LEVI'S
Abonné·e de Mediapart

42 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 avr. 2020

Déconfinement de l’Hexagone : c’est la chienlit, mon Général …

15 avril, 30 avril, 15 mai, 31 mai, 15 juin ... et pourquoi pas l’Appel du 18 juin depuis la Pyramide du Louvre : ” La France contaminée, la France testée, la France libérée “, ou encore “ La reprise pour le Business as usual, oui. La chienlit, non ”. Le déconfinement sera abracadabrantesque ou une Renaissance !

LEVI'S
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis quelques semaines, nous semblons vivre dans une bulle opaque, démunis de nos repères spatiaux et temporels. La Science et la Technique ont pris le pouvoir sur le Politique, scénario classique en cas de guerre. Mais nous sommes plutôt plongés dans une crise sanitaire exceptionnelle, où la stratégie et l’intelligence collective doivent primer sur l’autocratie et les règlements de comptes.

Covid-19, une bombe virale

En 2015, notre multimilliardaire Bill Gates faisait une conférence sur les risques sanitaires menaçant notre Planète, en affirmant que l’Homme aurait beaucoup plus à craindre de la propagation d’un virus que de l’explosion d’une bombe nucléaire. Vision d’un citoyen du monde qui cherche à comprendre la folie anthropique de notre monde. En début de semaine, une chaîne de télévision montre en boucle une patrouille de gendarmerie en train d’escorter un poids lourd transportant une simple cargaison de masques jusqu’aux entrepôts stratégiques de Santé publique France. Une image ubuesque, avec des dispositifs de neutralisation de drones si nécessaire. Jadis, la force publique se collait au transport de déchets nucléaires jusqu’à Cherbourg. Aujourd’hui, le Covid-19 a supplanté les radionucléides qui faisaient notre grande force de dissuasion. Un coronavirus se propage d’un continent à l’autre, d’un hémisphère à l’autre, chaque individu contaminé devient une arme virale, et souvent à son insu.

Pékin, une tendance à surveiller de près

Le parti communiste chinois a vraisemblablement menti sur sa communication qui accompagna le début de la pandémie sur son territoire. L’Histoire nous dira son intérêt à manipuler la face du monde avec un événement aussi dramatique. Par contre, il serait judicieux de suivre et d’analyser son processus de déconfinement afin d’établir une tendance pour le nôtre. Avec un début de confinement à la date du 23 janvier, le pays entrevoit une remise en route des forces vives aux environs du 8 avril, soit un total de 11 semaines d’arrêt, au minimum, qui ont peturbé le logiciel économique de cette grande puissance. A ce jour, chaque citoyen porte le masque et doit faire l’objet d’un test de dépistage pour prétendre sortir en ville. D’autres se font toujours livrer leurs courses de première nécessité dans leur sous-sol, sans contact avec les livreurs. Avec une prévision de cinquante mille tests par jour par notre Ministre de la Santé à fin avril, on voit mal comment libérer nos concitoyens afin de reprendre progressivement une vie normale. Mais les autorités chinoises semblent redouter une seconde vague épidémique avec la libre circulation et le brassage de millions de citadins dans des espaces réduits.

Déconfinement, un exercice d’équilibriste

Voici quelques arguments qui pourraient préciser un déconfinement par étapes progressives et prolonger le confinement d’une partie de la population sine die :

- la montée de la température extérieure et l’augmentation inéluctable de l’humidité de l’air (le poids d’eau contenue dans l’air va doubler à tripler d’ici l’été) pourraient peut-être favoriser le maintien du virus et faciliter sa propagation par inhalation en raison de la vapeur d’eau entraînant la formation d’aérosols contaminés

- le maintien de la fermeture des écoles jusqu’à la rentrée de septembre, sauf pour les élèves devant passer des examens ou des concours

- le maintien des retraités en confinement

- le maintien des salariés de plus de cinquante-cinq ans à domicile, sauf ceux déjà immunisés par la maladie (testés)

- le manque flagrant du nombre de tests de dépistage

Collapsologues, un début d’effondrement peut-être

Les prophètes de la Collapsologie n’avaient jamais imaginé un scénario aussi radical pour suspendre notre modèle économique à l’échelle mondiale. Ils savaient que le navire prenait l’eau, se dirigeait droit vers l’iceberg pour précipiter ses passagers dans le chaos. Ils dénonçaient le déni et l’inaction des politiques, ainsi que le pillage de nos ressources naturelles par quelques oligarques opportunistes. Mais les bourses s’effondrent, le pétrole ne se vend plus et l’air des mégalopoles est devenu aussi pur que le siècle dernier. Le temps s’est figé, la Nature reprend ses droits et on se prend à rêver d’un autre monde. Une vie sobre dans la lenteur, en décolonisant son imaginaire pour gagner une nouvelle bataille, celle de la Décroissance volontaire. Mais la loi statistique de Pareto nous rappellera sûrement à l’ordre, avec 80% des humains qui reviendront à l’ordre établi, contre 20% qui chercheront un projet de vie différente, orientée par la frugalité et la sobriété heureuse. C’est déjà un début, et ce changement jouera peut-être le rôle de catalyseur pour un développement enfin soutenable.

2020, une année blanche dans l’Histoire

Le report du Festival de Cannes, de la Coupe Européenne de Football, du Tour de France probablement, des Jeux Olympiques de Tokyo, ... du jamais vu. Mais c’est peut-être une bonne chose, car ces manifestations exposent de plus en plus une tendance de consommation outrageuse, et impactent notre environnement par une empreinte écologique hors norme. C’est sûrement un signe et nous constaterons rapidement qu’il est facile de s’en passer. Le confinement, cet exercice de résilience imposé par la force, sera une tranche de vie blanche dans nos mémoires, une courbe de vie plate, silencieuse comme les quartiers d’une ville désertée. Blanche comme la blouse du soignant qui s’affaire dans un service des Urgences. Blanc comme le masque qui baîllonne la bouche qui ne peut plus embrasser. Blanc comme le brin de muguet qui ne sera pas à la fête. Blanche comme la page de l’écolier qui ne pourra pas dire au revoir à sa maîtresse. Alors, il serait bien de prendre le temps pour redécouvrir notre Planète, observer la Nature ou s’émouvoir à la vue de Vénus si lumineuse, à la tombée de la nuit. L’Etoile du Berger pour nous guider dans le Nouveau Monde. Faisons un petit pas vers Gaïa, et un grand pas pour l’Humanité.

Il semblerait que les pollutions industrielles et urbaines causent cinquante mille décès prématurés au niveau national, chaque année ... mais que font les pouvoirs publics pour cette guerre silencieuse ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre