Stop à la dictature des conseils syndicaux des copropriétés : INSTAURONS LES URNES !

La psychologie sociale nous apprend que tout groupe suscite de l’idéalisation, mais peut aussi susciter un sentiment de terreur. L'individu qui exprimerait ouvertement un désaccord, craint à juste titre d’éveiller à son égard de la méfiance et d’être malmené, voire persécuté. Le groupe pourrait alors devenir une menace pour celui qui essaierait d’exprimer "une opinion qui lui est propre"...

Stop aux conseils syndicaux tout-puissants! © Jean-Luc ROBERT - Psychologue Stop aux conseils syndicaux tout-puissants! © Jean-Luc ROBERT - Psychologue

SIGNEZ LA PéTITION ICI

Vous êtes propriétaire d’un logement ou d’un local commercial, et constatez chaque année que le même cirque se produit :

-          Un conseil syndical TOUT-PUISSANT, partial, et très influent, qui décide pour l’ensemble des copropriétaires ;

-          Un conseil syndical qui est systématiquement réélu à l’unanimité bien que beaucoup de co-propriétaires aimeraient en leur for intérieur que quelques membres n’y figurent plus (Le conseil syndical est bien souvent un groupe fermé, voire sectaire, qui décide ou non d’ouvrir sa porte à celui ou celle qui voudrait le rejoindre).

Vous constatez que ce qui a l’apparence d’un vote libre ne l’est pas dans la réalité. Pourquoi ?

LE GROUPE EN PSYCHOLOGIE SOCIALE : 

Le groupe signifie ici : le groupe des co-propriétaires (identité groupale).

La psychologie sociale nous apprend que tout groupe suscite de l’idéalisation, mais peut aussi susciter un sentiment de terreur. L'individu qui exprimerait ouvertement un désaccord, craint à juste titre d’éveiller à son égard de la méfiance et d’être malmené, voire persécuté. Le groupe pourrait alors devenir une menace pour celui qui essaierait d’exprimer "une opinion qui lui est propre". Le pestiféré, mouton noir auto-désigné, se verrait ensuite être la victime de toutes sortes d’injustices orchestrées par un syndic et son conseil syndical impitoyables, interdépendance et esprit de solidarité oblige. 

Ces phénomènes psychologiques qui peuvent paraître fantaisistes pour certains, sont bien réels, et justifient que le législateur revoie la loi de façon à ce que chaque propriétaire puisse exprimer un vote libre et affranchi de la pression néfaste du groupe. Les conseils syndicaux auront ainsi moins la possibilité de faire la loi comme bon leur semble au sein des copropriétés, et les propriétaires, pourront enfin se dire, que leur voix peut être entendue sans risquer la guillotine.

C'est en effet un beau leurre de croire qu'un individu peut être en pleine possession de son libre arbitre lorsqu'on lui demande de voter à main levée (à visage découvert) une résolution qu'il ne souhaite pas voir adoptée, alors que tous lui font sentir (regards-mitraillettes...) que son choix est détestable et qu'il sera pour cette raison détesté. Et n'en déplaise à ceux qui n'accordent aucun crédit à la psychologie des groupes, ce n'est pas une affaire de faiblesse de caractère, mais bien une affaire de psychologie sociale et de fonctionnement groupal.

Faut-il rappeler que les urnes sont faites pour protéger le votant de tout jugement en préservant son anonymat ? Elles sont logiquement utilisées dans les entreprises, et bien sûr pour les élections nationales. Je considère par conséquent qu’il est aberrant aujourd’hui qu’elles ne soient pas aussi utilisées au sein des copropriétés, car ce jeu de dupe se déroulant lors des Assemblées Générales permet le fonctionnement en dictature de certaines copropriétés. Il faut que cela cesse !

Beaucoup de propriétaires écœurés après avoir mangé 2 ou 3 fois de cette sale tambouille en Assemblée Générale, décident de ne plus venir, laissant ainsi plus de pouvoir à un conseil syndical bien content de constater ces forfaits. Si c’est bien votre cas, signez cette pétition afin d’obliger le législateur à réviser la loi :

-          En lui demandant en premier lieu d’instaurer des URNES OBLIGATOIRES dans chaque AG ;

-          En chargeant le syndic de diffuser une liste d’appels à candidatures pour élire les nouveaux membres des conseils syndicaux 1 mois AVANT chaque AG. Les AG commenceraient ainsi par l’appel des nouveaux membres du conseil par le syndic ;

-          En limitant à 3 années consécutives ou non, la possibilité pour un propriétaire d’être élu et d’exercer une activité au sein d’un conseil syndical ;

-          En rendant OBLIGATOIRE la présence d’un HUISSIER veillant au bon déroulement de l’Assemblée Générale ;

-          En demandant à ce que le comptage des voix soit exclusivement fait par le syndic dans un second temps (hors AG), avant d’établir le procès-verbal qui rendra compte des votes aux copropriétaires ;

-          En demandant à ce que les résolutions soient votées par les propriétaires à leur domicile, avant de déposer ce document contenant leurs votes dans l’urne le jour où se déroule l’AG. L’huissier veillerait ainsi à ce qu’aucun document ne soit rempli durant l’AG et que le document soit déposé dans l’urne avant le début des échanges.

Principaux avantages :

-          Fin des Assemblées Générales interminables ou un temps fou est perdu en querelles visant à influencer les uns ou les autres pour voter une résolution. Il s'agirait désormais de voter sereinement chez soi, libre de toute influence et de toute pression ;

-          Possibilité d’exprimer ses votes en ligne sans être présent lors des AG, permettant ainsi que les quorums soient atteints. Bien des propriétaires ne peuvent se permettre de passer leur soirée en AG.

-          Pour les propriétaires présents, il s’agirait de mettre dans l’urne un seul document contenant les votes pour l’ensemble des résolutions, et de participer à une discussion libre par la suite. Possibilité de quitter la discussion quand ils le souhaitent, ou de ne pas y participer, sans s’inquiéter des résolutions qu’ils n’auront pas eu le temps de voter comme c'est le cas aujourd'hui.

La société évolue. Les nouveaux outils permettent désormais à chaque citoyen de peser dans le débat public de façon plus juste et équitable. Pourquoi en serait-il autrement du débat privé en copropriété ? Chaque voix pourra désormais être entendue et respectée au sein des copropriétés. Nous sommes à l’ère du numérique. Réveillez-vous ! Rejoignez ce mouvement.

Au nom de l’ensemble des copropriétaires brimés de ce pays, je demande à la Ministre de la Cohésion des territoires, Mme Jacqueline Gourault, de faire voter un projet de loi en ce sens.

 Par Jean-Luc ROBERT auteur de MA VéRITé SUR L'AUTISMEhttps://www.youtube.com/watch?v=037XhWAK9jI

 Commentez ICI sur Linkedin

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.