Les Écrans Documentaires
festival de films documentaires
Abonné·e de Mediapart

52 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 oct. 2020

Les Écrans Documentaires
festival de films documentaires
Abonné·e de Mediapart

Celle qui manque // Entretien avec Rares Ienasoaie

"J'avais l'envie, le besoin de retrouver ma grande sœur après huit ans de séparation. Le cinéma m'a donné le courage de la rejoindre et de la persévérance pour vivre cette aventure très prenante émotionnellement."

Les Écrans Documentaires
festival de films documentaires
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Votre long-métrage « Celle qui manque » incarne-t-il votre histoire personnelle ? 

J'avais l'envie, le besoin de retrouver ma grande sœur après huit ans de séparation. Le cinéma m'a donné le courage de la rejoindre et de la persévérance pour vivre cette aventure très prenante émotionnellement. 

Il est toujours difficile de retrouver les personnes qui nous sont chères. Comment avez-vous trouvé cette force ? 

J'ai eu l'intuition que prendre une caméra pour aller la voir m'aiderait à affronter la violence de son quotidien. Depuis un moment, cette séparation me pesait. Je me disais que j'étais trop occupé et je n'avais pas le courage d'aller la voir. Et puis j'ai traversé un moment de grande solitude, de lassitude et de désillusion vis-à-vis du monde dans lequel je vivais. J’ai ressenti soudainement que j'étais très lié à ma grande sœur. J'avais envie d'être assis à côté d'elle pour partager des moments ensemble. J'ai senti qu'elle avait peut-être besoin de moi et que j'avais besoin d'elle aussi. 

Était-ce un choix de votre part de tourner quatre ans en solitaire, de manière chronologique et assez limité dans l'espace ?

Totalement. Je me voyais mal imposer à ma sœur une tierce personne et moi même j'avais besoin d'être seul pour la retrouver. J'avais déjà tourné des films seuls donc techniquement ce n'était pas un problème. Au bout de deux ans de tournage, j'ai eu l'idée de faire venir une personne extérieure pour que le film prenne une autre tournure et qu'il y ait plus d'ouverture. Mais tout se décidait à la dernière minute et au final, cela ne s'est jamais fait.

À travers ce film, quelles étaient vos attentes ?

J'étais constamment dans le suspense, je me demandais toujours jusqu'où ça pourrait aller. Au départ, j'étais plutôt dans l'observation. Lorsque quelqu'un en face de nous est en train de se détruire, on a envie d'agir. J'avais l'impression de ne pas porter assistance à une personne en danger. Mais j'ai compris très vite qu'il aurait été vain de lui expliquer quoi que ce soit concernant les dangers de sa toxicomanie. Elle était bien plus au courant que moi, elle savait parfaitement ce qu'elle faisait. La vraie difficulté c'est d'accepter qu'on ne peut pas aider frontalement une personne qui souffre. On peut rester en contact, maintenir la relation mais on ne peut pas agir à sa place. Bien sûr, je m'inquiétais pour ma sœur, je me demandais à chaque instant jusqu'où allait l'entraîner cette dépendance, mais je voulais à tout prix maintenir la relation.  

De façon esthétique, les plans sont assez sombres et intimes. Cela donne au spectateur l'impression d'être proche de votre aînée...

Un ami m'a prêté une caméra qui n'avait pas un capteur très lumineux mais qui consommait très peu de batterie et qui enregistrait sur des cassettes HDV. Comme il n'y avait pas d'électricité dans le camion où elle vivait, cela me convenait. Au fur et à mesure, j'ai réalisé que la faible sensibilité de la caméra permettait d'épargner une certaine définition de détails dans certaines scènes que je n'avais pas envie d'éviter de filmer, étant là pour voir et accepter ce que ma sœur vivait. 

Aujourd'hui, comment se porte votre sœur, Ioana ? 

J'ai voulu laisser la fin en suspens, à l'image de ce que je vivais pendant et surtout après mes visites. Je ne voulais pas statuer sur un "résultat", positif ou négatif, qu'aurait pu avoir cette expérience. Mais il se trouve que Ioana va très bien aujourd'hui. Notre relation a bien sûr évolué et elle peut encore changer. Une relation se fait dans la durée et rien n'est jamais acquis. C'est de plus en plus difficile à entendre à l'heure où on cherche activement à remplacer les relations sociales par les réseaux sociaux. Le plaisir que nous procurent l'immédiateté et l'impression de contrôle crée une dépendance et un rapport au monde très proche de celui de la toxicomanie. La mise au ban des toxicomanes, l'image repoussante qu'on en a, est caractéristique d'une mauvaise foi sociétale. Pendant ce temps, notre mode de vie nous isole dans des dépendances multiples et sans cesse renouvelées.

Vous évoquez vos origines et la Roumanie, quel a été votre parcours ?

On a vécu plusieurs années en Roumanie avant d'arriver en France. Il y a eu une petite période de transition pendant laquelle on est restés avec nos grands-parents lorsque nos parents s'installaient en France. Notre parcours de vie a sans doute déterminé certaines choses. Mais plutôt que de chercher à "expliquer" le passé, j'ai voulu rester dans l'instant présent. Parler avec elle en roumain m'intéressait plus en tant qu'expérience de vie, que de parler du passé en Roumanie. Bien sûr, il y a des allusions qui sont évidentes pour nous et qui ne sont pas forcément limpides pour le spectateur. Mais cela ne gêne pas à mon sens, la compréhension du film. Ce que nous avons cherché avec Clémence Diard, la monteuse du film, c'est d'entraîner le spectateur dans un chemin personnel qu'il pourrait vivre avec nous, au fur et à mesure que notre relation fraternelle évolue.    


                                                                                                      Propos recueillis par Solène Anson

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Sobriété : le gouvernement a un plan, mais qui pour l’appliquer ?
L’exécutif annonce de nombreuses mesures pour réduire la consommation d’énergie de 10 % d’ici à 2024. Mais presque tout est basé sur le volontariat et les moyens de mise en œuvre restent flous. 
par Jade Lindgaard
Journal
Altice obtient une censure d’articles à venir au nom du secret des affaires
Le groupe de Patrick Drahi demandait en référé, au nom du secret des affaires, la censure de trois articles publiés par le site Reflets et exploitant des documents interne mis en ligne par des hackers. Le tribunal de commerce a rejeté cette demande mais ordonne au journal de ne plus écrire sur le sujet.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim
Journal
Procès France Télécom : une condamnation pour l’exemple ?
Le 30 septembre, les anciens dirigeants de France Télécom ont vu leur condamnation pour « harcèlement moral institutionnel » confirmée en appel. Leur politique de départs forcés, menée à partir de 2007, avait débouché sur une vague de suicides. Mais les responsables échappent à la prison ferme. Quelle portée pour ce jugement ?
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt