la démocratie et pour l’avenir du documentaire et du reportage en France, ce n’est pas à l’État de nous imposer un hors-champ convenable. Le texte étant encore débattu à l’Assemblée nationale, il nous semblait important de réagir et de nous positionner sur ce sujet tant qu’il est encore temps.

L'équipe du film

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L’affaire des « biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin

La sélection du Club

Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com