Stop aux fausses notes données aux élèves

Pourquoi dire que les résultats de untel ou unetelle sont médiocres serait malveillant de la part de l’Enseignant ? Ce dernier est-il là pour faire plaisir à l’élève et à ses parents, ou pour représenter celui qui sait et qui dit la vérité avec objectivité, donnant à l'élève de justes repères sur son niveau scolaire ? Que devient une société où la vérité n’est plus dite à personne ?

Pourquoi plus personne ne veut être prof? © Jean-Luc ROBERT - Psychologue

signer la pétition sur change.org ICI

Message à l'adresse de tous.tes les Directeurs.trices de toutes les écoles Françaises :

Mesdames, Messieurs les Directeurs.trices, il n'est plus supportable de vous entendre dire aux Enseignant.e.s qu'il ne faut pas mettre de mauvaises notes aux élèves. Les Enseignant.e.s n'en peuvent plus de cette politique de la moyenne coûte que coûte, par lâcheté sûrement, pour éviter les ennuis engendrés par le lobby des parents mécontents. Arrêtez de contribuer au fonctionnement d'une société qui remet systématiquement en question les maîtres et maîtresses de vos écoles. Ce mot "maître" issu de l'ancien français maistre, lui-même issu du latin magister "celui qui commande ou dirige", ne veut plus rien dire aujourd'hui. Les maîtres et maîtresses ne sont désormais que des pantins au service des parents et des chefs d'établissement qui leur disent qu'il faut mettre la moyenne à l'élève quel que soit ce qu'il produit.

Le brevet? On le donne! Le bac? On le donne! et l'emploi? Le donnera-t-on aussi? Les mauvaises notes plomberaient les élèves en difficulté. Elles décourageraient ces élèves qui deviendraient moins capables d'apprendre parce qu'ils.elles se sentiraient incompétent.e.s. Petites natures va! Il ne faudrait surtout par leur dire qu'ils.elles sont dans les dernier.e.s du classement car de classement, il n'y aurait plus. Nous aurions un monde d'égalité parfaite, où nous aurions les mêmes chances de réussir grâce à la grande tolérance du système hypocrite de cette belle "éducation" nationale. 

Pour beaucoup d'Enseignant.e.s (une majorité je pense) se rendant malade, ce principe est bien sûr à vomir. Comment accepter que votre responsable vous dise qu'il faut revoir votre évaluation afin d'offrir le brevet à un collégien qui a toute l'année compris que le système lui permettait de se foutre de vous? Enseigne-t-on pour participer à une telle mascarade? En mettant ainsi la moyenne à un.e élève qui a un niveau médiocre, lui rend-t-on service? Et rend-t-on service à la société française qui s'appauvrit en savoirs et compétences jour après jour? N'avez-vous pas honte d'être les artisans de cette paupérisation du savoir?

L’Enseignant n’a plus le droit d’écrire de mots jugés désobligeants sur les bulletins de notes de ses élèves. Il se censure donc pour éviter les remontrances de sa hiérarchie, des élèves, et de leurs parents. Car ces mots sont en effet considérés comme un jugement de valeur négatif et non avenu. Mais ne marche-t-on pas sur la tête si l’on estime que l’Enseignant n’est pas légitime pour justement, juger de la valeur d’un.e élève ? N’est-il pas qualifié et employé pour cela ? Pourquoi dire que les résultats de untel ou unetelle sont médiocres serait malveillant de sa part ? Ce dernier est-il là pour faire plaisir à l’élève et à ses parents, ou pour représenter celui qui sait et qui dit la vérité avec objectivité, donnant à l'élève de justes repères sur son niveau scolaire ? Que devient une société où la vérité n’est plus dite à personne ? Ou plus personne n'est légitime pour la dire ? Respect et légitimité deviennent alors deux mots tabous qu’on ne peut plus prononcer. Une inversion inqualifiable à mes yeux, fait qu'aujourd’hui, ce sont les élèves ignorants et irrespectueux qui se pensent légitimes et demandent le respect.

Grâce à votre lâcheté, cher.e.s Directeurs.trices, cet.te élève qui restera médiocre sera un.e salarié.e médiocre qui fournira une prestation médiocre pour une société m... (qu'il est déjà loin le temps où les maîtres et maîtresses ne faisaient pas de fautes dans les carnets de correspondance de leurs élèves). A moins que vous preniez chacun.e vos responsabilités et décidiez de pouvoir enfin vous regarder en face ? Vous en avez par cette pétition l'occasion.

Je demande donc à tous les Directeurs.trices de France de signer cette pétition qui se termine par ces mots :

Je m'engage à ne faire pression d'aucune manière que ce soit sur les Enseignant.e.s de l'établissement dont je suis le.la Directeur.trice, pour qu'ils.elles surévaluent les compétences de leurs élèves.

SIGNATURE du Directeur : 

SIGNATURE de l'Enseignant : 

signer la pétition sur change.org ICI

Par Jean-Luc ROBERT auteur de MA VéRITé SUR L'AUTISME

Commentez sur Linkedin

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.