LEVI'S
Abonné·e de Mediapart

42 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 juin 2019

Société TREDI et Perturbateurs Endocriniens : vous allez en prendre plein les narines

Le 23 avril 2019, le Préfet de l’Ain signait le nouvel arrêté préfectoral de la société TREDI, exerçant des activités d’incinération de déchets dangereux et toxiques à Saint-Vulbas (Ain). Il répondait favorablement à sa demande d’augmenter la capacité de ses fours et de traiter des saumures bromées. Un constat : il ne fait pas beau habiter dans l’axe Nord-Sud de cette entreprise !

LEVI'S
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tout commence par une demande de la société TREDI, en avril 2017, afin de permettre une augmentation et une modification de ses capacités d’incinération de déchets. Et le catalogue des produits toxiques contenus dans ses émissions atmosphériques est impressionnant, digne d’une encyclopédie de chimie : SO2, CO, NOx, COV, dichlorométhane, tétrachloroéthylène, chlorure d’hydrogène, fluorure d’hydrogène, bromure d’hydrogène, PCB, dioxines, métaux lourds. Mais il faut être patient avec la toute puissance des pouvoirs publics. D’abord, il faudra passer par une enquête publique, fin 2018, en vue d’informer et de faire participer la population locale. La démocratie participative est à ce prix. Mais le sujet, pourtant ultra-sensible sur le risque environnemental, n’intéressa qu’une poignée de citoyens plus préoccupés du maintien de l’emploi ou du greenwashing de l’usine. Forcément, le commissaire-enquêteur émet un avis favorable, le peuple n’y voyant aucun inconvénient majeur, et pourtant ...

Il est vrai que la lecture des documents décrivant le projet est digne d’un marathonien et nécessite des experts de haut niveau pour en déchiffrer les informations. Ainsi, le dossier présenté pesait 29 kilos, et comprenait 11 classeurs de 9 cm d’épaisseur, soit une colonne de papier d’un mètre de hauteur, ayant le poids de 3 packs d’eau minérale. De prime abord, cela fait sérieux, mais l’important est ce qu’il y a dans la boîte, et ce n’est pas bon. Mais alors, pas bon du tout ...

D’abord, l’industriel va augmenter la capacité de ses fours de 50%, et sans investissements. Et là, il y a un sérieux problème. Il faut savoir que la performance de l’incinération du déchet sera conditionné par une température souvent élevée (jusqu’à 1200 - 1300°C), mais ausi un temps d’exposition (supérieur à 2 secondes). Or, un four est limité par sa puissance thermique et sa volumétrie, et on comprend vite que le fait d’en passer plus se fera probablement au détriment de la chauffe et du temps de contact. Donc, mauvais traitement et forcément des pertes au niveau des fumées, entraînant la formation et par la suite l’émission de résidus toxiques supplémentaires dans l’atmosphère.

Oui, mais tout est prévu, même le traitement final des fumées sales pour n’émettre que des fumées propres. Le problème est le même. L’installation de lavage et de captation des polluants est dimensionné pour un certain débit, et son rendement subira une décroissance, favorable à une augmentation de la pollution. De plus, ce procédé de lavage des fumées consommera des produits chimiques en pagaille, et il n’est pas évident que l’on tolère une augmentation des coûts d’exploitation en cette période de concurrence féroce.

Maintenant, parlons un peu des sacrées saumures bromées. En réalité, il ne s’agit pas de les détruire, mais plutôt de les régénérer afin de les valoriser. Ce miracle de la science doit bien payer, et Business is Business. C’est le côté Pile de la médaille. Côté Face, essayez d’imaginer les émissions de Brome dans l’atmosphère suivant un seuil toléré d’acide bromhydrique de 5 mg/Nm3. Nous évoluons dans l’infiniment petit. Mais surtout, avec cette nouvelle substance toxique, la société TREDI vient de compléter sa palette de Perturbateurs Endocriniens (PE) qu’elle balance aux petits oiseaux, suivant les caprices du vent. En effet, elle dispersait déjà des fluorures d’hydrogène et des chlorures d’hydrogène. Voilà, l’alignement des planètes est parfait. Ainsi, nous retrouvons bien le Fluor, le Chrome et le Brome, en colonne parfaite avec l’Iode, selon le tableau périodique des éléments chimiques de Mandeleïev. La structure atomique très proche des trois éléments Fluor, Chrome et Brome, avec celle de l’Iode, peut entraîner une perturbation du fonctionnement de la thyroïde en générant une carence d’iode. Une fabrique de Perturbateurs Endocriniens à ciel ouvert ...

On va en rester là pour le moment, et je souhaiterais lancer un appel au parti écologique qui se revendique comme notre troisième force politique nationale :

« Passez à l’acte et anticipez une catastrophe sanitaire, déjà existante, mais qui va s’empirer. Exercez votre droit de recours (délai de 4 mois), auprès du Tribunal Administratif de Lyon, afin d’exiger des contraintes environnementales à la hauteur des risques sanitaires, associées à une obligation de surveillance continue et contrôlable ».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Salaires
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau