LEVI'S
Abonné·e de Mediapart

42 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 avr. 2019

SANOFI - Mourenx : petite chronique pour un scandale sanitaire camouflé

L'article "Sanofi: des traces de Dépakine retrouvées dans le sang d’ouvriers", par Médiapart (Jade LINDGAARD), est pertinent car il met en évidence un scandale sanitaire camouflé par "un fleuron de notre industrie française". Une petite approche scientifique complémentaire permet de prolonger ce travail d'investigation qui ne fait que commencer ...

LEVI'S
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'article "Sanofi: des traces de Dépakine retrouvées dans le sang d’ouvriers", par Médiapart (Jade LINDGAARD), est pertinent car il met en évidence que le Groupe SANOFI contamine son personnel en mettant en danger leur propre santé, alors qu'il est censé fabriquer des médicaments pour améliorer la santé de patients. Il distribue 5 milliards d'euros de dividendes pour cette année, et il se contente d'un simple rouleau de rubalise pour délimiter une zone contaminée par rapport à une zone propre … pratique douteuse pour un industriel qui se vante d'atteindre l'excellence opérationnelle !

En tant que scientifique, j'aimerais apporter un certain nombre de constats par rapport à cette affaire :

- Constat n°1 : une seconde contamination vient également d'une autre source située à l'extérieur du bâtiment de production, à savoir la cheminée du rejet de la tour d'atomisation qui fabrique le Valproate de sodium. En effet, l'usine peut rejeter jusqu'à 200 g/h suivant le nouvel arrêté préfectoral du 31 août 2018, avec un maxi de 360 g/h. Il faut savoir que la découverte de ces émissions de Valproate de sodium a eu lieu de façon fortuite lors d'un contrôle des eaux pluviales du site en 2013.

- Constat n°2 : la date des premières analyses au mois de novembre 2018 coïncide parfaitement avec le moment où SANOFI a réussi, après une longue et fastidieuse période de réglage, à respecter enfin ce seuil de 200 g/h, sachant qu'il partait de 700 g/h en mai 2018 et même de 2 500 g/h en février 2017 (soit un facteur de 10). Hasard de date … ou planification de circonstance.

- Constat n°3 : cette pollution "autorisée" par les pouvoirs publics, et inacceptable à mon avis (tolérance ZERO), contamine non seulement le personnel de SANOFI, mais aussi celui des entreprises mitoyennes situées sur cette plate-forme Chem'Pole 64 de Mourenx. Il serait intéressant de réaliser les mêmes tests médicaux auprès d'un échantillon de personnes travaillant à proximité directe du site de SANOFI.

- Constat n°4 : l'usine a rejeté du Valproate de sodium (toujours au niveau de la cheminée de sa tour d'atomisation) avec des débits pouvant atteindre des valeurs astronomiques de l'ordre de 2 500 g/h à 3 000 g/h (entre avril 2016 et mars 2017), conduisant à des flux annuels compris entre 13 tonnes et 20 tonnes de principe actif à l'atmosphère. Substance toxique* se dispersant, suivant la direction et la vitesse du vent, pour mettre en danger le personnel de la plate-forme et les riverains les plus proches (450 m). Une Evaluation des Risques Sanitaires (ERS) conduit à des résultats sans appel à la charge de SANOFI, avec un Quotient de Danger (QD) nettement supérieur à 1, permettant de conclure à "un état des milieux incompatible avec les usages" … donc à un risque sanitaire avéré.

* danger majeur : toxicité pour la reproduction, catégorie 1A - H360 (peut nuire à la fertilité et au foetus)

- Constat n°5 : un dépôt de plainte (par un tiers) est voué à l'échec vu les excellents rapports tissés entre la gouvernance de SANOFI et le plus haut pouvoir de l'Etat … mais une procédure en citation directe* permettrait (enfin) d'asseoir le(s) responsable(s) sur les bancs d'un tribunal et d'obtenir un jugement pour la mise en danger de la vie d'autrui, première pierre posée pour une longue procédure à venir ...

* procédure de la dernière chance, lancée par les victimes de l'amiante en raison du refus de la justice de donner suite aux nombreuses plaintes déposées (non-lieu)

Le débat citoyen et participatif sur ce scandale sanitaire (parmi tant d'autres) ne fait que commencer ...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose