Covid-19 : un stress test à l’échelle planétaire

Après la montée en puissance du dérèglement climatique, une pandémie s’invite pour faire vibrer notre Planète Bleue, d’un hémisphère à l’autre. 2020 semble être une année charnière, un sas entre deux époques. Notre Système a des pieds d’argile, et il serait temps de s’arrêter un peu pour penser et se reconstruire.

Une mise en quarantaine bénéfique

La mise en quarantaine est un moyen pour freiner la propagation de l’épidémie, et il faut en payer le prix. Par force, chacun se met en mode “pause” et se réapproprie du temps. Mais le temps, ce n’est pas de l’argent, mais plutôt de la vie et de l’énergie disponible. Alors, regardons l’autre côté de la médaille et exploitons ce temps de vacance fortuite pour se faire une analyse de la situation, un constat objectif et partagé. Pour une fois, nous pouvons mettre le nez à la fenêtre et observer le décor charmant d’une Nature qui se réveille après un hiver qui n’en a plus que le nom. Nous avons atteint, et même dépassé, nos limites pour créer un Système* qui nous plonge dans la peur, la méfiance et l’individualisme à outrance. Les frontières se referment, les ponts-levis se relèvent pour rétablir les forteresses et on pille les greniers pour anticiper sa propre faim, au détriment des plus faibles et des plus pauvres. La guerre civile nous guette pour engendrer le pire ...

*mode de gouvernement, d’administration, d’organisation sociale

 

Un stress test pour la Politique

La politique est un instrument de gestion, et “gérer, c’est prévoir ...”. Sauf que l’évolution d’une épidémie avec un virus inconnu au fichier central, qui se propage à grande vitesse et suivant un processus incontrôlable, est un casse-tête pour tout pouvoir en place. Il faut le reconnaître, quelle que soit sa sensibilité citoyenne, et il faut faire preuve d’unité nationale plutôt que se dissoudre dans toute polémique stérile. La solution miracle n’existe pas, et il y aura inéluctablement des décisions discutables* pour éviter le pire. Nous évoluons sur un registre scientifique, et nos politiciens doivent s’encadrer d’experts sur le sujet, et surtout les écouter. Nous avons la chance d’avoir une médecine d’excellence grâce à un modèle d’enseignement dur et efficient, mais si mal reconnu de nos jours et malmené ces dernières années. Pourtant, nos médecins et tout le personnel soignant sont sur le pont pour traiter les victimes contaminées, au péril même de leur propre santé. Cette force vive en blouse blanche mérite notre soutien et des moyens techniques et humains à la hauteur des enjeux de notre société. Le serment d’Hippocrate ne leur suffira pas ...

*par exemple, le report sine die des élections municipales

 

Un stress test pour la Finance

Tous les experts s’accordaient sur un point, à savoir la survenue fort probable d’un nouveau krach boursier dans un avenir proche. Les seules inconnues demeuraient la cause et sa localisation. Ce lundi 9 mars 2020, il est arrivé par l’est (comme le coronavirus) et s’est propagé à la vitesse de la fibre optique. Plus brutal qu’en 2008, avec la descente aux enfers spéculatifs des ténors du CAC40. Une véritable pandémie financière avec ses effets dominos et un SOS lancé auprès des organismes bancaires publics. Un SOS pour ne pas sombrer, alors que les directoires venaient de distribuer des dividendes historiques auprès de leurs actionnaires. Mêmes causes, mêmes effets, avec un cycle de 10 ans et une spéculation toujours contaminée par son trading à grande vitesse. Il serait temps de mettre tout ce petit monde de l’oligarchie destructive en quarantaine afin d’assainir notre système économique et de favoriser l’esprit de l’entreprise locale et responsable sur un plan sociétal.

 

Un stress test pour le Service Public

Et ce qu’il en reste ... Nous avons encore la chance de disposer d’un Service Public maillant à peu près notre territoire, malgré un abandon irresponsable du milieu rural. Il est aussi malmené depuis quelques mandatures, laissant progressivement la place à un secteur privé à la compétence discutable. Dans une telle situation de crise sanitaire exceptionnelle, la capacité de réaction et d’anticipation est fondamentale et doit s’appuyer sur un réseau disponible et efficace. Notre Service Public doit remplir cette mission et être accompagné par nos responsables politiques. De la santé à l’enseignement, en passant par l’ensemble des pouvoirs publics. De même, il serait judicieux de former notre Armée à faire face à ce genre de guerre virale, en faisant appel à ses capacités logistiques et techniques. Le virus est un ennemi invisible qui se targue de la puissance régalienne de nos armes de dissuasion.

 

Un stress test pour la Science

Depuis le siècle des Lumières, la Science a été le vecteur de notre société moderne. Forte de ses certitudes et de ses découvertes, elle est aujourd’hui au pied du mur. Faute de vaccin préventif et de traitement curatif, Covid-19 a toutes les libertés pour se propager et faire des victimes au passage. C’est une situation nouvelle, une course contre la montre pour les équipes de recherche du monde entier. Avec un prix Nobel à la clé, ou la fortune pour les laboratoires qui restent en coulisse en guettant la moindre avancée. Avec le réchauffement anthropique de notre Terre, c’est une situation qui risque de se reproduire à court terme, avec la libération de bactéries peu sympathiques à partir du permafrost ou autres banquises en fonte accélérée. D’une guerre virale (à caractère mondial), on passera à des guerres bactériologiques avec l’air comme milieu de propagation. Des milliards d’aérosols contaminés parcourant des milliers de kilomètres pour atteindre les zones denses en population. On observe également une situation de décroissance “forcée” à tous niveaux : pollution, consommation, ... démonstration à l’échelle mondiale d’une solution facile à notre crise écologique. La théorie de la Décroissance mériterait le titre de nouvelle Science Humaine. Pourquoi pas une sobriété heureuse en ces temps de conjoncture malheureuse ...

 

Les forsythias sont en fleurs et le merle a chanté ce matin ... la vie continue !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.