Macron fait le job, un point c’est tout.

Le cinéma avec flonflons auquel nous avons assisté ces derniers mois a vu le rideau se baisser hier soir, au terme d’une incroyable supercherie et d'une arrogance jamais vue.

Espérons seulement que parmi les nombreux naïfs qui ont cru depuis 2017 à l’"Humanité", à l’originalité et à la nouveauté de ce président, beaucoup se réveilleront pour se rendre à cette simple évidence :

Ce candidat a été Missionné pour accélérer et finaliser en France la libéralisation la plus sauvage jamais opérée par un exécutif. Elle se base, entre autres, sur le démantèlement complet des services publics avec le parachèvement d’une mutation effrayante, celle qui réduira les individus en zombies producteurs/consommateurs, incapables même de se grouper pour se défendre et contraints par une ultra-minorité qui ne se cache même plus, à l’asservissement le plus total, le plus aliénant. Cette ultra-minorité, nous le savons, est composée des quelques prédateurs qui détiennent, au sens propre du terme, la très grande majorité des richesses produites par une masse exsangue, classes moyennes incluses.

Hier, la seule affirmation honnête, illuminatrice quant à la mission de fossoyeur confiée à notre homme, fût l’admission sans ambages de son peu d’intérêt pour sa prochaine réélection. Il doit en effet dans les cinq ans, coûte que coûte, achever la financiarisation définitive de notre économie, ainsi qu'une domination de classe inégalée en assurant la mise au pas de gens, pourtant déjà réduits au simple rang de moyens par un paradigme capitaliste qu’il est en charge de sanctifier et qui nous mènera tout droit à la catastrophe.

Il n’y aura guère que des gogos pour croire encore à l’influence de l’indice de popularité sur ce moloch. Les gens sont cons faut en profiter comme le disait Jean-Pierre Marielle.

Sur les ruines qu’il ne manquera pas de laisser, et comme juste rémunération, il y aura toujours pour lui un palais chez ses donneurs d’ordre, lui garantissant une fortune personnelle bien supérieure à celle que lui assureraient cinq quinquennats consécutifs.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.