Lezhaën
Psychologue clinicien, Essayiste, Fondateur de LezAPe.fr, Enseignant vacataire Université R. Descartes, Formateur, Gestionnaire immobilier/santé.
Abonné·e de Mediapart

63 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 janv. 2020

La terrifiante opinion sur les réseaux sociaux

Plus que jamais, chaque individu, qu’il soit une personnalité ou un anonyme, chaque marque ou enseigne, qu’elle soit petite ou une méga-structure, n’agit qu’à l’aune de la terrifiante opinion publique qui sévit sur les réseaux sociaux :

Lezhaën
Psychologue clinicien, Essayiste, Fondateur de LezAPe.fr, Enseignant vacataire Université R. Descartes, Formateur, Gestionnaire immobilier/santé.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'opinion : Un mal viral sur les réseaux sociaux © Jean-Luc ROBERT - Psychologue

L'anonyme tombé.e en "dislike" :

Quel.le adolescent.e accepte aujourd’hui cet anonymat comme une chose normale ? Facebook,Twitter, Google Plus, Tumblr, Linkedin, Viadeo, Meetup, Instagram, Tik Tok…, depuis l’avènement de facebook en 2004, les réseaux sociaux se multiplient de façon exponentielle sur internet. Les adultes responsables que nous sommes, avons d’abord pensé qu’il s’agissait d’une occupation juvénile et inoffensive : Montrer sa face sur facebook, son beau caniche, sa tarte au citron, ses amours, bref, étaler sa vie d’adolescent.e en mal de reconnaissance. Puis nous avons rapidement pris conscience de la face cachée de l’outil, de son côté addictif, qui agissait comme une véritable drogue chez ces sujets. Nous avons vite compris que ce monde virtuel, loin d’être inoffensif, causait des dégâts bien réels dans les cœurs et les âmes de nos cher.e.s ados, qui, insuffisamment liké.e.s, avaient le sentiment d’être tombé.e.s en « dislike » et de n’avoir aucune existence valable. Et pis encore, les rumeurs venant égratigner la réputation des facebookeur.euse.s, habile manœuvre de quelques trolleur.euse.s averti.e.s, certains ont même décompensé (dépressions névrotiques ou délires psychotiques), désespérés de ne pouvoir restaurer une image positive d’eux-mêmes. Ce qui comptait désormais pour ces personnes, n’était pas ce qu’elles étaient dans la réalité, mais ce qu’on croyait qu’elles étaient dans le monde virtuel.

Ainsi échaudées, elles se sont mises à réfléchir au "qu’en dira-t-on" sous toutes les coutures avant de poster la moindre photo ou commentaire. Leur obsession? Que rien n’émanant de leur personne ne puisse donner prise à la calomnie. Pourquoi alors ne pas s’extraire tout simplement de ce monde impitoyable en fermant son compte une bonne fois? Certains y parviennent quelques temps, mais s’inscrivent quelques semaines après sur un autre réseau, machinalement, sans même s’en rendre compte.

On s’y brûle les ailes certes, on le déteste, on le quitte, mais on y revient toujours, parce qu'on ne peut se résoudre à faire partie du faible pourcentage d’insignifiants qui n’y figurent pas. Oui, ne pas figurer sur un réseau est aujourd’hui considéré par la jeunesse comme une anomalie notable.

Vous l’avez compris, il n’est donc plus possible de se passer d’exister sur ces réseaux que l’on sait pourtant dangereux. Une solution s’impose alors pour s’y sentir bien, à l’abri des mauvais jugements : s’inventer une vie glamour. Le parfait bonheur ! On voit alors comment, esclaves de l’opinion d’autrui, ces sujets en viennent à fonctionner de façon factice par des selfies qu’ils enjolivent, et en distillant des likes intéressés qui n’ont bien sûr rien de sincère. Pour les plus jeunes et vulnérables (les plus dépendants ne bénéficant pas d'un entourage suffisamment solide), nous sommes probablement là dans la construction d'un narcissisme fragile que le réseau peut faire voler en éclat à tout instant!

