Lezhaën
Psychologue clinicien, Essayiste, Fondateur de LezAPe.fr, Enseignant vacataire Université R. Descartes, Formateur, Gestionnaire immobilier/santé.
Abonné·e de Mediapart

63 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 févr. 2020

AUTISME : Conférence sur le handicap : Loi du 11 février 2005

Le mardi 11/02/20, au coeur de la conférence du handicap, il sera l'heure pour le Président E. MACRON de prononcer un discours à l'Elysée pour de faire le bilan de la grande loi du 11 février 2005 relative à l'égalité des droits, des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.

Lezhaën
Psychologue clinicien, Essayiste, Fondateur de LezAPe.fr, Enseignant vacataire Université R. Descartes, Formateur, Gestionnaire immobilier/santé.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 La loi pour l'égalité des chances a déjà 15 ans!

Bilan des 15 ans de la loi du 11 février 2005 © Jean-Luc ROBERT

SIGNEZ LA PETITION ICI

Mme la Secrétaire d'Etat considère :

- les enfants handicapés doublement vulnérables,

- que la société a effectivement failli à protéger ses enfants (scandale dans l'église, dans le milieu du sport, au sein de l'école, dans le milieu médical...)

Elle souhaite par conséquent protéger les victimes et proposer des niveaux d'alerte plus importants. Elle parle aussi d'un problème de formation de toute la communauté éducative. Il s'agirait donc selon elle d'oeuvrer pour libérer la parole, mais aussi de prévenir le mal par la formation.

Les femmes autistes seraient 5 fois plus victimes d'agression :

"Et pourtant, on n'entend pas leur parole" affirme Mme Sophie CLUZEL. Elle pense à juste titre que les personnes handicapées mentales et psychiques sont des vraies proies pour les prédateurs sexuels et qu'il faut donc renforcer la vigilance autour de ces personnes. Elle compte désormais travailler avec les associations pour éviter ces drames. Des agressions ont par exemple lieu au coeur même des établissements médico-sociaux depuis tant d'années. Désormais, il s'agit d'apporter des réponses aux victimes et de donner des garantis à ceux et celles qui ne le sont pas.

Enfin, Mme Sophie CLUZEL promet : UN NUMERO D'APPEL : 3919 à 100% accessible pour les femmes sourdes ou ayant des problèmes d'élocution, afin que ces personnes vulnérables puissent dénoncer leur agresseur.
Gratuit et anonyme, ce numéro de téléphone est accessible 7 jours sur 7 (de 9h à 22h du lundi au vendredi et de 9h à 18h les samedis, dimanches et jours fériés).

LE BILAN :

Le mardi 11/02/20, au coeur de la conférence du handicap, il sera l'heure pour le Président E. MACRON de prononcer un discours à l'Elysée pour faire le bilan de la grande loi du 11 février 2005 relative à l'égalité des droits, des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.

DES PROBLEMES D'APPLICATION ? Comme chacun pourra le constater dans le résumé de la loi qui suit, la loi du 11 février 2005 est déjà une bonne base pour atteindre les objectifs d'égalité visés. Le problème nous semble-t-il, concerne son application dans le réel. Si l'on prend par exemple le milieu scolaire où l'on a prôné l'inclusion à tout va, on se rend compte en réalité que l'on n'a jamais donné à l'école les moyens d'inclure les personnes autistes notamment, qui dès qu'elles posent problème, voient leur temps de scolarité réduit comme peau de chagrin. Quoi que puisse annoncer donc le Président E. MACRON mardi, il sera important pour nous qu'il ne s'agisse pas de simples paroles politiques ne prenant jamais effet dans la réalité. Car en effet, de nombreux parents et professionnels pourront témoigner du décalage abyssal qu'il y a entre les beaux textes, et la réalité.

Les grands objectifs de la loi : mdph77.fr/loi-du-11-fevrier-2005

La loi du 11 février 2005 énonce le principe du droit à compensation du handicap et de l'obligation de solidarité de l'ensemble de la société à l'égard des personnes handicapées. C'est autour du projet de vie formulé par chaque personne handicapée que la cité doit s'organiser pour le rendre possible. La MDPH est un maillon essentiel dans la mise en oeuvre du projet de vie, en ce sens qu'elle est chargée de l'évaluation des besoins et de l'ouverture des droits nécessaires à l'accomplissement du projet de vie.

UNE DÉFINITION ÉLARGIE DU HANDICAP

 Une nouvelle définition du handicap

"Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant. "

LE DROIT À COMPENSATION

 Le principe du droit à compensation

"La personne handicapée a droit à compensation des conséquences de son handicap quels que soient l'origine et la nature de sa déficience, son âge ou son mode de vie". Le droit à compensation doit permettre à la personne handicapée de faire face aux conséquences de son handicap dans sa vie quotidienne pour vivre en milieu ordinaire ou adapté.
La prestation de compensation du handicap (PCH), créée par la nouvelle loi, englobe des aides de toute nature. Elle est déterminée en fonction du projet de vie de la personne handicapée et du plan personnalisé de compensation défini par l'équipe pluridisciplinaire de la MDPH à la suite d'un dialogue avec la personne handicapée et sa famille. La plan personnalisé de compensation peut comprendre des mesures diverses (aides individuelles, hébergement, logement adapté...). Il doit prendre en compte les besoins, les attentes, les aspirations et les choix de vie de la personne handicapée et proposer des aides adaptées et personnalisées. Il prend en compte l'entourage de la personne.
La prestation de compensation est destinée à prendre en charge financièrement les aides nécessaires : humaines, techniques, spécifiques et exceptionnelles, pour l'aménagement du logement et/ou du véhicule, surcoûts de transports, animalières.
Une amélioration des ressources des personnes handicapées pour favoriser la vie autonome :
- possibilité de cumul partiel de l'AAH et des revenus d' activité,
- création de la majoration pour vie autonome,
- instauration d'une garantie pour les personnes handicapées dans l'incapacité de travailler.

