Le monde est stone : adoptez la Lean-attitude !

Dérèglement climatique, empreinte écologique, croissance, morosité, effondrement, ... Rien de positif à l’horizon, à en croire les politiques et les médias. Le mur se rapproche, sans volonté affichée de freiner pour en réduire le choc. Absence de conseils avisés et encore moins de vision de la part de nos chers philosophes contemporains. Il est loin le Siècle des Lumières ...

La lean*-attitude en cinq règles 

* mince, maigre (terme anglais)

 

Accepter les limites de notre Monde fini

Prenez un globe terrestre et tournez autour, dans le sens des aiguilles d’une montre. Vous constaterez qu’il possède une enveloppe finie, avec un diamètre réel de 12 756 km. Donc, il est évident que notre Terre constitue une entité bornée, avec ses océans et ses ressources. Or, nous obéissons au culte de la croissance que l’on voudrait perpétuelle. Une telle volonté de croissance conduit à l’infini, terrible oxymore à la « finitude de Gaïa ».

 

Se fixer des limites et les respecter

Inverser la tendance de la croissance serait un acte de « décroissance », un mot tabou qui effraie certaines catégories privilégiées qui auraient peur d’y perdre quelques avantages. Et pourtant, c’est bien ce mouvement qui doit s’opérer en vue d'atteindre le point neutre (zéro), puis pour revenir à une empreinte écologique raisonnable, supportable pour notre Planète et raisonnée pour nos Générations futures. Sortir de notre consommation débridée et se fixer des limites, en les respectant, afin de répondre au premier principe de l’Ecologie. Il est toujours possible de faire mieux avec moins.

 

Se lancer dans une démarche d’Amélioration Continue

Une pétition a été lancée, « l’affaire du siècle », recueillant déjà deux millions de signatures et demandant à l’Etat de respecter ses engagements climatiques. Oui, mais l’Etat c’est Nous, et la responsabilité est partagée. Arrêtons de se tromper de cible, car nous représentons 80% du problème, avec nos gestes au quotidien, et l’Etat que 20%. Donc le principal devoir d’action se situe à notre niveau, car nous sommes acteurs de notre consommation. Et cela peut démarrer tout de suite, en adoptant une démarche d’Amélioration Continue, un peu comme le petit colibri de Pierre Rabhi. Cette initiative du changement pourrait s’inspirer facilement d’expériences réussies dans le domaine industriel, comme le modèle Lean de Toyota, par exemple.

 

 

Chasser les gaspillages

Chasser les gaspillages pourrait être le deuxième principe de l’Ecologie et le chantier est énorme. Le contenu de nos poubelles ne constitue que la partie visible de l’iceberg, et l'idée serait de le faire fondre afin d’enrayer la fonte de nos deux pôles. Par contre, vous devez faire preuve de méthodologie et de pédagogie pour espérer des résultats tangibles. Il faut avancer pas par pas, une action à la fois pour pérenniser les effets. Ainsi, imaginez que vous montez une pente raide, et à chaque amélioration apportée, mettez une cale pour maintenir votre progression et ne pas revenir en arrière. Votre temps est également source de gaspillage, car le temps ce n’est pas de l’argent mais de la vie ...

 

Travailler en équipe

Faites preuve d’intelligence collective car le défi est de taille. Il faut capitaliser ses expériences, les partager et les transmettre. La mutualisation de ressources et de moyens pourrait accélérer le mouvement, en donnant des résultats meilleurs. Par l’apport de ses connaissances et de ses compétences, chaque individu peut participer à cette inversion de tendance que l’on met trop facilement sur le dos de la fatalité. De toute façon, une partie du mal est fait et il faudra faire preuve de résilience pour s’adapter au changement déjà visible. C’est une équation à deux inconnues : les impacts futurs et les comportements humains, donc avec une infinté de solutions. Justement, fixons la seconde pour faire face au mieux à la première, avec la force de l’union pour ne pas céder à la faiblesse d’une division ...

 

Stone

Le monde est stone

Je cherche le soleil

Au milieu de la nuit ...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.