Combustibles et allumettes, Zemmour, Goldnadel, Finkielkraut, Bensoussan & C°

Hier soir sur C News, Éric Zemmour s’est encore surpassé dans l’outrance et il est plus que surprenant que cette chaîne d’information en continu relaie au quotidien des propos frisant l’appel à la guerre civile contre des citoyens désignés sans relâche comme le mal absolu.

Combustibles et allumettes, Zemmour, Goldnadel, Finkielkraut, Bensoussan & C°

 

Hier soir sur C News, Éric Zemmour s’est encore surpassé dans l’outrance et il est plus que surprenant que cette chaîne d’information en continu relaie au quotidien des propos frisant l’appel à la guerre civile contre des citoyens désignés sans relâche comme le mal absolu. 

Depuis quelques années, nous assistons à ce qu’il faut bien appeler une campagne massive, organisée, de dénigrement, de déshumanisation de nos compatriotes d’origines arabe, musulmane, subsaharienne et africaine en général, le tout sans aucune récrimination ou rappel à la raison d’une quelconque autorité, à commencer par celles des dirigeants des chaînes en question et du CSA.  

La situation est aggravée par l’essentialisme notoire qui caractérise les éructations idéologiques incendiaires de ces promoteurs de haine, confortablement abrités derrière une liberté d’expression à sens unique puisque réservée de facto à qui dézingue ces compatriotes-là.

Ce qui est particulièrement attristant, c’est que de nombreux juifs à des degrés divers, en sont les animateurs les plus zélés, ne cachant même plus un sombre objectif, celui qui consisterait, au mieux à ériger un mur entre Français, au pire à s’opposer par tous les moyens dont une force qu’on devine très prochaine aux « nouveaux barbares désignés ».

Ces journalistes, penseurs, écrivains, militants jusqu’au fanatisme, amnésiques de ce que ce type de campagne a pu engendrer aux dépends de leurs propres parents dans les sombres années du siècle précédent, appellent à une fantasmatique coalition Judéo-chrétienne, qui, seule, serait en mesure de stopper le remplacement tant redouté, fruit d’une analyse délirante.

Ce qui est totalement paradoxal pour ces apprentis sorciers, c’est de croire que les vrais identitaires, les plus radicaux, les « purs », puissent un seul instant les inclure dans la mythique civilisation chrétienne blanche dont ils n’hésitent pas à se considérer comme une sorte d’avant-garde et de piliers. Le déni de réalité de ces juifs-là les pousse jusqu’à l’absurdité, jusqu’à la surdité, n’ont-ils pas écouté l’enregistrement des propos de ces flics perdus de Rouen publié par Médiapart ? Rien ne semble y faire, hélas, ni l’atroce histoire du siècle dernier, ni les propos antisémites à foison issus de la fachosphère et qui semble indiquer tout au contraire qu’au même titre que les noirs, les arabes, les musulmans, les juifs sont un problème, non plus le premier peut-être, mais qu’importe ! Quel est donc le sens de cette étrange autant que contre-nature sainte-alliance prônée par ces « intellectuels » incendiaires ?

La genèse de cette folie a vraisemblablement à voir avec l’état d’Israël dont ces plumitifs sont tous d’inconditionnels soutiens.

En effet, le début de leur pénible engagement sur ces sentiers marécageux coïncide parfaitement avec le début, il y a une vingtaine d’années, du déclin significatif du soutien à Israël par bon nombre de Français, d’Européens et de citoyens de tous les pays. Selon ces sionistes politiques convaincus, cette désaffection proviendrait non pas des exactions de l’état qui se dit juif, de la colonisation massive, de sa brutalité à l’encontre des Palestiniens, mais de l’expression d’un nouvel antisémitisme issu cette fois des banlieues et qui n’aurait rien à voir avec celui de nos grands-parents. Certes, l’antisémitisme est présent partout, mais la contestation tout à fait justifiée de la politique israélienne ne saurait être, dans la grande majorité des cas, assimilée à de l’antisémitisme et ce, pour tous les Français, y compris ceux des quartiers. Elle est principalement le résultat de la politique d’un pays qui viole en toute impunité les lois internationales.

Le militantisme pro-israélien dévoyé, qui fait qu’aucun crime des divers gouvernements de cet état n’est jamais critiqué par ces donneurs de leçon, qui limitent leur universalisme aux pieds des murs érigés par ce pays et à ceux qu’ils proposent de construire chez nous. Leur silence à l’égard de ceux qui manifestent drapeaux israéliens en main, y compris après les massacres de Gaza, alors qu’ils fustigent comme anti-Français des supporteurs de foot brandissant un drapeau algérien ou camerounais à la suite d’un insignifiant match de football en dit long sur leur honnêteté. Les interventions pesantes d’une officine comme le CRIF qui opère clairement comme l’ambassade d’un pays étranger, tout en prétendant de façon abusive parler au nom de tous les juifs de France, ne leur posent aucun problème. Qu’ont dit ces artificiers, de la bravade d’un Netanyahu qui, en France et en présence d'un président de la République coi, harangue les juifs de France en leur proclamant qu’Israël est leur véritable pays ? Rien de rien !

Peu leur importe que ces faits-là tout comme les silences face à l’Injustice partout où elle sévit, soient autant de catalyseurs pour un antisémitisme qui n’en a guère besoin.

Certes, un grand nombre de juifs ne sont aucunement d’accord avec ces théoriciens d’une nouvelle apocalypse, malheureusement ils ont, peut-être encore plus que leurs autres concitoyens, d’énormes difficultés à s’exprimer ou à se faire entendre. C’est bien dommage, et il est grand temps qu'ils puissent le faire.       

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.