Nominations au CSA, indépendance des médias: promesses oubliées…

Pour une instance de déontologie et de médiation de l’information…

 

Nous, journalistes, cinéastes, réalisateurs, professionnels de l'audiovisuel et du cinéma, lecteurs, auditeurs, téléspectateurs, internautes, citoyens et indignés, dénonçons à la conscience du peuple la situation actuelle de production de l’information en France où des conflits d’intérêts majeurs rendent impossibles une indépendance des rédactions. Nous avons créé le collectif « Les Indignés du PAF » et entrepris une longue et vaste série de consultations qui nous ont amenés dans un premier à rédiger « L'Appel pour une meilleure qualité de l'information », puis, tout récemment, à lancer la campagne « Faites entrer les citoyens au CSA! », sous la forme d’une pétition qui a réuni plus de 6.000 signatures en très peu de temps.

 

L’idée d’une « réconciliation » entre les citoyens et les médias autour de la question de la qualité de l’information est solidement ancrée dans notre démarche. Si nous réagissons fermement et immédiatement à chaque dérive dont nous avons connaissance,   nous existons avant tout pour réfléchir et proposer des idées avec un regard neuf, citoyen, tourné vers l’intérêt général. La situation économique des médias est très délicate aujourd’hui. Ils ne peuvent continuer à vivre sous perfusion de subventions publiques : ce sont des entreprises dont l’existence vitale pour la démocratie justifie un statut particulier, mais que la mission d’informer oblige, surtout, à une déontologie irréprochable. L’indépendance au pouvoir politique et aux actionnaires est une des conditions sine qua non de cette exigence.

 

Ce que représente le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel est immense, il pourrait faire de grandes choses, il n'en fait que des petites. Toutes les fautes commises se résument en deux erreurs : mauvais choix du moment, mauvais choix des hommes. Nous acceptons les grandes nécessités; à une seule condition c'est qu'elles soient la confirmation des principes et non leur ébranlement. Les nominations qui viennent d’être décidées vont-elles dans le bon sens ? Nous sommes au regret de penser que non. Jusqu'à la fin de l'année dernière, les nombreux entretiens que nous avons eus, jusqu’au plus haut de l'Etat, ont suscité un vil espoir d'entamer le processus de démocratisation de nos institutions. 

 

Au lieu de cela, les récentes nominations de convenance viennent conforter l'assise du pouvoir politique et sa main mise. Madame Pierre-Brossolette, nommée par le président de l’Assemblée nationale, est Directrice adjointe d’un magazine papier, en charge de la  politique. Ses écrits personnels sur des sujets polémiques ont suscité une profonde indignation, comme des questions générales de déontologie auxquelles le journal reste sourd. Monsieur Schrameck, nommé par le Président de la République, a un parcours lié à la politique et aux cabinets ministériels. Tous deux ne viennent, pas qui plus est, du monde de l’audiovisuel, ni en tant que professionnels, ni en tant qu’analystes, même si la question du transmédia rend intéressante les expériences croisées. Compte tenu des enjeux actuels, ces décisions nous semblent inappropriées. Nous sommes loin des engagements du Candidat François Hollande quant à l’indépendance politique des médias et loin de ce que les enjeux de la situation réclament. Qui prendra en charge la nécessaire concertation sur la déontologie de l’information et sur les rapports avec les citoyens ?

 

Dans la mesure du possible, concilions les idées et réconcilions les hommes.

 

La création d’une instance tripartite réunissant employeurs, employés et citoyens est réclamée avec de plus en plus de force par de nombreuses associations (l’APCP, notamment), syndicats  ou personnes. Faute d’avoir respecté sa signature quant à l’entrée des citoyens au CSA, le pouvoir en place prendra-t-il enfin l’initiative d’encourager et d’accompagner la création d’une instance de médiation et de déontologie de l’information, un « Conseil de Presse », par exemple ?

 

Les Indignés du PAF – lesindignesdupaf@gmail.com

Sur Twitter: @IndignEsDuPAF, sur FaceBook: Les Indignés du PAF

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.