Les Écrans Documentaires
festival de films documentaires
Abonné·e de Mediapart

67 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 nov. 2019

Les Écrans Documentaires
festival de films documentaires
Abonné·e de Mediapart

HITCH, UNE HISTOIRE IRANIENNE // Entretien avec Chowra Makaremi

"On est une génération qui a grandi en exil. Nous on peut retourner en Iran parce qu'on n’a rien fait qui nous identifie comme des ennemis, mais une fois qu'on retourne là-bas on se retrouve dans une société où le passé familial qu'on connaît n'existe pas dans l'espace social."

Les Écrans Documentaires
festival de films documentaires
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Hitch, une histoire iranienne

On sait que dix ans auparavant vous étiez allée en Iran, une caméra à la main, est-ce que l'idée du documentaire était déjà existante ? Pourquoi être passée par ce médium-là ? 

Pas dans cette forme-là. J'ai travaillé sur le documentaire à partir de 2015. A l'époque je voulais faire un film, mais c'était plutôt un film de famille. Pourquoi est-ce que je suis passée par l'image ? Parce que je voulais capturer la maison. Pour moi c'était important d'en avoir des images. 

Pourquoi un film ? Est-ce qu'il ouvre un rapport particulier à la mémoire ?

On est une génération qui a grandi en exil. Nous on peut retourner en Iran parce qu'on n’a rien fait qui nous identifie comme des ennemis, mais une fois qu'on retourne là-bas on se retrouve dans une société où le passé familial qu'on connaît n'existe pas dans l'espace social. Donc comment est-ce qu'on retourne dans cet espace qui n'est pas tel qu'on le connaît ? Je pense que prendre la caméra, c'est une façon de dire : “il y a quelque chose qui s'est passé”. C'est vraiment la question du déni : comment attaquer la surface lisse ? La deuxième raison, c'est peut-être que le film est ce qui arrive le mieux à capturer le fonctionnement de la mémoire. Parce que ce sont des images, parce qu'il n'y a pas forcément de logique narrative, parce que ce sont des sensations.

Est-ce que vous avez dû vous confronter à beaucoup de résistance une fois sur le territoire ? 

Ça ne se joue pas au niveau du rapport à l'Etat où on va de bureau en bureau. Ce sont des démarches hyper dangereuses. Et comme les gens sont terrorisés par ce qui s'est passé, il n'y a pas de recherche. Donc à l'époque, personne ne m'a mis de bâtons dans les roues parce que je me suis bien gardée de faire des démarches publiques. D'ailleurs, il n'y a aucune investigation publique faite par des familles de personnes ayant été exécutées dans les années 80, simplement parce que c'est trop dangereux. 

Vous avez eu peur ? 

Oui. En fait je n'avais pas peur quand je le faisais et une fois que je me suis rendue  compte que j'avais réussi à donner une forme à tout ça, là j'ai eu peur. Mais je pense que ce n'était pas la peur de faire quelque chose, c'est toute la mémoire de la peur de tout ce qui a été vécu qui est remontée à la surface : une espèce de prise de conscience qu'il y a un certain enjeu, que ce n'est pas sans risque que de rendre ces expériences de violences transmissibles, de les amener dans l'espace public.

Dans le documentaire, les supports d'enquête se multiplient, comme des preuves tangibles. Le papier, la cassette audio, le cahier, la photographie. Est-ce que le film ne finirait pas un peu par jouer ce rôle qu'est devenu celui de l'armoire-musée de votre père: un grand contenant de tout ce qu’invoque l'image de votre mère à l'épreuve du temps ?  

C'est très compliqué. Je me rappelle que quand j'ai présenté mon projet, une amie m'a dit: "C'est très bien mais il faut que tu fasses attention à ce que ton film ne devienne pas un autre objet qu'on va aller mettre dans un musée dont on referme la porte." C'est le risque, entretenir une mémoire qui fonctionne en vase clos. Quand j'ai écrit le film, j’ai fait tout mon possible pour justement éviter ça, et faire en sorte que le film soit au bout du compte un peu ouvert sur le monde, qu’il soit projeté, qu'il ne se referme pas. 

Propos recueillis par Nicolas Cury

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Faux scoop du « Point » sur Garrido-Corbière : un « accident industriel » écrit d’avance
Alors que l’hebdo avait promis de faire son autocritique en publiant une enquête pour revenir sur ses fausses accusations visant le couple LFI, la direction l’a finalement enterrée. Sur la base de documents internes, Mediapart retrace les coulisses de ce fiasco, prédit deux mois avant par des salariés.
par David Perrotin et Antton Rouget
Journal
Lutte contre l’antisémitisme : angle mort de la gauche ?
Les militants de la gauche antiraciste ont-ils oublié l’antisémitisme ? Un essai questionne le rôle des gauches dans la lutte contre l’antisémitisme et plaide pour la convergence des combats. Débat dans « À l’air libre » entre son autrice, Illana Weizman, un militant antiraciste, Jonas Pardo, et le député insoumis Alexis Corbière.
par À l’air libre
Journal — Parlement
La loi sur les énergies renouvelables est-elle vertueuse ?
Alors que le projet de loi sur le développement de l’éolien et du solaire est en cours d’examen à l’Assemblée nationale, les macronistes savent qu’ils ont besoin de la gauche pour le faire adopter. Mediapart a réuni la députée insoumise Clémence Guetté et le député Renaissance Jean-Marc Zulesi pour éclaircir les points de blocage et les possibilités d’évolution.
par Pauline Graulle et Amélie Poinssot
Journal
Face au mur social, Macron choisit de foncer
Dans un contexte d’inflation record, de conflits sociaux dans les entreprises et d’état alarmant des services publics, le président de la République souhaite réformer les retraites dès le début de l’année 2023. Le climat social gronde mais l’exécutif mise sur une « résignation » de la rue.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez
Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André