Aucune démission au PS !!! C’est vous dire.... !

Aucune démission au PS de « gouvernement » !! C’est vous dire s’il appartient au peuple de finaliser, lors des législatives, la liquidation de ce ramassis d’opportunistes, de carriéristes sans pudeur, ni honneur !

J’ai passé ces cinq années à dénoncer la folle dérive libérale d’un exécutif pourtant d’étiquette socialiste, imposée à tous y compris à coups de 49-3, avec une représentation parlementaire faite de godillots plus soucieux de leur poste et de la soupe qui va avec que de l’intérêt de qui les avaient élus en 2012. Ce n’était pas une posture, le mal fait par cette politique à des millions de Français est considérable, bien au-delà des plus pauvres, lesquels d’ailleurs ne semblent plus rien espérer. La classe moyenne, elle, n’a cessé de s’appauvrir et n’est vue, de plus en plus, que comme une masse contrainte de produire et de consommer alors que la redistribution des richesses créées n’a jamais été aussi injuste. Ces irresponsables au pouvoir ont contribué, bien plus que Sarkozy, à faire du parti fasciste la machine terrifiante que nous voyons à l’œuvre. Le recul de la démocratie est patent, avec un état d’urgence permanent, une police qui jouit d’une incroyable impunité, une surveillance des citoyens généralisée, un gouvernement sortant qui s’était même mis en chasse de Snowden pour le livrer aux Américains, alors qu’il avait informé nos gouvernants qu’ils étaient espionnés par ceux à qui ils avaient exprimé, au travers d’une réintégration totale à l’OTAN, l’allégeance totale du pays. L’indigne Valls, premier ministre, se permettait des propos racistes à répétition, contribuant ainsi à la banalisation de la parole abjecte.

Ce sont les gens de ce bord-là qui osent parler de barrage au fascisme. Je rejette tout ce qu’ils représentent, je n’ai rien à voir avec eux. Entendre hier sur les plateaux télé un Dray, un Boutih, une Royal, consacrer leur nouveau maître, bébé caché mais issu du sérail quoique qu’ils en disent et qui avait pourtant assassiné le roi père pour prendre sa place, avait quelque chose de pitoyable, tout comme leur indignité exposée sans vergogne à la lumière des spots.

Les législatives qui commencent aujourd’hui seront l’occasion d’achever la bête malfaisante qu’a été le PS de ce lamentable quinquennat et ses épigones, dont les sophismes et les misérables leçons de morale ont vraiment pourri la vie à des millions de citoyens de la gauche de combat, gauche qui, il est vrai, n’a rien à voir avec celle du gouvernement des intérêts de la finance et des multinationales. Finissons-en !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.