Les personnes connues :

Et pour les personnalités me direz-vous, qu’en est-il ? Je vous répondrais qu’évidemment, celles-ci ont aussi compris que les réseaux sociaux étaient incontournables, mais qu’ils étaient à manipuler avec la plus grande délicatesse. Bien utilisés, ils peuvent en effet s’avérer un trésor pour leur image de marque, mais il suffit d’un tweet envoyé à la va vite, d’une maladresse quelconque, pour sérieusement altérer cette image. Le mal devient alors viral, les traces répandues sur la toile indélébiles. Parfois même, la rumeur enfle alors qu’ils ne parviennent pas à connaître son origine. Comme pour nos anonymes, beaucoup surjouent alors un personnage, dans une tentative parfois vaine de maîtriser leur image. Nous connaissons d'ailleurs bon nombre de célébrités qui, déjà fragiles narcissiquement, n'ont pas survécu à une surexposition médiatique amplifiée aujourd'hui par ces réseaux sociaux, leur moindre faits et gestes étant commentés, puis déformés (fake news etc).

Selon wikipédia, ce que l'on appelle l'opinion publique désigne l'ensemble des convictions et des valeurs, des jugements, des préjugés et des croyances plus ou moins partagées par la population d'une société donnée. Cette définition se situe bien sûr aux antipodes d’une pensée rationnelle et raisonnable. Ainsi, l’opinion publique est capricieuse et imprévisible, elle peut faire et défaire des carrières en un instant. Il n’y a désormais plus un spectacle qui ne se termine par la fameuse formule : « Et surtout n’oubliez pas de nous mettre quelques étoiles sur billetréduc… », l’artiste sachant parfaitement que sa survie dépend en grande partie du bon commentaire.

Les marques : la guerre des étoiles!

Créer la confiance, soigner son image, depuis longtemps les marques savent que leur marketing ne peut plus se limiter à la simple publicité qu’elles imposent à des clients béats. Elles doivent désormais compter avec les avis (commentaires) de ces derniers, qui eux seuls détiennent le pouvoir d’inspirer la confiance ou la méfiance. Et selon le poids de la marque sur le marché, la méfiance peut se chiffrer en millions d’euros de pertes. Il va alors s’agir de maîtriser le mode d’évaluation cinq étoiles devenu la norme sur internet. Par maîtrise, il faut entendre une manipulation de l’opinion via de faux avis positifs, mais aussi une lutte éreintante contre les vrais avis négatifs, certaines enseignes n’hésitant pas dans ce contexte à proposer au client un remboursement contre le retrait du mauvais commentaire. Ces responsables sont donc pris.es d’une peur panique qu’une mécanique incontrôlable s’enclenche et que la marque soit boycottée par tout un réseau. L’opinion publique en effet capricieuse pour l’artiste comme nous l’avons dit, l’est aussi pour l’enseigne, qui peut voir son image et ses bénéfices sérieusement malmenés par elle.

A lire aussi : La manipulation de l'opinion publique sur les plateformes de médias sociaux est devenue une menace critique pour la vie publique.

Dans cette société où le hashtag désormais starifié est utilisé pour tous les combats, dans cette société qui s’indigne de toute inégalité, de toute minorité oppressée (nous ne dirons évidemment pas lesquelles…), les marques en viennent, opinion publique oblige, à pratiquer le politiquement correct à outrance. Il n’est plus question d’oublier une seule communauté dans leur communication, ou de laisser penser qu’elles n’adhèrent pas au bien-pensant, sous peine que des lobbys puissants se rappellent au bon souvenir de ces dernières par une publicité mortelle. Inutile de dire que cette pression entraîne de facto un discours politique de leur part, qui n’a souvent rien d’authentique.

Ainsi, notre constat est le suivant : Les réseaux sociaux ont le terrible pouvoir de dénaturer la communication, de l’anonyme, de la personnalité publique, de la marque ou de l’enseigne, par la terreur de l’opinion publique dont ils sont en grande partie les créateurs.

Par Jean-Luc ROBERT auteur de MA VéRITé SUR L'AUTISME

Commentez ICI sur LezAPe.fr

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
par Bésot