LEVI'S
Abonné·e de Mediapart

42 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 juin 2020

Centrales d’enrobage : des bombes sanitaires par centaines

L’Hexagone compterait un demi-millier de centrales d’enrobage fabriquant le revêtement de nos routes. Le bitume utilisé à chaud produit des émissions de benzène et de benzo(a)pyrène, substances classées cancérigènes. Des enfants et des adultes tombent malades, de 6 mois à 70 ans, en toute impunité … un scandale sanitaire de plus !

LEVI'S
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Extrait de l’allocution de notre Président lors de la crise du Covid :

« … la santé n’a pas de prix, je ne transigerai sur rien … »

Le « bitume roi »

Chaque français parcourt plusieurs dizaines de kilomètres par an sur des réseaux de routes et d’autoroutes, sans se douter à quel prix sanitaire se paie ce degré de liberté. Pourtant des hommes extraient de carrières le granulat calibré qui sera enrobé à chaud, au travers d’une centrale d’enrobage, avec un bitume issu de l’activité pétrochimique. Ce mélange fumant sera déversé, avec délicatesse, pour former un tapis aussi régulier qu’une moquette de salon. Les techniques se sont améliorées avec le temps, mais les dangers pour la santé persistent pour les compagnons des travaux publics. Leucémies, lymphomes de Hodgkin, cancers du poumon, … la liste des pathologies lourdes est longue, touchant autant les ouvriers mettant en œuvre le précieux mélange que les riverains habitant dans l’environnement direct de ces centrales d’enrobage. Le risque est connu, mais nos pouvoirs publics restent dans le déni afin de préserver une activité porteuse d’emplois, récupérée par une poignée de grands groupes BTP du CAC40. Le business est juteux car la rentabilité d’une unité de fabrication d’enrobés présente un taux à deux chiffres.

Benzène et Benzo(a)pyrène

Deux noms barbares, encore appelés « Hydrocarbures Aromatiques », mais deux substances chimiques qui peuvent provoquer des effets ravageurs sur la santé. « H350 : peut provoquer le cancer », « H340 : peut induire des anomalies génétiques », sont deux exemples de danger que l’on identifie si on consulte la Fiche de Données de Sécurité de ces éléments. Pourtant, lors du processus d’enrobage du granulat par le bitume chaud, l’usine de fabrication produit des émissions toxiques contenant ces deux poisons, qu’elle rejette au niveau de sa cheminée d’évacuation des fumées. Avec une hauteur d’une trentaine de mètres, on peut imaginer la dispersion facile de ces molécules cancérigènes dans l’atmosphère, sur plusieurs kilomètres, et selon les caprices de la météo du moment. Etre au mauvais endroit et au mauvais moment, ou la malchance d’inhaler des aérosols pathogènes qui gagneront vos poumons et passeront directement dans le sang. « Tout est poison, mais c’est la dose qui fait le poison … »

Saint-Rogatien, cluster de cancers pédiatriques

Saint-Rogatien, petite bourgade à l’est de La Rochelle, semble payer le prix fort d’une telle pollution aux Hydrocarbures Aromatiques. Une dizaine de cas avérés de cancers pédiatriques, dans un cercle de rayon trois kilomètres, ayant pour centre une unité d’enrobage à chaud. Les enfants sont en première ligne. Une famille, avec un enfant tombant malade à l’âge de 6 mois, se voit dans l’obligation de fuir cette localité pour échapper au pire et mettre le petit à l’abri en vue de le soigner à coup de chimiothérapies. Une adolescente décédée il y a un an, malgré des traitements lourds que même un adulte aurait du mal à supporter. Pourtant le doute est toujours de mise par la toute puissance publique, accumulant des dysfonctionnements et des manquements dans sa mission de surveiller ce type d’activité. Des arrêtés préfectoraux incomplets, des visites d’inspection superficielles et des mises en demeure sans suite, on ne peut pas dire que notre Gendarme des Installations Classées (DREAL) brille aussi fort que les pelotons armés qui sont déployés pour réprimer les manifestations pacifiques. La commission parlementaire de l’incendie de Lubrizol à Rouen dénonce exactement cette insuffisance de nos pouvoirs publics, qui peut coûter très chère à la population.

Des collectifs aux barricades

On ne compte plus le nombre de collectifs de citoyens qui se soulèvent quand ils découvrent l’implantation d’une telle centrale à quelques centaines de mètres de leurs habitations, alors que des friches industrielles ne manquent pas pour l’accueillir. Malgré une enquête publique vivement commentée, et des rassemblements de contestation, le préfet décerne l’autorisation d’exploiter pour cause d’intérêt général et de création d’emplois. Les recours se transforment en pot de terre contre pot de fer, malgré l’intervention d’avocats spécialisés dans le droit environnemental. Des années de lutte pour des dizaines d’années d’empoisonnement. Pourtant des solutions existent pour minimiser le risque et une telle mise en danger. Il suffirait d’éloigner les usines et les obliger à s’équiper d’installations de traitement des fumées toxiques (charbon actif). L’Etat doit se ressaisir pour assurer notre santé publique. C’est un bien précieux.

L’amiante encore, et le goudron en plus

Il y a quelques décennies, le revêtement de route était constitué d’un mélange moins technique, composé de granulats, de goudron et de fibres d’amiante. Il arrivait même d’y inclure des morceaux de pneumatiques usagés. Mais c’était avant … sauf que ces anciennes croûtes sont régulièrement rabotées afin de dérouler une couche neuve d’enrobé bitumineux. Ces déchets pourraient avoir deux issues possibles : la décharge classée ou une seconde vie grâce à leur recyclage dans le nouvel enrobé (en effet, les unités de production ont l’option d’un taux de recyclage pouvant atteindre 40%). Sauf que le goudron est interdit depuis une quinzaine d’années car sa toxicité est de 1000 à 10000 fois supérieure à celle du bitume (Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques – HAP). D’après la loi, il est interdit de recycler un revêtement contenant du goudron, mais la tentation est forte car il faut payer pour le mettre en décharge, alors que c’est une matière gratuite en entrée pour fabriquer un nouvel enrobé. Double bonus si on détourne la réglementation, en émettant des substances mille fois plus toxiques pour le citoyen.

Business is business, la santé a un prix …

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine