Covid-19 / Macron : demi-experts et faux-sachants …

Extrait de l’allocution de notre Président, le 16 mars 2020 : “ ... Et évitez l’esprit de panique, de croire dans toutes les fausses rumeurs, les demi-experts ou les faux-sachants ... ”. Il serait temps que notre puissance publique mobilise toutes les forces vives, experts techniques et scientifiques, pour aider notre personnel de santé dans cette Guerre Sanitaire. L’armée ne suffira pas ...

Mr Le Président, nos pouvoirs publics doivent être dans l’anticipation

Votre comité d’experts doit certainement être composé d’éminences et d’experts reconnus, mais une Guerre se gagne sur 3 fronts : Humain, Technique et Organisation. Il faut ces 3 composantes pour disposer d’une force de frappe afin de venir à bout de ce virus, véritable Maître de l’espace et du temps :

  • Humain : compétences et connaissances scientifiques pour traiter ce Problème Sanitaire
  • Technique : mise à disposition de matériel, de procédures et de bonnes pratiques
  • Organisation : capacité à gérer au mieux les moyens techniques et humains pour la meilleure efficience, dans le respect et la sauvegarde de la sécurité et de la santé du patient, et du personnel d’intervention.

Pour approcher cette excellence opérationnelle, la Nation dispose d’entreprises et de spécialistes, dans le génie industriel par exemple. Alors, lancez un appel auprès de ces élites mises en quarantaine et probablement réduites à l’inactivité, afin qu’elles puissent venir en aide à notre force médicale qui se sentira épaulée, et jouer le rôle de “ génie militaire ” pour cette drôle de guerre. La synergie pourrait être redoutable pour vaincre notre ennemi invisible, et serait une opportunité d’améliorer notre service de santé.

Malheureusement, nos pouvoirs publics inspirent peu confiance, à l’image de leurs échecs récents dans les investigations à identifier les causes racines dans les affaires des “bébés sans bras” et des “cancers pédiatriques” sur notre territoire.

Enfin, en tant que demi-expert et faux-sachant, je vous invite à lire mon article que j’ai édité quelques heures avant le confinement exceptionnel de Wuhan et qui était, sans prétention, assez visionnaire à une quinzaine de jours près : “ 29 février 2020 : mise en quarantaine de l’Hexagone ... ” (23 janvier 2020).

 

D’autres décisions urgentes à prendre (le temps presse)

La mobilisation de 100 000 policiers et gendarmes est peut-être louable pour garantir l’obéissance civile, mais il aurait été souhaitable de mobiliser également 10 000 techniciens et scientifiques (public et privé) afin d’aider les services de santé au niveau local (généralistes) et au niveau de l’hôpital. Il faudrait passer les usines stratégiques (masques, vêtements, gel aseptisant, tests de dépistage, ...) en service continu (7j/7j, 24h/24h), avec une logistique associée (cellule nationale d’ordonnancement et de livraison). Il faudrait réquisitionner des bâtiments existants facilement aménageables (salles de sport, centres de cure thermale, ...), désertés par le confinement obligatoire, au lieu d’ériger des hôpitaux de campagne en toile et à la sanitation difficile. Il faudrait communiquer avec du vocabulaire précis et adapté à la situation (crise sanitaire au lieu de guerre sanitaire). Il faudrait informer sur des indicateurs pertinents et de tendance exacte (cartographie épidémique, ...), et non sur des chiffres qui ne reflètent pas la réalité du moment (cas déclarés, décès, ...).

