Lewis Chambard
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 juil. 2011

La servitude volontaire rééditée par Joseph Périgot : les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genou.

Lewis Chambard
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Homme aux multiples vies, ce Joseph Périgot. Ecrivain, éditeur, scénariste, professeur, grand gourou du web, cuistot formidable, activiste puis désespéré politique.

C'est un peu toutes ces casquettes à la fois qu'il revêt pour proposer cette réédition du texte de La Boétie.

L'éditeur, évidemment, qui, cette fois-ci cependant ne publie pas dans l'optique de faire du profit, mais plutôt pour faire un "coup", pour transmettre le contenu foudroyant de ce texte datant du XVIe siècle et qui nous parle pourtant très fort de notre époque actuelle.

L'écrivain, aussi, qui comme tant d'autres citoyens français voit les ravages des politiques qui sont menées par cette ploutocratie qui nous entenaille depuis si longtemps ; il assiste, impuissant, au démantèlement consciencieux de l'art et de la culture par les abrutisseurs triomphants & les marchands sans scrupules qui, suivant l'exemple du vertueux Berlusconi, travaillent à l'élaboration d'un terreau d'électeurs totalement crétinisés, ankylosés, téléréalitéïsés, pour pouvoir tranquillement faire leurs petites magouilles sans l'ombre d'une contestation.

C'est une des analyses de ce texte, qui montre bien comment un tyran asseoit son pouvoir : en s'appuyant sur une foule hierarchisée de petits tyranneaux en herbe qui, s'ils ont quelqu'un au-dessus d'eux, se flattent d'avoir à leur tour la chance de pouvoir jouer au sherriff avec ceux qui leurs sont inférieurs. Bien sûr, au bout de la chaine restent ceux qui n'ont aucun pouvoir, vous, moi, et aucun espoir de devenir à notre tour un jour de respectables oligarques mafieux à la botte d'un parain d'1m60 qui ne nous parait si grand que parce que nous sommes à genou.

Je ne résiste pas au plaisir de citer Garcia Marquez qui écrit dans L'automne du patriarche : "Vous verrez, disait-il, tout sera récupéré par les curés, les ricains et les riches, et bien entendu, tintin pour les pauvres, ils seront toujours baisés et si un jour la merde a quelque valeur, vous verrez, ils naîtront sans cul !"

En prévision des (d)échéances électorales à venir, et pour ne pas rester impuissant et résigné, voici donc que le désespéré politique qui sévit en Joseph  s'est dit que c'en était assez, à la fin ! Cette réédition militante est donc le fruit de ce besoin d'agir, pour passer au kärcher comme dirait l'autre les consciences embrumées par nos infatigables diffuseurs de connerie millésimée.

Alors, braves gens qui avez eu l'amabilité de me lire, armez-vous de ce livre petit par la taille mais grand par le contenu (d'autres pourraient en prendre de la graine), faîtes tournez, transmettez et surtout : continuez d'espérer, vaille que vaille !

Pour commander, c'est ici : http://www.atelier-ecriture.net/servitude/commande.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Ukrainiens écartelés entre la dureté des batailles, les tourments de l’exil et la peur de rentrer
L’Ukraine, qui entre dans son quatrième mois de guerre, a pour le moment échappé au pire : l’invasion totale du territoire national. Mais le pays reste déchiré, entre celles qui ont fui à l’étranger la menace russe, celles qui rentrent d’un exil forcé, parfois dans une grande détresse matérielle, et ceux qui se battent, à l’est et au sud.
par Mathilde Goanec
Journal — France
Législatives : dans le Sud, le pas de deux des identitaires et du RN
À Nice, Menton et Aix-en-Provence, trois figures des identitaires se présentent aux élections législatives sous les couleurs d’Éric Zemmour. Le RN présente face à eux des transfuges de la droite et fustige leur radicalité, alors qu’ils étaient membres du parti quelques mois plus tôt.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran