Pollution au plomb de Notre-Dame : nos enfants sont en danger

Avec 5000 microgrammes/m2 de plomb au niveau du sol de sa cour de récréation au 30 août, la rentrée scolaire a quand même eu lieu dans cette école primaire privée du 7ème arrondissement, soit 5 fois le seuil admissible ! Une véritable mise en danger de la vie d’autrui, dans un silence de plomb. Cet audit des rapports d’analyses fait froid dans le dos ...

Objet de l'audit

Ecole primaire privée (La Rochefoucauld)     9, rue Cler    75007 PARIS

Localisation par rapport à Notre-Dame : 3,3 km – secteur : Nord-Ouest

Seuil de référence pour les cours et les espaces extérieurs des écoles : 1000 microgrammes/m2

 

Première campagne d’analyses : VISUAL BTP / LEPBI

Prélèvements : 30-08-19 / Cour / nombre : 5

Résultats : 5056 / 2812 / 1619 / 1034 / 466 microgrammes/m2, transmis le 03-09-19

Rapport : 2 pages

Non-conformités :

  • rapport succinct sans fiches détaillées d'analyses
  • absence de cartographie/photos des points de prélèvements
  • absence d’interprétation des résultats et de conclusion

Constat : malgré les résultats hors-norme, la rentrée scolaire a été maintenue

 

Deuxième campagne d’analyses : L3A AIR / FLASHLAB

Evénement particulier : prélèvements réalisés après un premier nettoyage de la cour

Prélèvements : 06-09-19 / Cour / nombre : 8

Résultats : 255 / 154 / 79 / 310 / 1302 / 1807 / 289 / 118 microgrammes/m2, transmis le 09-09-19

Rapport : 11 pages

Non-conformités :

  • absence de cartographie/photos des points de prélèvements
  • mention* sur les fiches d’analyses “Annule et remplace le rapport édité le 07/09/2019 à 12:29 qui doit être détruit – L’emploi de la ou des version(s) précédente(s) ou de leur reproduction engage la seule responsabilité du client ”
  • absence d’interprétation des résultats et de conclusion

Constat : par la mention* spéciale, aurait-on volontairement caché des résultats plus alarmistes ?

 

Troisième campagne d’analyses : L3A AIR / FLASHLAB

Evénement particulier : prélèvements réalisés après un second nettoyage de la cour

Prélèvements : 18-09-19 / Cour / nombre : 2

Résultats : 59 / 67 microgrammes/m2, transmis le 19-09-19

Rapport : 4 pages

Non-conformités :

  • absence de cartographie/photos des points de prélèvements
  • absence d’interprétation des résultats et de conclusion

Constat : résultats conformes au seuil limite réglementaire de 1000 microgrammes/m2

 

Constat général

- la pollution, engendrée par le déplacement du panache de fumées toxiques en oxydes de plomb, est effective à plus de 3 kilomètres du foyer de l’incendie

- à partir de ce fait réel, les diagnostics de mesure des concentrations en plomb devraient se généraliser à TOUTES les écoles (maternelles, primaire) et les crèches, situées à la verticale du passage du nuage, soit les arrondissements suivants : 1er, 6ème, 7ème, 8ème, 16ème et 17ème (intra-muros - secteur Ouest/Nord-Ouest de PARIS)

- cette école est restée ouverte, alors que l’école Saint-Benoît (6ème) fut fermée immédiatement après la mesure d’une concentration de 7000 microgrammes/m2, en juillet, abritant un centre de loisirs (2 poids, 2 mesures)

- après un nettoyage “ de fortune ” et une concentration baissée de moitié seulement, cette même école est passée à une solution radicale : enlèvement complet du revêtement contaminé et pose d’un nouvel enrobé (coût des travaux : 200 000 euros), alors que notre école privée a réussi à revenir à une situation normale après 2 nettoyages ... le doute est de mise !

- comment est gérée cette crise sanitaire sur le terrain, au plus près des enfants exposés à un risque avéré au saturnisme ? quand on constate que la Direction de l’Enseignement Catholique sous-traite à VISUAL BTP (via un Cabinet d’Architectes) puis à L3A AIR, en passant ensuite par 2 labos différents LEPBI et FLASHLAB ... avec ce foutoir, on ne peut s’attendre qu’à une catastrophe sanitaire en bande organisée !

 

Source : www.ec75.org / Point sur la pollution aux poussières de plomb dans les écoles autour de Notre-Dame

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.