 

Humain : des connaissances technologiques à développer

L’Homme a substitué des essais nucléaires par de la simulation numérique et a fait atterrir des robots mobiles sur Mars, et il est dans l’incapacité de décrypter un virus dans l’urgence. Il serait temps d’aller à l’essentiel en développant une excellence dans la recherche médicale. Et plus encore :

  • Intelligence Artificielle (IA) : collecter un maximum de données pendant cet épisode de crise épidémique (médicales, physiques, géographiques, …) afin d'en faire une analyse exhaustive grâce à des logiciels performants, et d'en extraire des indicateurs pertinents en vue d'anticiper et de mettre au point des moyens humains, techniques et organisationnels pouvant répondre et faire face à la prochaine crise sanitaire
  • Robotique : concevoir des robots au design basique (avec des fonctions simples) afin de soigner au contact direct les patients en milieu hospitalier. Pour ce faire, l'architecture de certains secteurs d'un hôpital serait à revoir pour faciliter ce processus d'assistance par la Machine
  • Lancer le concept d'Hôpital 4.0, cher à la Quatrième Révolution Industrielle. Le Monde de la Santé devrait s’inspirer du Monde Industriel en pleine mutation sur cette évolution, ou collaborer ensemble par un brainstorming et un partenariat.

 

Technique : un exemple de réflexion

Il semblerait qu’un point critique imminent serait le manque de respirateurs pour les services de réanimation et de soins intensifs. A priori, ce genre d’équipement est assez perfectionné, avec de l’électronique embarquée afin d’optimiser la respiration du patient par un réglage du débit ou de pression, et monitoré en continu. Si, dans certains cas moins sévères, une ventilation améliorée suffit, alors pourquoi ne pas associer un équipement basique de type “compresseurs à pression positive continue” (traitement contre l’apnée obstructive du sommeil) et une injection d’oxygène pur en vue d’en faire un mélange adéquat. Dans ce cas, les appareils de ventilation assistée s’approvisionnent facilement, ou si nécessaire en faire la préemption de milliers d’exemplaires auprès de citoyens volontaires qui en font usage pour leur sommeil, et qui pourraient s’en passer pour une certaine période. Quant à l’oxygène pur, des producteurs de gaz industriels (Air Liquide, Air Products, ...) auront toute la facilité de mettre des citernes mobiles à proximité directe, avec un réseau de distribution équipé de filtres ou autres débitmètres. Pour la régulation de première nécessité, on trouvera facilement des automaticiens et des instrumentistes pour “ bidouiller sérieusement ” un mécanisme de contrôle de l’ensemble. Nous sommes en Guerre et il faut s’adapter aux moyens disponibles. Le très peu que l’on peut faire, il faut le faire ...

 

Organisation : la culture LEAN, une ingénierie opérationnelle pour améliorer la performance

Après le taylorisme, l’industrie automobile a connu sa révolution industrielle au début de ce siècle grâce à une culture volontaire de l’Amélioration Continue, le LEAN. Importée du Japon, par l’intermédiaire de l’entreprise Toyota, elle a bouleversé les méthodes de travail et d’organisation de cette activité presque centenaire, permettant un rebond sans équivalent après la crise des années quatre-vingt dix. Initiée dans cette industrie de grandes séries, elle s’est démocratisée pour gagner tous les secteurs industriels, de la multinationale à la simple PME. Elle a également “ contaminé ” le monde des services, grâce à sa facilité de mise en place et sa capacité à gagner l’engagement du salarié le plus réfractaire. Pour faire simple, elle met à disposition une boîte à outils, simple et pragmatique, améliorant le processus en place, par exemple :

  • la standardisation de méthodes de travail et de modes opératoires
  • la chasse aux gaspillages : matières, déplacements, temps, ... (7W)
  • l’optimisation de l’espace de travail (5 S)
  • la capitalisation de l'expérience et la recherche d’améliorations : résolution de problèmes 8D, ...
  • la mesure de la performance opérationnelle par la mise en place et le suivi d’indicateurs pertinents, au service de l’humain (TRS, ...).

Ainsi, en plus des compétences des services médicaux de l’hôpital, l’efficience pourrait être augmentée par la mise en place de cette discipline du LEAN, en gardant toujours en priorité la sécurité et la santé du patient. Ce service complémentaire pourrait être implémenté par des experts extérieurs, à la pointe de cette ingénierie sociale, sans ingérence mais avec le souci d’un partenariat gagnant/gagnant.

 

Confinement vôtre.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.