Il faut réformer le CSA!

Les faits de ce jour illustrent à merveille la nécessité de revoir complètement la régulation des médias en France.

 

On constate en effet que les informations diffusées sur un média sont reprises par TOUS les types de support existant: télé, radio, presse, internet, quand le CSA n'a vocation à s'occuper que de l'audiovisuel, comme son nom l'indique. Dans son fonctionnement actuel, il est donc à côté des réalités pratiques du monde.

 

Il faut aussi en repenser les missions, les moyens d'action, le fonctionnement (même s'il a été remarquablement rapide sur cette affaire, c'est loin d'être le cas en général): il ne s'agit en aucun cas en effet d'être là pour censurer, mais de fixer des règles claires acceptées et appliquées par tous. Organiser la concertation, le dialogue, réfléchir, innover... C'est pour cela que plusieurs mouvements proposent la création d'un Conseil Supérieur des Médias et de l'Information. Cette nouvelle structure, compte tenu de l'inefficacité de la précédente, se doit d'avoir un ou plusieurs citoyens en son sein. Ils seront là pour avoir une vision différente et pour tenter de s'opposer aux pressions des lobbys.

 

Pour terminer, dans le cas précis de la diffusion des enregistrements de Dimanche dans "7 à 8", la défense de la chaîne et de la production porte à discussion. Non, à notre sens, les enseignements des bandes audio n'étaient pas des informations fondamentales et utiles pour le public. Elles ne révélaient rien d'essentiel. Elles ne faisaient que conforter les thèses officielles. Rien ne justifiait leur diffusion dans ces conditions pendant que des familles sont en deuil et que la justice poursuit son travail.

 

Dans tous les cas, le CSA dans sa forme actuelle n'a pas les outils pour agir. Problème de forme, problème de fond: la conclusion est là, évidente à nos yeux: il faut réformer le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel.

 

Les Indignés du PAF – lesindignesdupaf@gmail.com

Sur Twitter: @IndignEsDuPAF, sur FaceBook: Les Indignés du PAF

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.