Les Écrans Documentaires
festival de films documentaires
Abonné·e de Mediapart

52 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 nov. 2019

HITCH, UNE HISTOIRE IRANIENNE // Entretien avec Chowra Makaremi

"On est une génération qui a grandi en exil. Nous on peut retourner en Iran parce qu'on n’a rien fait qui nous identifie comme des ennemis, mais une fois qu'on retourne là-bas on se retrouve dans une société où le passé familial qu'on connaît n'existe pas dans l'espace social."

Les Écrans Documentaires
festival de films documentaires
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Hitch, une histoire iranienne

On sait que dix ans auparavant vous étiez allée en Iran, une caméra à la main, est-ce que l'idée du documentaire était déjà existante ? Pourquoi être passée par ce médium-là ? 

Pas dans cette forme-là. J'ai travaillé sur le documentaire à partir de 2015. A l'époque je voulais faire un film, mais c'était plutôt un film de famille. Pourquoi est-ce que je suis passée par l'image ? Parce que je voulais capturer la maison. Pour moi c'était important d'en avoir des images. 

Pourquoi un film ? Est-ce qu'il ouvre un rapport particulier à la mémoire ?

On est une génération qui a grandi en exil. Nous on peut retourner en Iran parce qu'on n’a rien fait qui nous identifie comme des ennemis, mais une fois qu'on retourne là-bas on se retrouve dans une société où le passé familial qu'on connaît n'existe pas dans l'espace social. Donc comment est-ce qu'on retourne dans cet espace qui n'est pas tel qu'on le connaît ? Je pense que prendre la caméra, c'est une façon de dire : “il y a quelque chose qui s'est passé”. C'est vraiment la question du déni : comment attaquer la surface lisse ? La deuxième raison, c'est peut-être que le film est ce qui arrive le mieux à capturer le fonctionnement de la mémoire. Parce que ce sont des images, parce qu'il n'y a pas forcément de logique narrative, parce que ce sont des sensations.

Est-ce que vous avez dû vous confronter à beaucoup de résistance une fois sur le territoire ? 

Ça ne se joue pas au niveau du rapport à l'Etat où on va de bureau en bureau. Ce sont des démarches hyper dangereuses. Et comme les gens sont terrorisés par ce qui s'est passé, il n'y a pas de recherche. Donc à l'époque, personne ne m'a mis de bâtons dans les roues parce que je me suis bien gardée de faire des démarches publiques. D'ailleurs, il n'y a aucune investigation publique faite par des familles de personnes ayant été exécutées dans les années 80, simplement parce que c'est trop dangereux. 

Vous avez eu peur ? 

Oui. En fait je n'avais pas peur quand je le faisais et une fois que je me suis rendue  compte que j'avais réussi à donner une forme à tout ça, là j'ai eu peur. Mais je pense que ce n'était pas la peur de faire quelque chose, c'est toute la mémoire de la peur de tout ce qui a été vécu qui est remontée à la surface : une espèce de prise de conscience qu'il y a un certain enjeu, que ce n'est pas sans risque que de rendre ces expériences de violences transmissibles, de les amener dans l'espace public.

Dans le documentaire, les supports d'enquête se multiplient, comme des preuves tangibles. Le papier, la cassette audio, le cahier, la photographie. Est-ce que le film ne finirait pas un peu par jouer ce rôle qu'est devenu celui de l'armoire-musée de votre père: un grand contenant de tout ce qu’invoque l'image de votre mère à l'épreuve du temps ?  

C'est très compliqué. Je me rappelle que quand j'ai présenté mon projet, une amie m'a dit: "C'est très bien mais il faut que tu fasses attention à ce que ton film ne devienne pas un autre objet qu'on va aller mettre dans un musée dont on referme la porte." C'est le risque, entretenir une mémoire qui fonctionne en vase clos. Quand j'ai écrit le film, j’ai fait tout mon possible pour justement éviter ça, et faire en sorte que le film soit au bout du compte un peu ouvert sur le monde, qu’il soit projeté, qu'il ne se referme pas. 

Propos recueillis par Nicolas Cury

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre