Greta Thunberg : Jeanne d’Arc de notre guerre climatique

En 1429, Jeanne d’Arc insufflait aux armées françaises un nouvel espoir de repousser les Anglais ... en 2019, Greta Thunberg soulève la jeunesse européenne pour partir en croisade contre le dérèglement climatique, suite au déni puis à l’inaction de nos gouvernants. Greta serait-elle notre nouvelle Jeanne d’Arc, en marche pour échapper au supplice de ce bûcher planétaire ?

Greta clouée au pilori par notre intelligentsia

Alors que nos philosophes, marathoniens penseurs de notre société, sont dans l’incapacité de comprendre les problèmes contemporains et donc d’apporter des solutions à nous, pauvres humains, ils tirent à boulet rouge sur une adolescente sans armure, libre de pensée et prête au sacrifice. Ainsi, notre cher Michel Onfray qui ne se fatigue pas à expliquer notre effrondement, en s’appuyant sur l’Histoire décadente de démocraties passées, n’a pas perdu l’occasion de la passer au vitriol, en la traitant de « cyborg suédoise ». Après un procès douteux sur son physique, décidément çà ose tout, elle est traitée de marionnette au service du capitalisme vert, bêlant et entraînant dans son sillage un troupeau de moutons, aux quatre coins de l’Europe. Sans oublier Pascal Bruckner, la traitant « d’icône d’un écologisme naïf », pratiquant « l’écholalie infantile » et « affichant son Asperger comme un titre de noblesse ». Messieurs, nous méritons mieux de votre part.

 

Greta, militante sans peur et sans reproche

Alors que la jeunesse clique et tchate jusqu’à l’épuisement, Greta observe, analyse et fait son remue-ménage sur l’avenir de notre société. Elle se met en grève scolaire (çà n’empêche pas d’apprendre) et n’hésite pas à mettre les politiques face à leurs responsabilités, arpentant les parlements et leurs salons dorés. Il faut avoir un sacré culot, doublé d’un courage de fer, pour remettre en place ces parlementaires pratiquant le mensonge et la procrastination à outrance, sur fond d’incompréhension et d’incompétence volontaires. Elle a pris parti pour une sobriété dure, chère à la doctrine décroissante, faisant preuve d’un engagement et d’un faire-valoir par l’exemple.

 

Une histoire de famille

Greta Thunberg est une lointaine cousine de Svante August Arrhenius, un éminent scientifique suédois du début du vingtième siècle. Prix Nobel de Chimie en 1903, il a élaboré la théorie de « l’effet de serre », corrélant l’augmentation de la température terrestre avec l’augmentation de la concentration du CO2 dans l’atmosphère. Coïncidence ou hasard de l’Histoire ? Avec des moyens rudimentaires, mais grâce à la force de calculs des sacrées Séries de Fourier, il a estimé un réchauffement climatique avec une tendance globalement confirmée par les études récentes du GIEC. Un véritable exploit, avec des opérations alignées sur un coin de table. Visionnaire sur ce problème environnemental à venir, il se disait inquiet de la consommation exponentielle du charbon fossible de son époque, et recommandait déjà de mettre au point d’autres sources d’énergie afin d’anticiper son épuisement et ses impacts. On n’a pas vraiment compris la leçon ...

 

Greta Thunberg versus Franky Zapata

Difficile de trouver un point commun entre ces deux personnages, sinon une foi scientifique pour répondre à une utopie. Refusant de prendre l’avion, elle naviguera sur un voilier pour rallier New-York en quelques semaines, occasion pour découvrir et comprendre les périls de nos océans. Quant à lui, il a survolé la mer pour le fun et le buzz, après des mois passés au fond d’un laboratoire, entre un fer à souder et un établi de mécanicien. Qui souffre vraiment d’autisme ? Qui fait preuve d’une modernité au service de l’Humanité ? Franky, abandonnes ton idée de voiture volante et vas rejoindre Greta, comme si tu marchais vers Saint-Jacques de Compostelle.

 

Greta, porte-étendard de notre guerre climatique

Notre guerre climatique durera probablement cent ans, soit la durée de vie du dioxyde de carbone CO2, ou presque. Greta n’a pas entendu de voix, mais elle s’est promise d’être sobre, de libérer notre planète de cette atmosphère carbonée et de changer le système. Avec les grèves scolaires pour le climat, elle s’est fait des centaines de milliers de disciples parmi une jeunesse qui gronde. Elle avance seule, éclairée par un avenir meilleur, en respect mutuel avec la Nature, et avec son Prochain. C’est certain, elle gêne car elle a réussi, en quelques mois, à galvaniser des esprits qui ne croyaient plus à l’avenir, avec un charisme inoxydable. Grâce à son caractère bien trempé, elle rassemble et fusionne les consciences. Elle est la nouvelle liberté guidant le peuple, candidate possible pour le futur Prix Nobel de la Paix, comme son aïeul il y a un siècle.

 

Greta Thunberg, activiste catalysant le dérangement politique pour lutter contre le dérèglement climatique, est peut-être une étoile filante, mais elle mérite notre respect ...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.