liane
turfiste, poète
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

1 Éditions

Billet de blog 24 avr. 2015

liane
turfiste, poète
Abonné·e de Mediapart

Eléments infimes propices à une pensée plus globale

liane
turfiste, poète
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je vais souvent sur les champs de courses. Les circonstances de ma vie, mes origines sociales m'y ont amené puis ramené au terme de détours dans ma vie. Bref! Je vais souvent sur les champs de courses et, tout particulièrement, sur celui d'Auteuil.

Là, je me mélange aux gens présents, des gens du peuple essentiellement. Les autres ont leurs espaces au sein de l'hippodrome; la mixité sociale ne fait pas vraiment partie des priorités du lieu. Les gens du peuple s'expriment et pensent comme des gens du peuple, ils ont des intérêts, des façons de parler, de se comporter qui me rappellent mes parents, si je suis depuis longtemps un intello au petit pied. Parmi ces gens, pas mal pensent Front National et quelques-uns le disent. Parmi ceux qui le disent, certains que je côtoie sans me mêler, bien sûr, à leur voix ni me compromettre. Comme je passe pour l'Intello, l'homme de culture, du fait que j'ai été enseignant, ils m'accordent le droit de contester leurs propos, de penser différemment. Aucun n'est un idéologue, il n'y a donc pas de "terreur".

Ce que j'entends dans leurs voix, ce qui n'est pas forcément la vérité de ce qu'ils disent, c'est une colère et une incompréhension face au monde tel qu'il va. Et, au plus près d'eux, une injustice supposée (ou réelle - je ne saurais dire) des traitements faits aux uns plus qu'aux autres. Il y a ceux qui profitent - tous ceux qui profitent - en haut et en bas - qu'ils ne supportent pas. Il y a les règles qui leur ont été imposées et qui ne le sont plus. Leur monde, les règles de celui-ci, les contraintes de celles-ci sur leur destin propre auraient disparu. Une autre forme d'injustice, pas parlée comme telle, mais ressentie comme à propos des profiteurs.

Donc, un appel, une référence implicite à la rigueur parlée par le FN. L'ordre.

On peut parler, échanger avec eux. Ils sont capables aussi de distance par rapport à leur propre discours. Peuvent en rire aussi dans ses outrances parfois. Peut-on les convaincre qu'ils ont tort ?  Je ne pense pas que l'on puisse convaincre quiconque qu'il a tort, avant qu'il ait fait l'expérience de son erreur. Cela vaut en général et en particulier hélas. Du monde comme des êtres.

On parle de négro, on parle mal, on parle dur, on parle limite. Il n'y a pas de méchanceté, pas de détour par ce qui serait bien et mal, ce qu'on peut dire ou pas. Dans mon enfance, ma mère parlait de bigot, de crouille, de boche, de pédale. Elle parlait aussi des juifs. Elle n'a jamais fait de mal à une mouche, sinon à elle-même et à ceux qu'elle aimait - et sans le vouloir. Elle n'a jamais voté autrement qu'autour d'elle; selon ses patrons d'abord; selon son second mari; selon moi pour finir.

Elle n'était pas entendue. Les pauvres - c'est insipide de le dire- mais vrai et concret - ne sont pas entendus, pas respectés pour ce qu'ils sont, à partir de ce qu'ils sont. Peut-être, devrait-on commencer par là ?

Non ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte