Incendies de Lubrizol et de Notre-Dame : l’Etat nous ment !

Les incendies de l’usine chimique et de la cathédrale ont deux points communs : le déplacement d’un panache de fumées sur plusieurs dizaines de kilomètres et la dispersion de particules très toxiques sur la population. A chaque fois, le gouvernement et les pouvoirs publics mentent pour camoufler leur incompétence, leur laxisme et leur négligence. Un mensonge d’Etat en bande organisée ...

Les catastrophes sanitaires s’enchaînent depuis quelques mois : Sanofi-Mourenx, affaire des bébés sans bras Ain/Morbihan/Loire-Atlantique, pollution au plomb de Notre-Dame, cancers pédiatriques de Sainte-Pazanne, enfants contaminés à l’arsenic dans l’Aude, ... et toujours pas de résultats ou de réactions punitives de la part de nos gouvernants. Pendant ce temps, on prépare des Jeux Olympiques ou on lance un projet pharaonique de reconstruction de la cathédrale. Jupiter, réveilles-toi, le peuple gronde !

 

Mensonge n°1 : aucun risque ...

C’est FAUX !

Dans la mesure où on classe un site industriel en Sévéso - Seuil Haut, on évolue automatiquement dans une zone à multiples dangers, induits par des processus de fabrication à risques et par des stockages importants de matières toxiques. Le fait d’éprouver des difficultés majeures à maîtriser un incendie, avec l’obligation de déplacer des pompiers de Paris en renfort, de voir un énorme panache de fumées noires s’élever et se déplacer sur des distances conséquentes, le risque est réel et conséquent. De plus, les explosions à répétition démontrent bien un effet domino, phénomène ignoré ou passant à la trappe lors d’une analyse de risques, donc avec des impacts imprévisibles et inconnus. Et il faudra attendre au moins une semaine pour avoir des résultats d’analyses de prélèvements atmosphériques. Cette lenteur et cette ignorance des substances toxiques dispersées sur les citoyens génèrent aussi un risque.

 

Mensonge n°2 : on gère ...

C’est FAUX !

Pour gérer une telle situation, exceptionnelle et très particulière, il faut aller vite et prendre des décisions radicales. Pour ce faire, il faut d’abord comprendre l’ampleur de l’accident, l’analyser en détail et anticiper par un plan d’actions simple et réaliste. Cette maîtrise doit se faire par le biais d’une cellule de crise spéciale, constituée d’experts sur le sujet et accompagnant les services publics dans leurs prérogatives. Ici, c’est tout le contraire. On laisse la préfecture gérer seule le problème, avec un préfet de passage et des collaborateurs technocrates dépassés par le phénomène. En plus, il faut passer le tout au travers d’un filtre politique, avec de nombreuses mailles remontant au plus haut sommet de notre République.

 

Mensonge n°3 : on communique ...

C’est FAUX !

Ce serait plutôt un mensonge par omission, en évitant de décrire réellement la situation et d’exposer les risques potentiels actuels et futurs. La preuve par l’exemple de Notre-Dame, où l’ARS a communiqué très tardivement sur les résultats des analyses réalisées sur des prélèvements de surfaces intérieures et extérieures. Ou en invitant les riverains à diagnostiquer des plombémies sur les enfants de moins de 7 ans, au moins deux mois après les faits. Sans compter sur les querelles et les guerres de pouvoir entre services de l’état, ou sur le temps passé à enfumer ou à enrober un rapport pour dissimuler un manque de réactivité ou de passage à l’acte, ou encore pour échapper à ses propres responsabilités.

 

Mensonge n°4 : tout redevient comme avant ...

C’est FAUX !

L’affaire de Notre-Dame est loin d’être finie, car on découvre encore des terrasses contaminées au plomb avec une concentration vingt fois supérieure au seuil réglementaire, et à deux kilomètres de l’épicentre de l’incendie. L’Etat a soutenu que le nuage avait contaminé que sur une distance d’un kilomètre, alors que l’on retrouvait des particules de plomb à Mantes-la-Jolie. Il suffit de constater que la Mairie de Paris réalise à ce jour, et en toute discrétion, des analyses sur des écoles et des crèches, en s’éloignant de plus en plus de l’édifice et en mesurant encore des valeurs supérieures au seuil. En continuant sur cette lancée, elle va se retrouver au niveau du Boulevard Périphérique (6 kilomètres), en découvrant inéluctablement du plomb. Le secteur Ouest/Nord-Ouest de Paris est hautement contaminé, et on nous le cache !

 

Mensonge n°5 : opération blanchiment ...

C’est VRAI !

Dans le cas de Lubrizol, on pourra vérifier facilement que ce scénario catastrophe n’était pas mentionné dans l’Etude de Dangers qui évalue les risques et les impacts de l’usine. Il y a donc négligence de la part de notre puissance publique, censée contrôler et réprimer ce genre d’infraction. Pourtant, l’accident a eu lieu et on dira que c’est une question d’infime probabilité, alors que l’industriel était dans l’incapacité de maîtriser parfaitement ses activités par faute de moyens ou par entrave aux bonnes pratiques de sécurité. Business is Business. Pour le cas de Notre-Dame, l’opération de blanchiment a déjà été lancée avec la saisine de l’ANSES qui viendra laver plus blanc que la mère Denis, en déclarant que la capitale était plombée par ses installations anciennes, ou les émissions de carburant au plomb du siècle dernier. On poussera même le vice à comparer l’ADN du plomb de l’édifice avec celui des autres sources de pollution. Du n’importe quoi. Il faut bien se préparer à toute procédure judiciaire à venir et pour affirmer haut et fort « ce n’est pas moi » ...

 

A cette heure, j’ai une pensée particulière pour les habitants de Rouen et de sa métropole. Ils ont été contaminés, c’est certain. Un petit point positif avec ces épisodes de pluies qui permettront de laver les surfaces souillées et de diminuer (un peu) la masse toxique déposée çà et là. En espérant que les stations d’épuration soient conçues pour traiter ce genre de pollution, avant de finir dans le milieu naturel. Je conseillerais les Rouennais à se constituer tout de suite en Collectifs afin de se défendre pour la protection de leur santé et de leur environnement. Il y aura un avant et un après ...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.