L'EMPLOI

La non discrimination au travail

La loi du 11 février 2005 donne la priorité au travail en milieu ordinaire. Elle affirme le principe de la non-discrimination à l'embauche
La loi mise sur l'implication des employeurs en mettant en place des incitations financières et en renforçant les sanctions. L'objectif est d'impliquer plus grandement les employeurs dans la mise en oeuvre des mesures pour l'emploi des travailleurs handicapés. L'employeur est tenu de prendre toutes les mesures appropriées pour permettre au travailleur handicapé d'accéder à un emploi, de le conserver et d'y progresser.
Elle réaffirme et renforce l'obligation d'emploi d'au moins 6 % de personnes handicapées, y compris dans le secteur public : le dispositif de sanctions pour les entreprises ne respectant pas l'obligation est renforcé. Les entreprises ne respectant pas cette obligation doivent verser une contribution à l'Agefiph. Un fonds d'insertion professionnelle des travailleurs handicapés dans la fonction publique a été crée. Il recueille les contributions des employeurs publics n'ayant pas atteint l'obligation de 6%. Ce fonds finance des dispositifs d'aide à l'emploi
Les incitations des employeurs. L'Agefiph peut mettre en place et financer certaines aides (exemple adaptation de machines, aménagement des postes de travail...). Une aide spécifique existe pour l'emploi d'un travailleur lourdement handicapé.

LA SCOLARITÉ

Le droit à l'école

La loi du 11 février 2005 pose le principe du droit à la scolarité de tout enfant ou adolescent handicapé dans l'établissement scolaire le plus proche de son domicile. L'Etat s'oblige à mettre en place les moyens financiers et humains nécessaires à cet objectif.
Le Projet personnalisé de scolarisation (PPS) répond aux besoins de l'élève. Le PPS est établi après évaluation des compétences de l'élève par l'équipe pluridisciplinaire de la MDPH. Cette dernière s'appuie sur les éléments d'observation qui lui sont tranmis par l'enseignant référent. Elle peut proposer un aménagement du temps scolaire.
L'élève est suivi par une équipe située dans son établissement de scolarisation. Cette équipe est chargée du suivi personnalisé de l'élève. Elle veille également à la cohérence et à la continuité du parcours scolaire.
La CDAPH (Commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées) peut proposer également de scolariser l'enfant ou l'adolescent dans un établissement médico-éducatif.
Pour assurer l'égalité des chances dans les concours et examens, l'Education nationale doit réaliser les aménagements nécessaires.

L'ACCESSIBILITÉ

Une obligation réaffirmée

La généralisation du principe d'accessibilité à tous les étages. L'accéssibilité est une condition primordiale pour permettre à tous d'exercer les actes de la vie quotidienne et de participer à la vie sociale. C'est pourquoi la loi handicap réaffirme le principe d'accessibilité généralisée quel que soit le handicap (physique, sensoriel, mental, psychique, cognitif, polyhandicap).
L'obligation d'accessibilité comprend toute la chaîne du déplacement sans rupture. La loi fixe des obligations de résultats et de délais à respecter qui varient selon le domaine :
- établissements recevant du public,
- préfectures et universités
- bâtiments d'habitation collectifs neuf,
- maisons individuelles neuves,
- transports publics,
- accessibilité des programmes de TV aux personnes sourdes et malentendantes : l'obligation de sous-titrage des programmes audiovisuels dans un délai de 5 ans, recours à la langue des signes
- accès aux bureaux de vote
- accès aux services de communication publique en ligne et le label AccessiWeb.
Une commission communale ou intercommunale d'accessibilité est créée dans les communes de plus de 5 000 habitants. Elle a pour mission de faire un état des lieux en matière d'accessibilité des espaces publics et d'établir un rapport présenté annuellement au conseil municipal ou intercommunal, afin que celui-ci établisse une planification des travaux à effectuer.

LES MDPH

Un guichet unique d'accès aux droits & prestations

La loi prévoit la mise en place dans chaque département d'une Maison départementale des personnes handicapées (MDPH).
Chaque MDPH est conçue comme un guichet unique d'accès aux droits et prestations des personnes handicapées.
Pour répondre à toutes les problématiques liées au handicap, la MDPH associe au niveau départemental le Conseil Départemental , les services de l' Etat ( DDCS, DIRECCTE, Education nationale ), l' Agence régionale de Santé ( ARS ), les organismes de protection sociale ( CAF, CPAM ), la Mutualité française et les associations représentatives des personnes handicapées.
Elle réunit ainsi les différents acteurs du domaine du handicap au niveau départemental.

Par Jean-Luc ROBERT auteur de MA VéRITé SUR L'AUTISME

Commentez ICI sur LezAPe.fr

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida