Les Écrans Documentaires
festival de films documentaires
Abonné·e de Mediapart

52 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 nov. 2021

LE POIREAU PERPÉTUEL // Entretien avec Zoé Chantre

"Je peux parler de résilience à travers le film. Il me donne de la force pour affronter mes maux, les partager m’aide à relativiser et à me rassurer dans le fait que je ne suis pas seule. La vie est intéressante quand on sait l’entretenir et le cinéma m’aide énormément."

Les Écrans Documentaires
festival de films documentaires
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Malgré la petite taille de la caméra, le fait de tenir ce journal filmé a certainement eu une influence dans votre vie quotidienne. Quelle a été cette influence, sur vous et sur vos proches, et la caméra a-t-elle toujours trouvé sa place facilement ?

Je ne dirais pas « malgré » mais plutôt  « grâce » à ma caméra de petite taille, il était facile pour moi de la porter au quotidien, de la déclencher rapidement, de la faire oublier. Cela fait vingt ans que j’en ai une à mes côtés et dès que j’ai le sentiment qu’il faut la sortir, je le fais mais je ne filme pas au hasard. J’essaye d’utiliser la caméra de façon économe. Je filme seulement ce qui me semble juste sur le moment par rapport à ce que je cherche. Des fois ça rate et je laisse passer "LE plan incroyable", je m’en mords les doigts, j’en rêve mais cela me pousse à continuer, à trouver autre chose. Aujourd’hui j’ai des jours caméra et d’autres sans mais j’ai toujours un téléphone dans la poche au cas où...

L’idée d’enregistrer la fleur de ce que je vis par un prisme choisi me permet d’écrire des histoires et j’aime raconter des histoires. C’est plus ou moins facile de filmer les gens mais c’est une affaire de confiance, d’échange, d’amour aussi. La caméra a toujours réussi à trouver sa place au final.


La forme du journal filmé permet la prise de sons et d’images au fil des jours, mais comment s’est déroulé tout le travail de post-production, le montage, le mixage sonore très riche, le travail d’animation ? Cela a-t-il été le fruit d’un travail rétrospectif, ou bien l’avez-vous également fait au fur et à mesure, ou encore par allers-retours ?

Faire un journal filmé permet une grande liberté de forme, de manière de faire. Ce qui m’a plu, c’est de raconter cette histoire de A à Z, de plonger dans la matière, de la prise de vue, du montage, du son. Il faut dire qu’à la base, je viens des arts plastiques et non du cinéma, et ce que j’aime dans le film c’est qu’il me permet de regrouper plusieurs techniques pour m’exprimer.

Quand une idée d’animation me prend, j’ai envie que ça se fasse tout de suite, comme un croquis jeté sur le papier. C’est l’idée qui m’intéresse. Donner à voir le trait de crayon qui s’efface montre la trace qu’on laisse derrière soi, et aborde la notion de bricolage. Et mon film a été volontairement fait de façon « bricolée », en tous cas, j’aime imaginer qu’on en ait l’impression.

Le montage s’est fait au fur et à mesure, d’abord seule, le soir, en découvrant les images que j’avais tournées le jour même et en essayant de les accrocher aux autres filmées la veille, comme un puzzle. À la fin, cela m’a donné une grande matière assez hétéroclite. Puis avec l’aide d’un œil extérieur j’ai éliminé de la matière pour n’en garder que trois : le réel pour le récit, le dessin pour l’image du passé ou l’image infilmable, les effets spéciaux faits maison pour les rêves. 

La musique je la compose en même temps, souvent en conduisant ou dans mon lit, ou bien encore en marchant. Je ne suis pas vraiment musicienne mais je fredonne comme beaucoup par-ci, par-là. Je m’enregistre avec le dictaphone de mon téléphone. Petit à petit, je me suis créé une banque de ritournelles, de petits airs. Ils correspondent souvent à un état précis et je les range par émotion, ou situation. Je replonge dedans quand je cherche un accompagnement musical au montage et je les retranscris sur mon clavier. D’ailleurs cela me sert de pause au montage, quand je suis épuisée de l’image, je fais une bascule vers la musique.

Quand le film a été fini, je me suis faite aider pour harmoniser le tout et fignoler des détails.


Finalement, la réalisation de ce film vous a-t-elle aidée à prendre des décisions, concernant la santé ou la filiation par exemple, ou du moins vous a-t-elle permis de vous sentir en paix vis-à-vis de ces décisions ?

Faire le film à été un compagnon de route qui s’intercale parmi les autres. Je ne dirais pas qu’il est thérapeutique, car la vraie thérapie je l’ai faite avec mes médecins, mes proches, le temps… Mais je peux parler de résilience à travers le film. Il me donne de la force pour affronter mes maux, les partager m’aide à relativiser et à me rassurer dans le fait que je ne suis pas seule. Après c’est le temps qui fait son affaire et les décisions viennent avec. La vie est intéressante quand on sait l’entretenir et le cinéma m’aide énormément. 

PROPOS RECUEILLIS PAR SAMUEL CHENAUD 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en EREA, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin