Lezhaën
Psychologue clinicien, Essayiste, Fondateur de LezAPe.fr, Enseignant vacataire Université R. Descartes, Formateur, Gestionnaire immobilier/santé.
Abonné·e de Mediapart

63 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 mai 2020

Lezhaën
Psychologue clinicien, Essayiste, Fondateur de LezAPe.fr, Enseignant vacataire Université R. Descartes, Formateur, Gestionnaire immobilier/santé.
Abonné·e de Mediapart

COVID-19 : J'ai peur que maman/papa meure

Cette période "pandémique" reste inédite et très anxiogène à différents niveaux (santé, travail, économie, avenir). A l'heure où l'on met donc en avant l'angoisse ressentie par les adultes concerné.e.s au premier chef par le COVID-19, les enfants seraient épargné.e.s, et insouciant.e.s, poursuiveraient leur bonhomme de chemin sans encombre. Mais leur silence signifie-t-il une absence d'angoisse?

Lezhaën
Psychologue clinicien, Essayiste, Fondateur de LezAPe.fr, Enseignant vacataire Université R. Descartes, Formateur, Gestionnaire immobilier/santé.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

COVID-19 : Quand les enfants ont peur pour leurs parents © Jean-Luc ROBERT

A lire aussi : https://www.cairn.info/revue-etudes-sur-la-mort-2007-1-page-95.htm

Se représenter la mort lorsque l'on est enfant

Lorsque l'on doit expliquer la mort à un.e enfant, on constate que plus il.elle est jeune, plus la tâche nous paraît complexe. Pourquoi?

Parce que nous comprenons intuitivement que l'on risque de se heurter à un problème de représentation, de compréhension, puis d'acceptation.

Paradoxalement, l'enfant n'est pas étranger.e à ce que l'on appelle "l'angoisse de mort". Il peut la ressentir dès son plus jeune âge, au moment où son moi, c'est-à-dire la conscience de son existence en tant que sujet indépendant, s'affirme. L'enfant prend alors conscience de sa vulnérabilité face aux éléments extérieurs, mais aussi de l'inconstance des ces éléments pouvant disparaître à tout moment. L'angoisse de ne pas voir réapparaître ces objets auxquels l'enfant est attaché.e et desquels il.elle est entièrement dépendant.e, s'intensifie à mesure que le temps de la disparition s'allonge.

Ainsi, le nourrison qui à son réveil ne voit pas ses parents va se mettre à pleurer, s'imaginant désormais seul au monde, incapable de se représenter une continuité avec des objets qu'il ne voit plus. Ne les voyant pas, ne pouvant imaginer un ailleurs que l'espace présent, ceux-ci n'existent plus. Par la suite, l'enfant comprend que ses objets d'amour peuvent réapparaître, mais le doute persistant, l'angoisse perdure également chaque fois que le lien se distend ou se rompt. C'est le fameux temps transitionnel (D.W. Winnicott) où l'enfant vit mal la séparation.

Il faut donc réaliser que si le nourrisson peut se sentir vulnérable et faire face à des angoisses d'anéantissement, sa crainte première est que les éléments sur lesquels il s'appuie disparaissent et n'existent plus jamais. Autrement dit, l'angoisse de voir ses parents disparaître est vivement ressentie dès le plus jeune âge, durant toute l'enfance et même après. Mais alors que le tout petit peut fantasmer une disparition définitive, il peut par la suite imaginer la disparition et donc la mort, comme temporaire. Elle peut être ainsi confondue avec les absences répétées qu'il constate au quotidien et qui ne durent pas.

Comme l'explique Hélène ROMANO - Dr en psychopthologie clinique, dans "Etudes sur la mort / L'enfant face à la mort" : "Le tout petit n'a pas de compréhension intellectuelle de ce qu'est la mort mais souffre au niveau émotionnel de la séparation. Avant 6 ans l'enfant a une vision assez rudimentaire de la mort ; il la perçoit comme un événement imposé de l'extérieur, la décrit comme un "long sommeil", un "long voyage", une "autre façon de vivre". La mort est pour l'enfant jeune un phénomène passager dont la notion d'irréversibilité et d'universalité n'est souvent pas acquise".

Du fantasme à la réalité

L'ayant redoutée depuis le berceau, l'enfant envisage fantasmatiquement que la disparition d'un proche puisse exister. Néanmoins ce fantasme, avant qu'un drame survienne, est comme déconnecté de la réalité. C'est en partie la raison pour laquelle les enfants peinent à comprendre et à accepter que la mort puisse être définitive. Elle reste avant tout fantasmée. Pour l'enfant (jeune), les piliers que sont ses parents sont éternels. Le temps étant appréhendé différemment, on peut dire que ces derniers sont pour lui.elle comparables à de vieux chênes dont on a du mal à imaginer la naissance et la fin.

S'ils.elles ne disent donc rien lorsqu'un parent (ou proche) est malade, il ne faut aucunement penser qu'ils.elles n'imaginent pas le pire et donc ne craignent pas de voir leur monde s'effondrer. Plus l'adulte se montre vulnérable physiquement, et plus le fantasme protecteur ne parvient plus maintenir à distance une réalité traumatisante. Qu'il s'agisse donc du COVID-19 dont les adultes parlent à longueur de journée, ou d'une autre maladie, n'oublions jamais que les oreilles des enfants se dressent systématiquement bien qu'ils n'interrompent pas leurs jeux. N'oublions pas que la crainte de voir leur parents disparaître peut les tenailler et qu'il est donc nécessaire de ne pas les tenir à l'écart de cette réalité effrayante les pensant confortablement installé.e.s dans leur bulle enfantine.

L'idéal est de leur demander ce qu'ils.elles ont compris de ce flot d'information qu'ils.elles ont jusqu'ici subi, et de les aider à verbaliser leurs éventuelles angoisses. A partir de là seulement, il sera possible de les aider à ne pas être silencieusement envahi.e.s par elles.

Mots clés : #coronavirus, #covid-19, #angoisse de mort, #enfants, #accompagnement #maladie

Par Jean-Luc ROBERT auteur de MA VéRITé SUR L'AUTISME

Commentez ICI sur LezAPe.fr

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — Asie et Océanie
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
La baguette inscrite au patrimoine immatériel de l'humanité
La baguette (de pain) française vient d’être reconnue par l’UNESCO comme faisant partie du patrimoine immatériel de l’humanité : un petit pain pour la France, un grand pas pour l’humanité !
par Bruno Painvin
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
La vie en rose, des fjords norvégiens au bocage breton
Le 10 décembre prochain aura lieu une journée de mobilisation contre l’installation d’une usine de production de saumons à Plouisy dans les Côtes d’Armor. L'industrie du saumon, produit très consommé en France, est très critiquée, au point que certains tentent de la réinventer totalement. Retour sur cette industrie controversée, et l'implantation de ce projet à plus de 25 kilomètres de la mer.
par theochimin
Billet de blog
Pesticides et gras du bide
Gros ventre, panse,  brioche,  abdos Kro, bide... Autant de douceurs littéraires nous permettant de décrire l'excès de graisse visible au niveau de notre ventre ! Si sa présence peut être due à une sédentarité excessive, une forme d'obésité ou encore à une mauvaise alimentation, peut-être que les pesticides n'y sont pas non plus étrangers... Que nous dit un article récent à ce sujet ?
par Le Vagalâme