liane
turfiste, poète
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

1 Éditions

Billet de blog 10 mai 2016

liane
turfiste, poète
Abonné·e de Mediapart

Curée

A propos de Denis Baupin et ses turpitude

liane
turfiste, poète
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Denis Baupin, ses turpitudes. Mais, au-delà, le rôle exact des médias. Leurs intérêts particuliers sous couvert d'intérêt général. Il me semble - et, ici, je m'appuie sur le témoignages accessibles, les différents commentaires de différents medias, dont Mediapart - que la curée générale qui vient, qui est déjà, autour de la personne de Denis Baupin, que je ne connais aucunement, dont je sais juste l'action quand il était en charge à la mairie de Paris, du  tram notamnent, si je ne dis bêtise, est disproportionnée avec ce que l'on sait de ses turpitudes. Et l'on assiste, il me semble, en la circontance, à la mise en pasteurisation de tout et de l'humain désormais.

Qui n'a jamais harcelé une jeune femme dont il était amoureux ? Qui n'a jamais osé des gestes, outre le désir de sa -son - partenaire ? Que je sache, et encore une fois en présence des témoignages actuels, Denis Baupin n'a pas été juqu'à nier totalement le désir de l'autre ? Non, je maintiens qu'en l'état actuel des témoignages, il ne mérite aucunement cette curée orchestrée, avec volupté, oserai-je dire, par les médias dont, hélas, Mediapart.

En effet, et ce n'est pas nouveau, ces sujets font le délice des bonnes gens qui peuvent de la sorte goûter à ces travers de l'âme humaine, ces obscurités contraintes par les codes sociaux et qui ressurgissent parfois avec d'autant plus de violence que réprimées longtemps. Ils peuvent en toute bonne conscience mesurer leur normalité alors aux turpitudes d'autrui, j'imagine. Bref, ils aiment ça, et les médias qui cherchent la bonne affaire, celle qui les sortira de l'ombre, les mettra en toute lumière, surtout en période de concurrence exacerbée ( ici je pense d'abord aux chaînes de télévision) ne savent plus que faire pour flatter l'intérêt de ces dits bonnes gens.

Mais, à force, de se délecter de la boue des corps, des bas-fonds de l'âme humaine que chacun d'entre nous a en lui, il ne faudra pas s'étonner qu'une partie de ces mêmes gens s'autorisent à aller voter Front National. On oublie trop combien la presse de l'entre deux guerres, et la presse nauséabonde, type Gringoire ou Je suis partout, a joué son rôle ( et un rôle néfaste) dans l'acceptation des consciences de ce qui allait venir.

J'ai trop en pensée cela, pour ne pas déplorer, ce jour, le dévoiement - ce me semble - l'égarement en tout cas - de Mediapart, ce journal auquel je suis attaché, comme aux envolées de grands principes d'Edwy Pleynel et d'autres de ses journalistes, dans cette curée qui n'est pas digne du principe démocratique, d'une société éclairée à laquelle je veux encore croire, quand tout m'indique - hélas - le contraire.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Tanzanie, TotalEnergies prépare une bombe climatique aux relents colonialistes
Les Amis de la Terre et Survie publient une enquête inédite sur un futur oléoduc du géant pétrolier français en Tanzanie. Ce projet écocidaire et néocolonial aura des impacts désastreux sur les plans humain, écologique et climatique. Mais la résistance s’organise.
par Mickaël Correia
Journal — Extrême droite
« Le RN veut se distinguer du FN, mais il garde le même fond xénophobe »
Le parti lepéniste s’en tient à un colloque à l’Assemblée nationale pour fêter ses 50 ans. Un anniversaire qui sied mal à la dédiabolisation affichée, quand bien même, rappelle l’historienne Valérie Igounet, ses fondamentaux restent inchangés : « immigration, insécurité, priorité nationale ».
par Christophe Gueugneau
Journal
#MeToo, 5 ans après : notre émission spéciale
Le 5 octobre 2017, un mot-dièse va faire le tour de la planète : #MeToo (« moi aussi »), une expression pour dire haut et fort les violences sexistes et sexuelles. Cinq ans plus tard, les rapports de domination, de pouvoir, ont-ils vraiment changé ?
par À l’air libre
Journal
Face aux affaires, l’opposition s’indigne, l’exécutif se terre
Les dernières mises en cause par la justice de deux figures du pouvoir, Alexis Kohler et Éric Dupond-Moretti, sont venues perturber mardi la rentrée parlementaire. Face à des oppositions plus ou moins véhémentes, l’exécutif et la majorité en disent le moins possible, en espérant que la tempête passe.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano