Les Écrans Documentaires
festival de films documentaires
Abonné·e de Mediapart

52 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 nov. 2018

De Chatila nous partirons

Entretien avec Antoine Laurent à propos de son film De Chatila nous partirons

Les Écrans Documentaires
festival de films documentaires
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

De Chatila nous partirons, Antoine Laurent, 2018

Combien de temps êtes-vous resté dans le camp ?

J’ai fait quatre allers-retours en 3 ans. Chaque tournage durait plus longtemps que le précédent. Je suis d’abord resté 7 jours puis 10 jours la deuxième fois, ensuite 15 et enfin 1 mois et demi.

Depuis quand avez-vous le désir de filmer le camp et plus spécifiquement l’association ?

Je suis parti en Palestine à 20 ans avec d’autres jeunes de mon âge pour rencontrer des pacifistes sur place. Après ce voyage, je me suis rendu compte qu’il y avait beaucoup de films très bons, tournés en Palestine mais très peu étaient tournés dans les camps de réfugiés. Quelques années plus tard, j’ai pu réaliser un film sur la population kurde de Turquie. J’avais gardé un lien très fort avec le responsable de la délégation, Fernand TUIL. Lorsqu’il a vu mon film sur les Kurdes il m’a proposé d’aller à Chatila. C’est lui qui m’a présenté les trois amis qu’on voit dans le film. En arrivant là-bas, j’ai tout de suite observé les élèves et le travail de leurs professeurs, leur énergie, leur passion et leur désir de transmettre. Il m’est apparu comme une évidence qu’il fallait suivre leur quotidien. Alors que beaucoup de gens dans les camps attendent et ne font rien ; eux agissent. Le fait qu’ils soient jeunes me plaisait aussi. Et puis j’étais content de trouver des gens qui ne me disaient pas ce à quoi je m’attendais. Je trouvais important de les filmer parce qu’ils sont la prochaine génération.

Aviez-vous une grosse équipe pour tourner ? Comment avez-vous pris le son ?

L’équipe était réduite et changeait en fonction du tournage, tout le monde ne pouvait pas revenir. Comme on avait un petit budget, c’était presque un service que je demandais à chacun. Au début, je filmais avec un ingénieur du son, Adrien Birsinger. On prenait plutôt des prises dans le camp, pas trop à l’école. Puis il y a eu quelques problèmes à l’extérieur et j’ai dû rester dans l’école, et j’ai assisté à des cours. C’est à ce moment que j’ai commencé à tourner dans l’association. J’ai été accompagné par un preneur de son sur les trois premiers tournage. Pour le dernier, j’ai tourné seul durant un mois et demi avec un traducteur.

Comment avez-vous préparé le tournage ?

J’ai fait l’erreur - enfin je ne sais pas si c’est une erreur - de tourner beaucoup tout de suite. J’ai été happé par ce décor incroyable. Beaucoup de bruit, beaucoup de vie aussi, je me sentais comme au bord d’un volcan, c’était très excitant. ça me démangeait de filmer et j’ai fini avec 120 heures de rushes. Mais au fur et à mesure des tournages, je visionnais les rushes, et je commençais à penser le film en séquences.

Dans la scène avec la petite fille qui se fait disputer, comment avez-vous mis en scène ? Etait-ce anticipé ?

J’avais passé beaucoup de temps avec elle depuis le début, je l’avais déjà filmée à plusieurs reprises à différents moments de sa vie. Elle était habituée à moi et à ma caméra. Mais au troisième tournage, elle avait disparu. Elle s’était disputée avec les gars du centre et ils étaient trop fiers pour la récupérer. J’ai discuté avec eux pour les convaincre de lui parler. J’ai créé la situation mais je ne l’ai pas vraiment mise en scène. C’est parce que je l’avais déjà beaucoup filmée plus jeune que j’ai pu tourner cette scène à deux caméras. Lorsqu’elle baisse la tête, c’est parce qu’elle est vraiment énervée...

Il y a un contraste entre le calme de l’image et le brouhaha au son, est-ce une intention ?

Oui parfaitement. On l’a travaillé au mixage pour faire ressentir cette réalité. Avec Quentin Romanet (le mixeur du film) on voulait montrer le centre comme une soupape de décompression, une parenthèse. Régulièrement, les enfants restent à l’intérieur pour se défouler ou se détendre. Quand on passe de la vie extérieure à l’intérieur du centre, c’est marquant comme le bruit s’estompe. Je m’y sentais moi-même plus apaisé que dans les ruelles du camp. Par rapport au cadre, c’est vrai que l’image est calme, je me méfiais de la caméra au poing et je n’avais pas envie de donner une sensation de vitesse saccadée, d’être à l’affût, ç’aurait été de mauvais goût. Alors je posais ma caméra sur un trépied pendant des heures, pour éviter les regards-caméra et me faire oublier. Je me levais très tôt et me couchais très tard pour habituer tout le monde à ma présence.

propos recueillis par Anne-Capucine Blot

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants.
par Caroline Boudet
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour prendre une photo de famille, tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire de la politique française », contrairement à ce que pensent ses participants.
par Ellen Salvi
Journal — France
La FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO