LEVI'S
Abonné·e de Mediapart

42 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 juin 2020

LEVI'S
Abonné·e de Mediapart

Centrales d’enrobage : des bombes sanitaires par centaines

L’Hexagone compterait un demi-millier de centrales d’enrobage fabriquant le revêtement de nos routes. Le bitume utilisé à chaud produit des émissions de benzène et de benzo(a)pyrène, substances classées cancérigènes. Des enfants et des adultes tombent malades, de 6 mois à 70 ans, en toute impunité … un scandale sanitaire de plus !

LEVI'S
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Extrait de l’allocution de notre Président lors de la crise du Covid :

« … la santé n’a pas de prix, je ne transigerai sur rien … »

Le « bitume roi »

Chaque français parcourt plusieurs dizaines de kilomètres par an sur des réseaux de routes et d’autoroutes, sans se douter à quel prix sanitaire se paie ce degré de liberté. Pourtant des hommes extraient de carrières le granulat calibré qui sera enrobé à chaud, au travers d’une centrale d’enrobage, avec un bitume issu de l’activité pétrochimique. Ce mélange fumant sera déversé, avec délicatesse, pour former un tapis aussi régulier qu’une moquette de salon. Les techniques se sont améliorées avec le temps, mais les dangers pour la santé persistent pour les compagnons des travaux publics. Leucémies, lymphomes de Hodgkin, cancers du poumon, … la liste des pathologies lourdes est longue, touchant autant les ouvriers mettant en œuvre le précieux mélange que les riverains habitant dans l’environnement direct de ces centrales d’enrobage. Le risque est connu, mais nos pouvoirs publics restent dans le déni afin de préserver une activité porteuse d’emplois, récupérée par une poignée de grands groupes BTP du CAC40. Le business est juteux car la rentabilité d’une unité de fabrication d’enrobés présente un taux à deux chiffres.

Benzène et Benzo(a)pyrène

Deux noms barbares, encore appelés « Hydrocarbures Aromatiques », mais deux substances chimiques qui peuvent provoquer des effets ravageurs sur la santé. « H350 : peut provoquer le cancer », « H340 : peut induire des anomalies génétiques », sont deux exemples de danger que l’on identifie si on consulte la Fiche de Données de Sécurité de ces éléments. Pourtant, lors du processus d’enrobage du granulat par le bitume chaud, l’usine de fabrication produit des émissions toxiques contenant ces deux poisons, qu’elle rejette au niveau de sa cheminée d’évacuation des fumées. Avec une hauteur d’une trentaine de mètres, on peut imaginer la dispersion facile de ces molécules cancérigènes dans l’atmosphère, sur plusieurs kilomètres, et selon les caprices de la météo du moment. Etre au mauvais endroit et au mauvais moment, ou la malchance d’inhaler des aérosols pathogènes qui gagneront vos poumons et passeront directement dans le sang. « Tout est poison, mais c’est la dose qui fait le poison … »

Saint-Rogatien, cluster de cancers pédiatriques

Saint-Rogatien, petite bourgade à l’est de La Rochelle, semble payer le prix fort d’une telle pollution aux Hydrocarbures Aromatiques. Une dizaine de cas avérés de cancers pédiatriques, dans un cercle de rayon trois kilomètres, ayant pour centre une unité d’enrobage à chaud. Les enfants sont en première ligne. Une famille, avec un enfant tombant malade à l’âge de 6 mois, se voit dans l’obligation de fuir cette localité pour échapper au pire et mettre le petit à l’abri en vue de le soigner à coup de chimiothérapies. Une adolescente décédée il y a un an, malgré des traitements lourds que même un adulte aurait du mal à supporter. Pourtant le doute est toujours de mise par la toute puissance publique, accumulant des dysfonctionnements et des manquements dans sa mission de surveiller ce type d’activité. Des arrêtés préfectoraux incomplets, des visites d’inspection superficielles et des mises en demeure sans suite, on ne peut pas dire que notre Gendarme des Installations Classées (DREAL) brille aussi fort que les pelotons armés qui sont déployés pour réprimer les manifestations pacifiques. La commission parlementaire de l’incendie de Lubrizol à Rouen dénonce exactement cette insuffisance de nos pouvoirs publics, qui peut coûter très chère à la population.

Des collectifs aux barricades

On ne compte plus le nombre de collectifs de citoyens qui se soulèvent quand ils découvrent l’implantation d’une telle centrale à quelques centaines de mètres de leurs habitations, alors que des friches industrielles ne manquent pas pour l’accueillir. Malgré une enquête publique vivement commentée, et des rassemblements de contestation, le préfet décerne l’autorisation d’exploiter pour cause d’intérêt général et de création d’emplois. Les recours se transforment en pot de terre contre pot de fer, malgré l’intervention d’avocats spécialisés dans le droit environnemental. Des années de lutte pour des dizaines d’années d’empoisonnement. Pourtant des solutions existent pour minimiser le risque et une telle mise en danger. Il suffirait d’éloigner les usines et les obliger à s’équiper d’installations de traitement des fumées toxiques (charbon actif). L’Etat doit se ressaisir pour assurer notre santé publique. C’est un bien précieux.

L’amiante encore, et le goudron en plus

Il y a quelques décennies, le revêtement de route était constitué d’un mélange moins technique, composé de granulats, de goudron et de fibres d’amiante. Il arrivait même d’y inclure des morceaux de pneumatiques usagés. Mais c’était avant … sauf que ces anciennes croûtes sont régulièrement rabotées afin de dérouler une couche neuve d’enrobé bitumineux. Ces déchets pourraient avoir deux issues possibles : la décharge classée ou une seconde vie grâce à leur recyclage dans le nouvel enrobé (en effet, les unités de production ont l’option d’un taux de recyclage pouvant atteindre 40%). Sauf que le goudron est interdit depuis une quinzaine d’années car sa toxicité est de 1000 à 10000 fois supérieure à celle du bitume (Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques – HAP). D’après la loi, il est interdit de recycler un revêtement contenant du goudron, mais la tentation est forte car il faut payer pour le mettre en décharge, alors que c’est une matière gratuite en entrée pour fabriquer un nouvel enrobé. Double bonus si on détourne la réglementation, en émettant des substances mille fois plus toxiques pour le citoyen.

Business is business, la santé a un prix …

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — Asie et Océanie
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Pesticides et gras du bide
Gros ventre, panse,  brioche,  abdos Kro, bide... Autant de douceurs littéraires nous permettant de décrire l'excès de graisse visible au niveau de notre ventre ! Si sa présence peut être due à une sédentarité excessive, une forme d'obésité ou encore à une mauvaise alimentation, peut-être que les pesticides n'y sont pas non plus étrangers... Que nous dit un article récent à ce sujet ?
par Le Vagalâme
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
La vie en rose, des fjords norvégiens au bocage breton
Le 10 décembre prochain aura lieu une journée de mobilisation contre l’installation d’une usine de production de saumons à Plouisy dans les Côtes d’Armor. L'industrie du saumon, produit très consommé en France, est très critiquée, au point que certains tentent de la réinventer totalement. Retour sur cette industrie controversée, et l'implantation de ce projet à plus de 25 kilomètres de la mer.
par theochimin
Billet de blog
Et pan ! sur la baguette française qui entre à l’Unesco
L’Unesco s’est-elle faite berner par la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française ? Les nutritionnistes tombent du ciel. Et le pape de la recherche sur le pain, l’Américain Steven Kaplan s’étouffe à l’annonce de ce classement qu’il juge comme une « effroyable régression ». (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement