Les Écrans Documentaires
festival de films documentaires
Abonné·e de Mediapart

52 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 nov. 2018

Le cri est toujours le début d'un chant

Entretien avec Clémence Ancelin à propos de son film Le cri est toujours le début d'un chant

Les Écrans Documentaires
festival de films documentaires
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le port du masque permet aux jeunes garçons une liberté de ton essentielle pour le déroulement du film.
D’où vous est venue cette idée ?

Cette idée s’est imposée du fait du droit à l’oubli en vigueur en France, qui impose à tout média l’anonymat physique, patronymique et situationnel quant aux mineurs délinquants. Mais ce « droit à l’oubli », qui protège les jeunes gens et qui leur offre le droit à un nouveau départ dans la vie pose un énorme problème en terme de cinéma. Parce que ça fait d’eux des silhouettes,
des tâches floues, des ombres, des fantômes en quelque sorte, mais pas des personnages de film.
Donc j’avais ce désir de film, mais il fallait trouver une forme qui permette d’être au plus près des jeunes gens sans montrer leur visage. Et petit à petit l’idée est venue de leur proposer de travailler avec des masques et de leur permettre de prendre eux-mêmes possession de l’image qu’ils allaient montrer, de cette image qui leur était retirée.

Les discours des garçons semblent étonnamment matures et réfléchis sur le sens de la vie et la condition qui est la leur. Comment parvient-on à faire émerger ce type de réflexion au cours d’un tournage ?

Je ne dirais pas que le tournage a fait émerger ces réflexions chez les garçons, mais plutôt qu’il a permis de les rendre audibles par tout un chacun. Pour certains la prise de parole a émergé de discussions plus longues que nous enregistrions et dont je montais des bribes d’une fois sur l’autre pour les leur faire écouter. C’est parfois de cette façon qu’ils ont pu réaliser qu’ils avaient quelque chose de fort à dire. Et pour certains ce long dialogue repris à chaque fois que je revenais a permis de
faire tomber la colère, la rage parfois qui accompagnait ce qu’ils avaient à dire. Avec l’un des garçons on est carrément passés ensemble par l’écriture. Un autre, à l’aise à l’oral, a choisi de parler en «IN» plusieurs fois. Un autre encore a réussi à prendre la parole seulement à la toute fin du tournage lorsque nous nous connaissions mieux et qu’il m’avait accordé sa confiance.

Beaucoup de choix de réalisation semblent évoquer l’enfermement et l’isolement de ces jeunes. Pensez vous que le CEF permette une réelle réinsertion de ceux qui y séjournent ?

A l’heure actuelle il n’y a aucune étude sérieuse sur les résultats des CEF en termes de réinsertion. Ce que je peux dire c’est que les jeunes gens que j’y ai rencontrés, unanimement, se sentaient mieux en CEF qu’en prison. Et il est évident qu’ils y sont mieux qu’en prison, enfermés en cellule 22 heures sur 24. Une énorme polémique a existé à la création de ces centres et perdure encore aujourd’hui, concernant notamment le coût journalier d’un jeune placé en CEF qui est de 650 ou 700 euros, et
qui fait que beaucoup de gens se disent, certainement à juste titre, qu’avec autant d’argent on pourrait faire des millions d’autres choses en milieu ouvert avec ces jeunes gens, peut-être avec plus de jeunes, peut-être plus en amont, avant que la délinquance soit installée, et dans une durée plus longue que les 6 mois de placement proposés par les CEF.

Comme le dit l’ancien juge des enfants Jean-Pierre Rosenczveig, le mandat d’une prison est de garder le détenu par-devers lui. Une démarche éducative, en revanche, doit assumer les risques de l’éducation, et en tout premier lieu celui du refus du jeune... Ce que ne font pas les CEF. Donc les prisons qui se veulent maintenant éducatives et les lieux-dits éducatifs qui enferment, tout cela est source de confusion.

propos recueillis par Vincent Wulleman

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas. Une enquête à lire et à regarder.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal
Dans l’Essonne, un « harcèlement discriminatoire » par amendes interposées
Au printemps 2020, trente-deux habitants d’Epinay-sous-Sénart ont reçu des dizaines de contraventions pour des sorties injustifiées pendant le confinement. Affirmant avoir été verbalisés à distance par la police municipale, une pratique illégale, ils ont saisi le Défenseur des droits.
par Camille Polloni et David Perrotin
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La socialiste et le partisan de la Remontada ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche pour la présidentielle, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille